L’Homme et la Mort. L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire — Anne Marie Tillier

Paris, CNRS Editions 2009, 185 p., 12 € (Coll. Le Passé recomposé ) — 978-2-271-06878-1

Situer dans le temps et dans l’espace la prise de conscience de la mort par les hommes de la Préhistoire constitue la question centrale de cet ouvrage.  La première partie pose les bases de la réflexion (typologie, principe de l’archéologie de la mort). La seconde commence par la description des premiers témoignages fiables de sépultures en les replaçant dans leur contexte archéologique et chronologique, les chapitres suivants sont consacrés aux regroupements de défunts dans la même tombe ou dans le même lieu, au mobilier associé aux morts, aux manipulations d’ossements.

Dès l’introduction, l’auteur rappelle, que les indices témoignant d’une  conscience de la mort ne sont accessibles que par la mise en évidence d’une attention particulière portée aux morts, témoignant de l’existence d’une idéologie funéraire. Il  est donc curieux que la définition de la sépulture (J.Leclerc et J.Tarrête,1988) apparaisse dans le chapitre 4, et qu’elle ne fasse l’objet d’aucun commentaire alors qu’elle a été discutée à plusieurs reprises. B. Boulestin et H. Duday (2005) ont montré que cette notion est loin d’être clairement définie lorsqu’il s’agit de vestiges archéologiques. Ce concept mérite une place première, en amont de la réflexion. On regrette également que le mobilier découvert dans les tombes paléolithiques soit présenté dans le chapitre 6, alors que ce paramètre fait partie intégrante des gestes funéraires ou commémoratifs et contribue à la mise en évidence d’une idéologie funéraire.

 

Dans le premier chapitre, l’auteur présente une typologie des gestes : traitement du cadavre (inhumation, crémation, anthropophagie), manipulations de restes osseux hors du temps funéraire (ossuaire) et phénomènes sociaux particuliers (mort d’accompagnement, sépulture secondaires souvent liés à un culte des ancêtres). Les gestes funéraires stricto-sensu et ceux intervenant bien après les funérailles, la restitution du geste et son interprétation sont présentés sur un même plan ; la distinction entre sphères descriptive et interprétative aurait nourri les bases de la réflexion. En effet, si la présentation des plus anciennes « inhumations volontaires » et la démonstration qu’il s’agit de sépultures est convaincante, le dernier volet de l’ouvrage, énumérant les vestiges osseux qui ne sont pas liés à des inhumations primaires l’est moins. Y sont abordés les témoignages de prélèvements d’ossements, de squelettes partiels, de décarnisation et de crémation ;  ils apportent peu à la démonstration puisque l’interprétation des gestes (n’intervenant pas, d’ailleurs, au même moment du temps funéraire) reste imprécise.

L’auteur présente avec justesse et clarté la genèse et le développement de l’archéothanatologie. L’étude des restes osseux sortis du cadre archéologique a longtemps été le mode de fonctionnement des anthropologues qu’ils travaillent sur des populations pléistocènes ou holocènes. Les restes humains sont considérés dans une perspective archéologique et font l’objet d’enregistrements détaillés dès la fouille depuis peu de temps. Auparavant, les restes osseux étaient écartés de l’analyse des tombes alors qu’ils en sont l’élément clé. Ils sont désormais au centre du discours de l’Archéologie de la Mort.

Le chapitre consacré au rassemblement des défunts traite également de l’apparition des sépultures multiples considérées comme une attitude nouvelle face au défunt. Pourtant, le témoignage le plus ancien de ce type de tombe est contemporain des premières sépultures individuelles, sur le site de Qafzeh au Proche Orient (environ 90 000 avant notre ère). Discuter du regroupement d’inhumations individuelles dans un espace collectif et des sépultures dans lesquelles plusieurs individus sont inhumés simultanément dans un même chapitre n’est pas habituel. Leur mise en place n’obéit pas aux mêmes types de contraintes et/ou de motivation. Dans le premier cas, les défunts sont liés dans la mort, leur dépouille repose dans un espace circonscrit et à vocation funéraire, dans l’autre, ils sont liés par la mort (cause du décès commune ou mort d’accompagnement). De plus, il est curieux (mais il s’agit probablement de contraintes éditoriales) que ne soit pas fait référence aux deux articles récents sur la question des tombes multiples parus dans les bulletins de la Société Préhistorique Française (Chambon et Leclerc 2007 ; Boulestin 2008). Même si ces deux travaux se basent sur des ensembles funéraires néolithiques, ils mettent la focale sur la façon dont l’interprétation des sépultures multiples doit être abordée.

Cet ouvrage appréhende l’émergence du geste funéraire dans le temps et l’espace, la variété des gestes décrits offre un potentiel de discussion sur l’homme préhistorique et ses morts qui a été effleuré. Pourtant, comme l’écrit l’auteur dès l’introduction, les gestes liés aux défunts renseignent sur l’organisation de la société des vivants. C’est, à mon sens, tout l’intérêt de l’archéologie de la mort, mais pour se faire, on ne peut se couper des références de l’anthropologie sociale. Avec justesse, l’auteur met en garde à plusieurs reprises sur l’utilisation de l’ethnologie pour interpréter le geste lié au cadavre et à la manipulation des restes osseux. Toutefois un recours raisonné à l’anthropologie sociale permet de cerner le champ du possible. Si on considère que la pensée qui induit le geste est inaccessible, nous ne pourrons dépasser l’étape descriptive ; dès lors la question est posée, « pourquoi entreprenons-nous des fouilles (Gallay, 2010)? »

  • Boulestin B., Duday H., 2005 — Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire, in Mordant C., Depierre G. (dir.) — Les pratiques funéraires de l’Age du Bronze en France, Paris, CTHS, p.17-35.
  • Boulestin B. 2008 — Pourquoi mourir ensemble ? A propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 105, p.103-130.
  • Chambon P., Leclerc J. 2007 — Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 104, p. 289-306.
  • Gallay A., 2010 — Archéologie funéraire préhistorique et anthropologie sociale : une collaboration possible ? in Baray L., Boulestin B. (dir.) — Morts anormaux et sépultures bizarres, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, p. 5-11.
  • Leclerc J., Tarrête J., 1988 — Sépulture, in Leroi-Gourhan A. (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, p. 963-964.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France, e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr

pdfCPréhméd1*-2010_Tillier

L’homme et l’inégalité. L’invention de la hiérarchie durant la Préhistoire — Brian Hayden

1-Hayden-CouvParis, CNRS Editions 2008, 161 p., illus., tab., graph. 11,40 € (Traduction en français de J. P. Chadelle et S. A. de Beaune) — 978-2-271-06665-7

Sous la forme d’un court essai, Brian Hayden, ethno-archéologue canadien, entreprend une synthèse relative à l’un des sujets les plus classiques et les plus redoutables de la philosophie et de l’anthropologie politiques : l’origine de l’inégalité parmi les humains. S’il avait voulu s’en tenir à une prudence élémentaire, compte tenu du format d’édition auquel il était contraint, Hayden se serait contenté d’un bréviaire à l’intention des étudiants de première année où il aurait rendu compte, comme il le fait au pas de charge en introduction et dans le premier chapitre, de la pléthore de théories classiques et contemporaines sur la question. Mais son ambition est beaucoup plus vaste, puisqu’il ne propose rien moins que la solution au problème suivant : pourquoi, à travers le temps historique long, a-t-il existé des sociétés dépourvues d’ordre politique coercitif et d’autres fondées sur cet ordre, ces dernières étant devenues progressivement les seules empiriquement observables ?

Selon Hayden, l’apparition de la hiérarchie ne tient pas aux critères habituellement retenus par l’analyse fonctionnaliste (la pression démographique qui imposerait aux sociétés les plus peuplées de réguler par le pouvoir coercitif l’accès aux ressources et leur distribution). Elle n’est pas pour autant rétive à la modélisation, comme le laissent entendre les théoriciens post-modernistes, qui veulent réduire l’explication de la relativité politique des sociétés humaines à l’aléatoire (p. 23). L’auteur réfute aussi l’explication par la sédentarisation des sociétés en se fondant sur des preuves de l’existence de l’inégalité au Paléolithique moyen – repérable grâce à la pratique éminemment distinctive du traitement funéraire. Selon lui, l’apparition de l’inégalité tient à un facteur matériel – la création de surplus – et politique – la nécessité de gérer ces surplus. Or, ce n’est pas la vie sédentaire qui détermine l’apparition des surplus mais bien l’inverse (p. 26) ; quant aux surplus eux-mêmes, leur existence et leur développement ne s’expliquent pas par une nécessité économique de subsistance, mais bien par la logique politique de l’inégalité (p. 69).

Suivant une ligne évolutionniste, Hayden cherche le passage entre la société égalitaire, fondée sur le partage, dont les Aborigènes australiens et les Bushmen seraient les derniers représentants, et la société inégalitaire devenue quasi universelle avec la mondialisation de la modernité. Il pense le trouver dans les sociétés « trans-égalitaires » de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique moyen, dont l’ethnographie du XXe siècle nous offre des exemples tels que celui des Amérindiens de la Côte Nord-Ouest – dont il a une connaissance de terrain – ou des tribus à Big Men de Nouvelle-Guinée. Dans ces sociétés, les élites économiques n’apportent pas d’aide aux gens du commun en temps de crise ; elles rompent résolument avec les lois du partage qui président aux sociétés égalitaires, introduisant un facteur de distinction individuelle qui annonce la société inégalitaire (p. 30). Cela dit, l’accumulation de richesses ne détermine pas par elle-même la hiérarchie ; car celui qui dans une société trans-égalitaire thésauriserait sans dépenser pour faire briller son prestige se verrait mis au ban par ses pairs. Cette menace n’est pas vaine dans les groupes où la hiérarchie se présente comme une pyramide inversée ; ainsi en va-t-il des sociétés amérindiennes de la Côte Nord-Ouest ou de Californie, dont les deux tiers des membres appartiennent à l’élite (p. 52).

En réalité, c’est l’utilisation des surplus par les chefs qui entraîne la complexification des rapports sociaux, la formation de réseaux de privilégiés, la création de projets par des gouvernants cherchant à tirer avantage, pour eux, leur lignage et leur clientèle, de la position de commandement. Concrètement, cette entreprise d’accroissement du pouvoir personnel passe par la reconnaissance du droit de propriété, la constitution de dettes contractuelles, l’organisation de festins, la fixation du prix de la fiancée ou de la dot, la circulation d’objets de prestige, l’imposition de tabous, la gestion des guerres et des calamités, l’accès au surnaturel, la manipulation des valeurs culturelles, la mise à distance des autres et la distribution de pots-de-vin (Chapitre 2, p. 57 sq). Ces stratégies, combinées d’une façon ou d’une autre dans les sociétés trans-égalitaires, ne sont pas pour autant de nature capitaliste puisque l’exercice de la domination politique peut conduire à des dépenses de prestige de type potlatch ou pig festivals, dont la tradition anthropologique a bien montré à quel point leur logique compétitive, poussée à son terme, était incompatible avec l’économie de marché.

Le dernier chapitre de l’ouvrage, essentiellement archéologique, fait état de l’absence d’objets de prestige, de techniques de stockage et de sépulture au Paléolithique inférieur, tandis qu’au Paléolithique moyen, entre – 120 000 et –35 000, apparaissent les premiers indices d’inégalité. Le Paléolithique supérieur enfin, qui correspondrait au modèle des cultures du Nord-Ouest américain, serait caractérisé par une multiplication des objets de prestige, des techniques de conservation de la nourriture, des vêtements en peau, de l’architecture monumentale, du culte des ancêtres, des sociétés secrètes. Hayden voit dans cette phase la véritable révolution dans l’histoire de l’humanité, une dynamique socio-politique nouvelle, portée par l’ambition individuelle des chefs, qui conduit tout droit à la domestication des espèces végétales et au Néolithique, considéré comme une conséquence dérivée du Paléolithique supérieur (p. 119). En bon évolutionniste mâtiné d’écologisme, Hayden pousse sa démonstration jusqu’à nos jours, où seul l’épuisement des ressources naturelles, imminent, pourra freiner la recherche effrénée de la distinction individuelle que le Paléolithique supérieur avait vu s’épanouir (129-133).

Sur ce dernier point, et s’il fallait rester fidèle à l’argumentation de l’auteur, on pourrait regretter son manque de sens prospectif, ce qui n’est pas digne d’un évolutionnisme aussi peu tempéré que le sien : car de nos jours, n’est-ce pas à un formidable renouvellement de la notion même de surplus que l’on assiste avec l’inflation apparemment illimitée des ressources virtuelles – médias, informatique –, engendrant une surnature dont la maîtrise par les élites est peut-être le plus efficace moyen de domination des masses que l’homme n’ait jamais expérimenté ? Mais si cette remarque est bien dans l’air du temps, une critique plus profondément anthropologique nous est inspirée par l’essai d’Hayden. Elle tient au caractère extraordinairement généralisant de l’ouvrage, qui renoue avec les vieux schémas tripartites d’évolution unilinéaire ici, on serait passé, indistinctement d’un continent à l’autre, de « sociétés égalitaires », un concept qui n’est pas sans rappeler Morgan et son « communisme primitif », aux « sociétés transégalitaires », puis aux « sociétés inégalitaires ». Ces dernières ne seraient qu’un avatar des secondes, qui voient triompher la « révolution  politique» conduite par des chefs motivés par l’ambition personnelle. Or, l’ethnographie américaniste, dont Hayden est pourtant un spécialiste, fait état, plutôt que d’une recherche « pré-capitaliste » de l’intérêt personnel, d’une véritable servitude liée au pouvoir des chefs. Le plus souvent, ceux-ci sont en effet voués à la dépense et au sacrifice personnel au bénéfice du groupe (dans le potlatch, où ils vont jusqu’à se ruiner pour faire briller le prestige de leur clan), ou bien politiquement neutralisés par le groupe, comme chez les Guayaki de Clastres. Et encore aujourd’hui, chez les Huichol du Mexique, nous avons pu observer à quel point la charge politique, transmise chaque année d’un individu à l’autre, était tyrannique pour celui qui avait la malchance d’avoir à l’exercer à ses dépens.

En outre, on déplorera que la tradition évolutionniste « primitive » réhabilitée par Hayden soit desservie par une érudition chancelante qui ne ferait pas honneur aux illustres prédécesseurs de cette lignée théorique. Ainsi, dans le bref panorama préliminaire des théories classiques de l’origine de l’inégalité, Maine est-il ignoré, Morgan associé aux doctrinaires de l’inégalité des races ainsi que le pauvre Auguste Comte, mal marié à Gobineau et, par une descendance effroyable, à l’eugénisme de la fin du XIXe siècle et, évidemment, à la politique du IIIe Reich (p.11)! Quant à Turgot, il est bombardé avec précipitation ministre de Louis XV, un anachronisme qui n’aurait pour le moins pas dû échapper aux traducteurs français.

Frédéric Saumade, Université de Provence-IDEMEC Aix-en-Provence

pdf : CPréhméd1*-2010_Hayden