The Archaeology of Mediterranean prehistory — Emma Blake, A. Bernard Knapp (ed.)

2005, Oxford, Blackwell studies in global archaeology, Blackwell publishing, 333 p. 978-0631232681 / 0631232680

La préhistoire de la Méditerranée avec un télescope, tel pourrait être le sous-titre de cet ouvrage particulièrement décevant[1]. Il s’agit probablement d’un volume de synthèse destiné aux étudiants de premier cycle (under graduated) des universités anglo-saxonnes et aux lecteurs cultivés potentiellement intéressés par une synthèse nouvelle consacrée à une région de prédilection de la culture anglo-saxonne. Chichement illustré comme il se doit dans ce genre d’ouvrage (27 illustrations en tout ! dont certaines sont incompréhensibles, ex. p. 112), on cherchera en vain une carte générale de la Méditerranée, un atlas, un tableau chronologique général ; un unique index de 13 pages constitue la totalité de l’appareil éditorial[2]. On doit supposer que les étudiants anglo-saxons connaissent sur le bout des doigts la géographie de cette région du monde si complexe ! En revanche, les biographies des 14 contributeurs occupent 4 pages. À chacun ses priorités.

Composé de 12 chapitres, l’ouvrage est essentiellement thématique. Le premier chapitre est une introduction à la géographie du Bassin méditerranéen et une sorte de justification de la Méditerranée comme objet d’étude. Selon les auteurs, cette vue globalisante de la Méditerranée pourrait être perçue comme un archaïsme et une illusion, à l’instar du concept occidental d’orientalisme dont E. Said a montré la contingence historique et la vacuité conceptuelle (p. 2). Bien que F. Braudel soit invoqué/évoqué/convoqué (on confie au lecteur potentiel le choix du verbe idoine) d’une manière assez peu convaincante – deux auteurs citent son travail emblématique sur la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Braudel 1949) – peu de choses sont dites sur l’espace. Le climat, le cloisonnement des côtes, la navigabilité de la Méditerranée – ce dernier aspect est pourtant largement traité ailleurs par Seán McGrail (McGrail 2004) – l’ambiguïté du monde méditerranéen (Guilaine 1994) ne sont guère approfondis. Notons, pour bien illustrer les lacunes bibliographiques dont témoignent les chapitres de ce livre, que Jean Guilaine n’est cité qu’une fois par G. Barker pour un article mineur. La mer partagée livre qui demeure, quinze ans après sa publication, un bilan documentaire sans équivalent sur le sujet même dont traite l’ouvrage de Blake et Knapp n’est pas mentionné une seule fois…

D’emblée, soulignons ce que les auteurs entendent par archéologie préhistorique de la Méditerranée. Le Paléolithique du Bassin méditerranéen n’est pas abordé. Le Mésolithique n’est mentionné dans le texte que comme substrat du Néolithique (p. 36, 49 et 50). Jamais il n’est l’objet d’une étude spécifique, bien que l’extension méditerranéenne du Mésolithique final qu’on pourrait qualifier « d’horizon castelnovien » tient une place majeure dans les questions actuelles sur la diffusion du Néolithique. L’essentiel des contributions concernent le Néolithique/Chalcolithique, mais l’âge du Bronze et l’âge du Fer sont abordés ponctuellement. Le chapitre introductif des éditeurs n’explicite aucun de ces choix, ni aucune des limites chronologiques retenues. Des axes thématiques sont identifiés, que parcourent plus ou moins les 11 chapitres thématiques (p. 9). Il s’agit de :

– l’insularité et les interactions maritimes ;
– la tradition, le changement et la question des identités ;
– unité et diversité ;
– patrimoine culturel en Méditerranée.

Les thèmes abordés sont dans l’ordre : circulation et échanges ; l’agriculture et le pastoralisme ; les dynamiques des relations sociales à l’âge du Cuivre et à l’âge du Bronze ; la culture matérielle du culte, du rituel et des festins ; le genre et la mer ; la genèse du monumentalisme ; les technologies lithiques ; l’archéométallurgie ; le peuplement ; le commerce maritime à la fin de l’âge du Bronze ; les musées et le patrimoine culturel.

Tout choix peut-être contesté, mais devant l’immensité du thème retenu par l’ouvrage, l’organisation du volume offre une certaine originalité de propos voire un renouvellement thématique. Ce n’est donc pas sur le découpage thématique et l’organisation interne du volume que porte la critique mais sur le fond scientifique. C’est-à-dire les problématiques définies et les données examinées. Deux exemples montreront aisément les lacunes rédhibitoires dont souffre cet ouvrage. Nous nous attarderons sur les chapitres 7 et 9.

Chapitre 7 : M. J. Kolb « The genesis of monuments among the Mediterranean islands » (p. 156-179)
Ce chapitre consacré à la genèse du monumentalisme est doublement caractérisé par la confusion et la superficialité. A priori, comparer l’émergence des monuments à l’échelle du Bassin méditerranéen est une question intéressante, et l’auteur s’emploie à dresser des parallèles de la Crête aux Baléares, en passant par Malte et l’ensemble Corso-Sarde. Cependant, on ne peut qu’être frappé par les confusions renouvelées au gré des pages. Considérer que le monumentalisme funéraire et le monumentalisme palatial signifient la même chose relève d’une affirmation plus que douteuse et qui génère une confusion totale. On peut toujours comparer les nouraghes de Sardaigne au palais de Cnossos, mais comparer les temples de Malte aux nouraghes ainsi qu’aux taulas des îles Baléares n’a aucun sens. Quant aux données et à la chronologie des phénomènes, les lacunes documentaires de l’auteur sont patentes et achèvent de décrédibiliser le chapitre entier. Pour l’auteur, il ne semble pas y avoir de monuments en Sardaigne avant le développement des nouraghes (p. 166-168)… Lui a-t-on jamais parlé de Biriai, de Monte d’Accoddi ou de quelques autres ? Pas de monuments non plus en Corse avant l’âge du Bronze… La bibliographie mobilisée par l’auteur est sur ce point édifiante… G. Camps, A. D’Anna, J. Guilaine ne sont pas cités. L’essentiel des matériaux qu’il utilise provient d’un catalogue d’exposition publié en 1997. L’auteur sait-il que le mégalithisme corse, qui remonte au 5e millénaire av. n. è. pose de nombreuses questions ? Pour l’archipel des Baléares, les travaux de W. H. Waldren sont à peine cités… et les problèmes de datation que ces travaux soulèvent ne semblent pas susciter la moindre interrogation. L’auteur se présente comme un spécialiste de la Sicile (p. xiv) : n’y a-t-il rien en Sicile sur les sites du Bronze ancien qui relève de sa problématique ? Voire.

Chapitre 9 : V. Kassianidou et A. B. Knapp « Archaeometallurgy in the Mediterranean: the social context of mining, technology, and trade » (p. 215-251)
Après une introduction de quelques lignes (p. 215-216) et une sorte de prologue consacré à l’Anatolie (p. 216-218), les auteurs abordent la répartition très hétérogène des gisements de minerai autour de la Méditerranée (p. 219-230). Les rapports entre métal et sociétés sont traités dans les dernières pages (p. 230-239). La chronologie est vaste et surtout imprécise, du premier métal à l’âge du Fer ancien, comme s’il s’agissait d’un même phénomène. Rien ou presque n’est dit des méthodes d’analyse de composition du métal, cuivre en particulier, qui posent des problèmes majeurs d’interprétation… Sur ce thème classique, E. Pernicka est cité, mais E. Sangmeister n’est pas même évoqué, ni P. Ambert, ni B. Ottaway, ni S. Rovira, ni C. Strahm… Le travail de C. Domergue est ignoré ou presque, puisque son nom n’apparaît que pour une référence mineure.

Quant à l’origine de la métallurgie du cuivre et à sa diffusion, elle fait l’objet d’une analyse technologique superficielle (p. 232-233) voire erronée. Affirmer que l’activité métallurgique génère une forte quantité d’outils et de sous produits est simplement faux pour la métallurgie des premiers millénaires. Il faut attendre les développements industriels d’un âge du Bronze avancé pour rencontrer de tels cas archéologiques. Mais les auteurs connaissent-ils la nuance entre Chalcolithikum et Metallikum introduite par C. Strahm au début des années 1990 ? En ce qui concerne la diffusion du métal, sur lequel nous allons revenir, là encore, l’indigence est complète. Même la typologie et le schéma de diffusion proposé par A. Gallay à la fin des années 1970 sont ignorés.

Revenons sur la chronologie des foyers métallurgiques, et donc sur la diffusion de la métallurgie en Méditerranée. Constatons tout d’abord que la carte des gisements (p. 219) n’est pas à jour. Rien que sur la France et l’Italie, on cherchera en vain Al Claus, Saint-Véran, Libiola, ou même la zone de Terrina. D’après l’examen de la bibliographie, il semble que l’essentiel des références provient de Forbes 1972, de Tylecote 1987 ou de Craddock 1995. Mais les lacunes des auteurs ne font pas honneur à ces pionniers brillants. Les questions sur l’hypothèse controversée d’une très ancienne métallurgie du cuivre en Péninsule ibérique ne sont pas évoquées bien qu’une revue britannique bien connue ait publié un article à ce sujet… Alors que les auteurs évoquent l’impact de la métallurgie sur le paysage, pas un mot sur les travaux menés en Andalousie ou dans les Pyrénées. Enfin, alors que le contexte social de la métallurgie est longuement sollicité, pas un mot sur l’homme du glacier du Similaun et de son extraordinaire hache en cuivre de la fin du 4e millénaire av. notre ère.

On épargnera donc au lecteur le reste des chapitres. Remarquons toutefois celui obsolète de Robb et Farr sur les « substances in motion » en leur reconnaissant tout de même un sens certain du titre. Le mélange de lectures anthropologiques et archéologiques est ici bien peu convainquant. Evoquer le/la Kula décrite par Malinowski (1989) dans le contexte de la préhistoire récente de la Méditerranée relève de la superstition ou de la poudre aux yeux. Qui s’attaquera à une véritable analyse anthropologique des systèmes de circulations de matières et d’objets au Néolithique ? La réponse n’est pas dans les lignes de ce livre. En tout cas, les exemples retenus par les auteurs (silex de la Defensola et obsidienne de Méditerranée) sont particulièrement mal choisis. Les dimensions de la minière de la Defensola soulignent à quel point nous connaissons mal le tout début du Néolithique, celui des céramiques imprimées. Quant à l’obsidienne, l’explosion des données en Méditerranée occidentale depuis les travaux majeurs de R. Tykot et de quelques autres ne nous permet plus d’accepter des généralités, surtout lorsqu’elles sont éronnées. Non, l’obsidienne n’est pas une matière comme les autres, elle n’est nullement « paradigmatique » des techniques néolithiques (p. 35). L’obsidienne est une matière insolite au statut bien particulier qui accompagne le Néolithique dans la totalité du bassin méditerranéen pour un dessein que nous ignorons.

Quant au chapitre pour le moins surprenant de Talalay « the gendered sea », on s’interroge sur le but fixé par l’auteur, la méthode utilisée et les données mobilisées.

La conclusion s’impose, voici un livre à déconseiller et à oublier au plus vite.

Références citées
Braudel F. 1949 : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin
Guilaine J. 1994 : La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture. Paris, Hachette.
Malinowski B. 1989 : Les argonautes du Pacifique occidental. Paris, Gallimard, (1e édition 1922).
McGrail S. 2004 : Boats of the World: From the Stone Age to Medieval Times. Oxford, Oxford University Press.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence


[1]Est-il utile de publier la recension de cet ouvrage publié en 2005 ? Oui, et ceci pour deux raisons. D’abord parce que le thème de cet ouvrage est identique à celui de notre revue. Ensuite parce que la volonté des auteurs et des éditeurs de mettre à disposition des lecteurs une sorte de manuel, concerne un lectorat vaste, alors que cet ouvrage n’a pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une analyse critique fine.

[2] Seul G. Barker, dans le chapitre 3 qu’il a rédigé, offre au lecteur une carte complète de la Méditerranée pour localiser les sites qu’il mentionne (p. 48).

pdfCPréhméd1*-2010_Blake&Knapp

L’Homme et la Mort. L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire — Anne Marie Tillier

Paris, CNRS Editions 2009, 185 p., 12 € (Coll. Le Passé recomposé ) — 978-2-271-06878-1

Situer dans le temps et dans l’espace la prise de conscience de la mort par les hommes de la Préhistoire constitue la question centrale de cet ouvrage.  La première partie pose les bases de la réflexion (typologie, principe de l’archéologie de la mort). La seconde commence par la description des premiers témoignages fiables de sépultures en les replaçant dans leur contexte archéologique et chronologique, les chapitres suivants sont consacrés aux regroupements de défunts dans la même tombe ou dans le même lieu, au mobilier associé aux morts, aux manipulations d’ossements.

Dès l’introduction, l’auteur rappelle, que les indices témoignant d’une  conscience de la mort ne sont accessibles que par la mise en évidence d’une attention particulière portée aux morts, témoignant de l’existence d’une idéologie funéraire. Il  est donc curieux que la définition de la sépulture (J.Leclerc et J.Tarrête,1988) apparaisse dans le chapitre 4, et qu’elle ne fasse l’objet d’aucun commentaire alors qu’elle a été discutée à plusieurs reprises. B. Boulestin et H. Duday (2005) ont montré que cette notion est loin d’être clairement définie lorsqu’il s’agit de vestiges archéologiques. Ce concept mérite une place première, en amont de la réflexion. On regrette également que le mobilier découvert dans les tombes paléolithiques soit présenté dans le chapitre 6, alors que ce paramètre fait partie intégrante des gestes funéraires ou commémoratifs et contribue à la mise en évidence d’une idéologie funéraire.

 

Dans le premier chapitre, l’auteur présente une typologie des gestes : traitement du cadavre (inhumation, crémation, anthropophagie), manipulations de restes osseux hors du temps funéraire (ossuaire) et phénomènes sociaux particuliers (mort d’accompagnement, sépulture secondaires souvent liés à un culte des ancêtres). Les gestes funéraires stricto-sensu et ceux intervenant bien après les funérailles, la restitution du geste et son interprétation sont présentés sur un même plan ; la distinction entre sphères descriptive et interprétative aurait nourri les bases de la réflexion. En effet, si la présentation des plus anciennes « inhumations volontaires » et la démonstration qu’il s’agit de sépultures est convaincante, le dernier volet de l’ouvrage, énumérant les vestiges osseux qui ne sont pas liés à des inhumations primaires l’est moins. Y sont abordés les témoignages de prélèvements d’ossements, de squelettes partiels, de décarnisation et de crémation ;  ils apportent peu à la démonstration puisque l’interprétation des gestes (n’intervenant pas, d’ailleurs, au même moment du temps funéraire) reste imprécise.

L’auteur présente avec justesse et clarté la genèse et le développement de l’archéothanatologie. L’étude des restes osseux sortis du cadre archéologique a longtemps été le mode de fonctionnement des anthropologues qu’ils travaillent sur des populations pléistocènes ou holocènes. Les restes humains sont considérés dans une perspective archéologique et font l’objet d’enregistrements détaillés dès la fouille depuis peu de temps. Auparavant, les restes osseux étaient écartés de l’analyse des tombes alors qu’ils en sont l’élément clé. Ils sont désormais au centre du discours de l’Archéologie de la Mort.

Le chapitre consacré au rassemblement des défunts traite également de l’apparition des sépultures multiples considérées comme une attitude nouvelle face au défunt. Pourtant, le témoignage le plus ancien de ce type de tombe est contemporain des premières sépultures individuelles, sur le site de Qafzeh au Proche Orient (environ 90 000 avant notre ère). Discuter du regroupement d’inhumations individuelles dans un espace collectif et des sépultures dans lesquelles plusieurs individus sont inhumés simultanément dans un même chapitre n’est pas habituel. Leur mise en place n’obéit pas aux mêmes types de contraintes et/ou de motivation. Dans le premier cas, les défunts sont liés dans la mort, leur dépouille repose dans un espace circonscrit et à vocation funéraire, dans l’autre, ils sont liés par la mort (cause du décès commune ou mort d’accompagnement). De plus, il est curieux (mais il s’agit probablement de contraintes éditoriales) que ne soit pas fait référence aux deux articles récents sur la question des tombes multiples parus dans les bulletins de la Société Préhistorique Française (Chambon et Leclerc 2007 ; Boulestin 2008). Même si ces deux travaux se basent sur des ensembles funéraires néolithiques, ils mettent la focale sur la façon dont l’interprétation des sépultures multiples doit être abordée.

Cet ouvrage appréhende l’émergence du geste funéraire dans le temps et l’espace, la variété des gestes décrits offre un potentiel de discussion sur l’homme préhistorique et ses morts qui a été effleuré. Pourtant, comme l’écrit l’auteur dès l’introduction, les gestes liés aux défunts renseignent sur l’organisation de la société des vivants. C’est, à mon sens, tout l’intérêt de l’archéologie de la mort, mais pour se faire, on ne peut se couper des références de l’anthropologie sociale. Avec justesse, l’auteur met en garde à plusieurs reprises sur l’utilisation de l’ethnologie pour interpréter le geste lié au cadavre et à la manipulation des restes osseux. Toutefois un recours raisonné à l’anthropologie sociale permet de cerner le champ du possible. Si on considère que la pensée qui induit le geste est inaccessible, nous ne pourrons dépasser l’étape descriptive ; dès lors la question est posée, « pourquoi entreprenons-nous des fouilles (Gallay, 2010)? »

  • Boulestin B., Duday H., 2005 — Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire, in Mordant C., Depierre G. (dir.) — Les pratiques funéraires de l’Age du Bronze en France, Paris, CTHS, p.17-35.
  • Boulestin B. 2008 — Pourquoi mourir ensemble ? A propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 105, p.103-130.
  • Chambon P., Leclerc J. 2007 — Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 104, p. 289-306.
  • Gallay A., 2010 — Archéologie funéraire préhistorique et anthropologie sociale : une collaboration possible ? in Baray L., Boulestin B. (dir.) — Morts anormaux et sépultures bizarres, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, p. 5-11.
  • Leclerc J., Tarrête J., 1988 — Sépulture, in Leroi-Gourhan A. (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, p. 963-964.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France, e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr

pdfCPréhméd1*-2010_Tillier

Réseaux au Néolithique : circulation des idées, des produits et des matières premières dans le bassin méditerranéen occidental (VIIe – IIIe millénaires aC)

Networks in the Neolithic. Raw materials, products and ideas circulation in the Western Mediterranean basin (VII-III aC)

au 4 février 2011
Gavà & Bellaterra (Barcelone)

Conférence internationale
Le Département de Préhistoire de l’Université autonome de Barcelone, les SAPPO (Seminari d’Arqueologia Prehistòrica del Pròxim Orient), la Mairie et le Musée de Gavà organisent cette Conférence internationale : elle sera l’occasion d’exposer les travaux en cours et de mettre en place un espace de dialogue, de débat et d’échange de données dans une ambiance détendue et amicale en rassemblant le maximum de chercheurs des péninsules ibérique et italique, du Maghreb, du sud de la France et des différentes îles de de la Méditerranée occidentale.

Plus d’informations sur le site web du colloque

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Ötzi, the Iceman. The full facts at a glance — Angelika Fleckinger

3-Ötzi-CouvVienne, Folio verlag, 2007, 120 p., 10 €  — 3-85256-244-9. http://www.folioverlag.com

Le musée archéologique de Bolzano, dans le Haut-Adige, assure depuis 1998 la conservation et la présentation muséographique de la fameuse momie du glacier du Similaun –Iceman ou Ötzi–, découverte et récupérée en septembre 1991 dans les Alpes de l’Ötztal, entre l’Autriche et l’Italie (Capasso L., La Verghetta M., D’Anastasio R. 1999). Dès 1999 le Musée publiait un ouvrage de synthèse à l’attention d’un public plus large. C’est la seconde édition mise à jour qui nous est proposée aujourd’hui par A. Fleckinger du Musée Archéologique de Bolzano. Publié en deux éditions différentes, une en langue anglaise et une en langue allemande, c’est un petit ouvrage (21×12 cm), d’une centaine de pages abondamment illustrées.

Le plan de l’ouvrage rappelle tout d’abord les conditions de la découverte et de la récupération de la momie et des objets qui l’accompagnent. Le lieu de découverte ainsi que la « fouille » du glacier réalisée en 1992 sont ensuite décrits. Une photographie en double-page (p. 28-29) montre une vue plongeante du goulot glaciaire qui constitue le site de découverte et détaille avec précision l’emplacement topographique du corps et de l’essentiel des objets qui lui sont associés.

C’est ensuite l’aspect biologique et « médico-légal » qui est présenté. Plusieurs points sont abordés successivement. Âge, analyse du squelette, dents et ongles, reconstitution faciale, ADN ancien, tatouages, etc., sont présentés de manière concise. Les dernières pages de ce thème sont consacrées à la mort d’Ötzi, dont la cause est connue depuis 2002 (Gostner et Egarter Vigl 2002) avec la découverte d’une pointe de flèche fichée dans le dos, entre l’épaule gauche et la colonne vertébrale.

La troisième partie de l’ouvrage est consacrée à la culture matérielle à travers trois chapitres : les vêtements de peau, l’équipement, l’illustration de la vie quotidienne néolithique que retranscrit  l’équipement d’Ötzi.

Les dernières pages sont constituées, outre d’un glossaire, d’une description de la structure unique et très élaborée qui assure la conservation de la momie. Quelques pages sont consacrées au recyclage identitaire et mercantile de la momie, qui est rapidement devenue une icône du Haut-Adige ainsi qu’une source de produits dérivés. La troisième page de couverture se déplie et offre un tableau chronologique restreint qui replace la découverte dans son contexte.

Si l’ouvrage est essentiellement destiné aux visiteurs du musée ainsi qu’au public intéressé par l’archéologie, il s’avère également pratique pour faire rapidement le tour d’une découverte aussi spectaculaire que méconnue. En effet, après le déferlement sensationnel des premières semaines, Ötzi est devenu un champs d’investigation très vaste et sans équivalent. La bibliographie qui relate les découvertes est presque impossible à embrasser. Ce petit ouvrage est très utile dans cette optique.

Quelques bémols tout de même. Outre une coquille regrettable qui afflige au squelette africain de Lucy une datation de 300 millions d’années! (p. 21), on relevera quelques appréciations discutables sur le Néolithique. La tombe Talheim (Bade-Wurtemberg) ne date pas de la fin du Néolithique, mais du Néolithique ancien (p. 48). La mention d’une « mode » préhistorique pour expliquer ces vêtements détourne l’intérêt de ces documents exceptionnels vers l’anecdotique. Quant au filet employé pour la chasse (p. 85), on peut admettre la chasse au lièvre (ainsi que tout autre animal à fourrure) mais plus difficilement la chasse au lapin pour une date aussi ancienne et surtout pour une altitude aussi élevée . Mais il faut féliciter l’auteur pour ce petit ouvrage qui atteint non seulement son objectif éditorial –fournir une synthèse facile à lire et bien illustrée pour le grand public–  mais constitue également un outil pratique pour les chercheurs.

Références citées :

  • Capasso L., La Verghetta M., D’Anastasio R. 1999 – L’homme du Similaun. Une synthèse anthropologique et palethnologique. L’Anthropologie ,103, 3, p. 447-470.
  • Gostner P., Egarter Vigl E. (2002) – INSIGHT – Report of radiological-forensic findings on the Iceman. Journal of Archaeological Science, 29, 3, p. 323-326.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence

pdfCPréhméd1*-2010_Fleckinger