Marceau Gast (1927-2010)

Un ethnologue infatigable épris d’horizons nouveaux[1]

« Je n’avais qu’un but, c’était de partir le plus loin possible. J’aurais voulu aller en Nouvelle Calédonie, dans le Pacifique, mais il fallait connaître les cheminements à Paris pour obtenir de pareils postes et je n’en avais pas les clés. J’ai donc demandé à partir au Sahara »
(Marceau Gast, Tikatoûtin, Eds La Boussole, 2004 : 35)

 

Directeur de Recherche au CNRS, ethnologue spécialiste des Touaregs, observateur passionné du Sahara, à l’aise dans les campements du désert autant que dans les salles de réunions universitaires, proche de ses amis nomades chez qui il avait exercé d’abord le métier d’instituteur nomade, aimant partager la parole, le pain, les joies et les peines des plus humbles, Marceau Gast a marqué notre milieu, entre autres par son enthousiasme et sa passion à transmettre un savoir élaboré par immersion totale dans un pays rude à vivre et par le soutien généreux et l’hospitalité sans faille qu’il a toujours prodigués aux jeunes chercheurs de tous pays.

Le 22 juillet 2010, il nous a « précédés », comme diraient les Touaregs. Amuzzar est celui qui précède, qui guide, qui oriente, car il sait vers où nous cheminons tous et peut donc anticiper. Cela fait longtemps que Marceau avait anticipé cette étape, s’inquiétant moins pour lui-même que pour la pérennité de ses précieuses archives, de ses données scientifiques, de tous les matériaux originaux – notes, fiches, photos, cassettes, manuscrits, articles, ouvrages – qu’il avait engrangés durant des décennies de recherche, au cours de ses longs séjours d’étude et d’enquêtes sur le terrain. Des terrains qui ont varié du Sahara central au Yémen en passant par les Hautes-Alpes en fonction de divers facteurs : les aléas politiques, autorisant ou bloquant l’accès aux lieux d’enquête, les thématiques de recherche engagées, les rencontres, les amitiés et la mise en réseau des compétences.

C’est en 1972 que mon professeur, le linguiste Georges Mounin, me mit en contact avec Marceau qui cherchait un étudiant pour faire une étude sémantique des termes de parenté touaregs. À travers Marceau, je découvrais deux univers : d’une part, celui exotique du Sahara, des Berbères, de l’Afrique de l’ouest, du monde musulman et, d’autre part, celui d’une équipe de recherche à l’accueil chaleureux et à la culture nord-africaine pied-noire tout aussi exotique pour moi que son domaine de spécialité. Au LAPMO, laboratoire pluridisciplinaire (créé en 1969 à Aix-en-Provence par Gabriel Camps arrivant d’Alger avec son équipe), les préhistoriens, archéologues, anthropologues, historiens, ethnologues, linguistes, chercheurs adoubés ou simples étudiants, se côtoyaient, impliqués dans des thématiques communes, coopération renforcée par la tradition des fouilles archéologiques auxquelles beaucoup participaient et qui fabriquaient du lien extra-universitaire entre les membres de l’équipe.

Le désir de « partir, de (s’) affranchir de toutes les tutelles qui entravaient (son) besoin d’action, (son) insatiable curiosité du monde » (Tikatoûtin, p. 39) ont poussé Marceau dans des espaces inattendus. Son itinéraire professionnel débute par le métier d’enseignant qu’il part exercer au Sahara, en milieu sédentaire puis nomade. Dans le campement de l’amenukal de l’Ahaggar, il se heurte à une certaine hostilité ou indifférence des enfants touaregs, difficulté qui le blesse, qu’il essaie de comprendre et qui va stimuler sa curiosité et sa recherche sur le plan pédagogique. Il découvre avec passion la méthode Freinet et sera le premier à l’appliquer, avec succès, au Sahara. Ses rudes conditions de travail ne le rebutent pas. Il enseigne et vit dans la hutte-école qui « était une petite construction de paille de typhas, très modeste, de trois mètres sur trois. C’était à la fois l’école nomade et l’habitat de l’instituteur » (Tikatoûtin. p. 51).

Motiver les élèves, transmettre un savoir, aboutir à un résultat, correspondaient à une véritable vocation de pédagogue qui s’est prolongée ensuite dans le cadre universitaire. Les étudiants dont s’est occupé Marceau et dont je faisais partie ont eu la chance de bénéficier de sa capacité et de son goût à transmettre, avec toute la verve, l’enthousiasme, la saveur des mots, le talent de passeur de savoir et d’expériences qu’il possédait. Il savait mettre la réalité en scène, et nous avons tous savouré ses interventions passionnées, ses discours animés, ses images foisonnantes et l’extraordinaire mine de conseils, d’expériences, de souvenirs, d’anecdotes vécues qu’il nous offrait lorsqu’il nous parlait du Sahara, de sa vie d’instituteur nomade dans les campements touaregs, et enfin de ses engagements et questionnements de chercheur. Un chercheur nourri de longs séjours d’observation participante, mais aussi du désir de contribuer à un monde plus humain.

À la mesure de ses aspirations, il avait d’ailleurs vécu des expériences marquantes. Ainsi, en 1956, Germaine Tillion, intéressée par son étonnant parcours saharien, le sollicita pour participer au projet des Centres sociaux éducatifs à Alger. Pendant plus de quatre ans, Marceau s’investit pleinement dans cette « utopie en marche vers une fraternité interethnique, interculturelle » (Tikatoûtin, 172), qui fut brisée le 15 mars 1962 par un attentat de l’OAS fauchant l’équipe des responsables parmi lesquels l’écrivain Mouloud Ferraoun. Entre-temps, Marceau qui fréquentait le Musée du Bardo et avait noué des liens avec le centre de recherches préhistoriques dirigé par le Pr Balout, avait été recruté au CNRS. À partir de 1960, il retourna au Sahara pour mener des enquêtes ethnographiques en qualité de chercheur. Après l’indépendance algérienne, durant sept ans, il fit partie de l’équipe de G. Camps qui était demeurée à Alger jusqu’au départ en France en 1969.

Marceau aimait le travail de terrain et supportait sans problème la rusticité des conditions d’enquête. Sa sociabilité méditerranéenne était un atout majeur d’intégration dans des milieux parfois méfiants. Il avait un rapport chaleureux aux autres et savait établir de la connivence avec ses interlocuteurs. Où qu’il soit, j’ai toujours vu Marceau parler aux gens et susciter leur curiosité et leur intérêt. Il prenait d’ailleurs autant de plaisir à échanger avec des collègues chercheurs, toutes disciplines confondues, qu’avec les nomades touaregs, les cueilleuses de graminées sauvages, les modestes quinteniers sahariens qui travaillaient dans les jardins, les artisans du Queyras ou les paysans de Haute Provence. Son itinéraire de recherche était ancré dans le vécu, nourri par l’expérience, la sienne et celle des autres qu’il questionnait inlassablement, s’intéressant aux aspects même les plus modestes de la vie des individus et des communautés.

Son parcours et son œuvre scientifiques sont originaux à plus d’un titre. Parallèlement à la publication de ses mémoires, nous[2] avions prévu d’organiser en sa présence des journées de recherche qui seraient consacrées à son itinéraire de chercheur et qui ont dû être repoussées, de semestre en semestre, à cause de ses problèmes de santé récurrents au cours des dernières années.

Marceau a été un précurseur dans le domaine de l’anthropologie de l’alimentation. Il a été le premier à l’étudier au Sahara. Questionner la façon dont se nourrit une population qui vit dans un milieu aride aux ressources fragiles est un angle d’approche ingénieux, car il permet de saisir le fil qui conduit à tous les autres domaines d’une société : les techniques, l’économie, la gestion des ressources, l’organisation sociale et parentale, le sacré, la répartition des tâches, les rôles féminins et masculins…

Ces aspects de la vie de tous les jours auxquels Marceau prêtait attention – comme la culture alimentaire, la conservation des grains, les cueillettes et les moissons, l’utilisation des ressources naturelles végétales, animales, minérales… – sont devenus aujourd’hui des objets scientifiques de premier plan. Mais il faut savoir qu’à l’époque où il les étudiait, ces domaines étaient négligés, parfois jugés dérisoires et encore plus dans les aires pauvres et désertiques du Sahara central où justement la nourriture était rare. L’apport de Marceau en la matière, son obstination à se départir des thèmes à la mode, sont remarquables et donnent à ses enquêtes sur l’alimentation, menées à partir des années 1960, une grande modernité. Il a consacré de nombreuses publications aux techniques de production, de conservation, de préparation et de consommation des aliments, montrant l’intérêt nutritionnel de certaines pratiques de traitement des grains, par exemple la mouture traditionnelle du mil au Sahara. Il s’est intéressé à la symbolique alimentaire et dans un domaine où se croisent intimement observations empiriques, calculs mathématiques, savoirs agricoles et représentations du monde, il a également travaillé sur la production et l‘usage des mesures du temps, de l’espace, des volumes, des longueurs et des poids.

En lien avec les nouvelles orientations de l’ethnologie dans les années 1970, il a développé des thématiques sur la parenté et l’alliance, l’interprétation de l’endogamie, les modes de filiation, la transmission des biens et des pouvoirs, et a fondé, avec l’énergie qui le caractérisait, un réseau de recherches comparatives sur ces questions avec des collègues du Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris. Dans tous ces contextes, il a œuvré à inclure les jeunes, les doctorants et post-doctorants, à qui il offrait l’occasion unique de se former et de travailler dans des équipes de chercheurs confirmés.

À partir de 1974, Marceau a entamé un nouveau terrain au Yémen sur son thème de prédilection, l’alimentation, mais pas seulement. Il saisissait au cours de ses enquêtes de nombreux autres versants de la vie des gens qui se manifestaient spontanément dans leurs occupations et préoccupations, leurs labeurs et leurs loisirs, leurs tâches matérielles et immatérielles. On peut entendre ses archives sonores sur le site de la phonothèque de la MMSH et apprécier à travers ses enregistrements le spectre large de ses intérêts concernant par exemple les transformations du mode de vie, les mutations socio-politiques, les innovations techno-économiques, les rites agricoles, les fêtes, la poésie, les chants d’amour…

La fréquentation de plusieurs terrains, l’intérêt pour des thèmes multiples, la collaboration avec des spécialistes de diverses disciplines, ont favorisé la posture comparative ouverte qu’il a développée par exemple dans l’étude des systèmes techniques et de leurs dimensions esthétiques, éthique et symbolique qui le captivaient. Il a étudié sous cet angle des objets emblématiques tels que le coffre kabyle, le cadenas et l’épée touaregs, le pilon et le matériel de broyage saharien, les silos et magasins à grains du Yémen et du Sahara, les objets sculptés des artisans du Queyras.

Il a également travaillé sur l’histoire orale, dans le cadre de recherches collectives sur l’histoire du peuplement au Sahara et sur l’histoire contemporaine, notamment la période coloniale. Ces travaux thématiques ont été nourris par des approches monographiques, comme celles menées par exemple sur le village de Mertoutek au Sahara central ou sur une ville yéménite à l’architecture remarquable, Thula.

Il s’est impliqué aussi dans la gestion de la recherche en tant que directeur de laboratoire, directeur scientifique et élu au comité national, sensible à certaines questions auxquelles le centralisme français s’attache rarement, comme le sort des chercheurs français en province, sur lequel il avait écrit un rapport.

Une qualité encore que j’ai à cœur d’évoquer : Marceau était un excellent photographe. Ses clichés en noir et blanc sont d’une grande sensibilité. Il a su saisir les gestes, les expressions, les postures du quotidien dans leur simplicité, leur aspect naturel, leur spontanéité, qui montre la complicité, la proximité et l’amitié qui le liaient aux personnes photographiées. En fait, il ne se contentait pas d’être un photographe embusqué derrière l’objectif, il parlait à ceux qu’il photographiait et c’est cette communication entre lui et les autres qui donne à ses photographies toute leur densité et tout leur sens. Ce regard photographique si spécial de Marceau est un bon révélateur de sa démarche de terrain, combinant approche scientifique, engagement intellectuel, proximité sociale, souci humaniste, qui impliquent le chercheur dans la vie et les mutations locales.

Pleinement associés à la générosité de Marceau, il y avait enfin Andrée son épouse, ses enfants, toute sa famille à l’hospitalité chaleureuse. La maison Gast, ouverte aux humbles comme aux plus grands, aux étudiants comme aux professeurs, était une véritable institution parallèle, un centre de gravité, un havre amical, une agora où Marceau lançait les débats, un lieu chaleureux de rencontres et d’échanges internationaux où s’entrecroisaient travail, repas, détente, plaisanteries, découvertes… Quand je pense à Marceau, ce sont également ces images de connivence et de bonheur partagé qui me reviennent à l’esprit.

Hélène Claudot-Hawad, Directrice de recherche au CNRS – IREMAM, Aix-en-Provence


[1]Ce texte reprend en grande partie l’hommage publié dans l’Encyclopédie Berbère (n°XXIX, 2011) où figure également une bibliographie exhaustive de Marceau Gast à laquelle les lecteurs voudront bien se référer.

[2] Équipe 5 de l’IREMAM : « Marges et identités plurielles du Nord de l’Afrique ».

pdf CPréhméd1*-2010_Mémoires-Gast

L’homme et l’inégalité. L’invention de la hiérarchie durant la Préhistoire — Brian Hayden

1-Hayden-CouvParis, CNRS Editions 2008, 161 p., illus., tab., graph. 11,40 € (Traduction en français de J. P. Chadelle et S. A. de Beaune) — 978-2-271-06665-7

Sous la forme d’un court essai, Brian Hayden, ethno-archéologue canadien, entreprend une synthèse relative à l’un des sujets les plus classiques et les plus redoutables de la philosophie et de l’anthropologie politiques : l’origine de l’inégalité parmi les humains. S’il avait voulu s’en tenir à une prudence élémentaire, compte tenu du format d’édition auquel il était contraint, Hayden se serait contenté d’un bréviaire à l’intention des étudiants de première année où il aurait rendu compte, comme il le fait au pas de charge en introduction et dans le premier chapitre, de la pléthore de théories classiques et contemporaines sur la question. Mais son ambition est beaucoup plus vaste, puisqu’il ne propose rien moins que la solution au problème suivant : pourquoi, à travers le temps historique long, a-t-il existé des sociétés dépourvues d’ordre politique coercitif et d’autres fondées sur cet ordre, ces dernières étant devenues progressivement les seules empiriquement observables ?

Selon Hayden, l’apparition de la hiérarchie ne tient pas aux critères habituellement retenus par l’analyse fonctionnaliste (la pression démographique qui imposerait aux sociétés les plus peuplées de réguler par le pouvoir coercitif l’accès aux ressources et leur distribution). Elle n’est pas pour autant rétive à la modélisation, comme le laissent entendre les théoriciens post-modernistes, qui veulent réduire l’explication de la relativité politique des sociétés humaines à l’aléatoire (p. 23). L’auteur réfute aussi l’explication par la sédentarisation des sociétés en se fondant sur des preuves de l’existence de l’inégalité au Paléolithique moyen – repérable grâce à la pratique éminemment distinctive du traitement funéraire. Selon lui, l’apparition de l’inégalité tient à un facteur matériel – la création de surplus – et politique – la nécessité de gérer ces surplus. Or, ce n’est pas la vie sédentaire qui détermine l’apparition des surplus mais bien l’inverse (p. 26) ; quant aux surplus eux-mêmes, leur existence et leur développement ne s’expliquent pas par une nécessité économique de subsistance, mais bien par la logique politique de l’inégalité (p. 69).

Suivant une ligne évolutionniste, Hayden cherche le passage entre la société égalitaire, fondée sur le partage, dont les Aborigènes australiens et les Bushmen seraient les derniers représentants, et la société inégalitaire devenue quasi universelle avec la mondialisation de la modernité. Il pense le trouver dans les sociétés « trans-égalitaires » de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique moyen, dont l’ethnographie du XXe siècle nous offre des exemples tels que celui des Amérindiens de la Côte Nord-Ouest – dont il a une connaissance de terrain – ou des tribus à Big Men de Nouvelle-Guinée. Dans ces sociétés, les élites économiques n’apportent pas d’aide aux gens du commun en temps de crise ; elles rompent résolument avec les lois du partage qui président aux sociétés égalitaires, introduisant un facteur de distinction individuelle qui annonce la société inégalitaire (p. 30). Cela dit, l’accumulation de richesses ne détermine pas par elle-même la hiérarchie ; car celui qui dans une société trans-égalitaire thésauriserait sans dépenser pour faire briller son prestige se verrait mis au ban par ses pairs. Cette menace n’est pas vaine dans les groupes où la hiérarchie se présente comme une pyramide inversée ; ainsi en va-t-il des sociétés amérindiennes de la Côte Nord-Ouest ou de Californie, dont les deux tiers des membres appartiennent à l’élite (p. 52).

En réalité, c’est l’utilisation des surplus par les chefs qui entraîne la complexification des rapports sociaux, la formation de réseaux de privilégiés, la création de projets par des gouvernants cherchant à tirer avantage, pour eux, leur lignage et leur clientèle, de la position de commandement. Concrètement, cette entreprise d’accroissement du pouvoir personnel passe par la reconnaissance du droit de propriété, la constitution de dettes contractuelles, l’organisation de festins, la fixation du prix de la fiancée ou de la dot, la circulation d’objets de prestige, l’imposition de tabous, la gestion des guerres et des calamités, l’accès au surnaturel, la manipulation des valeurs culturelles, la mise à distance des autres et la distribution de pots-de-vin (Chapitre 2, p. 57 sq). Ces stratégies, combinées d’une façon ou d’une autre dans les sociétés trans-égalitaires, ne sont pas pour autant de nature capitaliste puisque l’exercice de la domination politique peut conduire à des dépenses de prestige de type potlatch ou pig festivals, dont la tradition anthropologique a bien montré à quel point leur logique compétitive, poussée à son terme, était incompatible avec l’économie de marché.

Le dernier chapitre de l’ouvrage, essentiellement archéologique, fait état de l’absence d’objets de prestige, de techniques de stockage et de sépulture au Paléolithique inférieur, tandis qu’au Paléolithique moyen, entre – 120 000 et –35 000, apparaissent les premiers indices d’inégalité. Le Paléolithique supérieur enfin, qui correspondrait au modèle des cultures du Nord-Ouest américain, serait caractérisé par une multiplication des objets de prestige, des techniques de conservation de la nourriture, des vêtements en peau, de l’architecture monumentale, du culte des ancêtres, des sociétés secrètes. Hayden voit dans cette phase la véritable révolution dans l’histoire de l’humanité, une dynamique socio-politique nouvelle, portée par l’ambition individuelle des chefs, qui conduit tout droit à la domestication des espèces végétales et au Néolithique, considéré comme une conséquence dérivée du Paléolithique supérieur (p. 119). En bon évolutionniste mâtiné d’écologisme, Hayden pousse sa démonstration jusqu’à nos jours, où seul l’épuisement des ressources naturelles, imminent, pourra freiner la recherche effrénée de la distinction individuelle que le Paléolithique supérieur avait vu s’épanouir (129-133).

Sur ce dernier point, et s’il fallait rester fidèle à l’argumentation de l’auteur, on pourrait regretter son manque de sens prospectif, ce qui n’est pas digne d’un évolutionnisme aussi peu tempéré que le sien : car de nos jours, n’est-ce pas à un formidable renouvellement de la notion même de surplus que l’on assiste avec l’inflation apparemment illimitée des ressources virtuelles – médias, informatique –, engendrant une surnature dont la maîtrise par les élites est peut-être le plus efficace moyen de domination des masses que l’homme n’ait jamais expérimenté ? Mais si cette remarque est bien dans l’air du temps, une critique plus profondément anthropologique nous est inspirée par l’essai d’Hayden. Elle tient au caractère extraordinairement généralisant de l’ouvrage, qui renoue avec les vieux schémas tripartites d’évolution unilinéaire ici, on serait passé, indistinctement d’un continent à l’autre, de « sociétés égalitaires », un concept qui n’est pas sans rappeler Morgan et son « communisme primitif », aux « sociétés transégalitaires », puis aux « sociétés inégalitaires ». Ces dernières ne seraient qu’un avatar des secondes, qui voient triompher la « révolution  politique» conduite par des chefs motivés par l’ambition personnelle. Or, l’ethnographie américaniste, dont Hayden est pourtant un spécialiste, fait état, plutôt que d’une recherche « pré-capitaliste » de l’intérêt personnel, d’une véritable servitude liée au pouvoir des chefs. Le plus souvent, ceux-ci sont en effet voués à la dépense et au sacrifice personnel au bénéfice du groupe (dans le potlatch, où ils vont jusqu’à se ruiner pour faire briller le prestige de leur clan), ou bien politiquement neutralisés par le groupe, comme chez les Guayaki de Clastres. Et encore aujourd’hui, chez les Huichol du Mexique, nous avons pu observer à quel point la charge politique, transmise chaque année d’un individu à l’autre, était tyrannique pour celui qui avait la malchance d’avoir à l’exercer à ses dépens.

En outre, on déplorera que la tradition évolutionniste « primitive » réhabilitée par Hayden soit desservie par une érudition chancelante qui ne ferait pas honneur aux illustres prédécesseurs de cette lignée théorique. Ainsi, dans le bref panorama préliminaire des théories classiques de l’origine de l’inégalité, Maine est-il ignoré, Morgan associé aux doctrinaires de l’inégalité des races ainsi que le pauvre Auguste Comte, mal marié à Gobineau et, par une descendance effroyable, à l’eugénisme de la fin du XIXe siècle et, évidemment, à la politique du IIIe Reich (p.11)! Quant à Turgot, il est bombardé avec précipitation ministre de Louis XV, un anachronisme qui n’aurait pour le moins pas dû échapper aux traducteurs français.

Frédéric Saumade, Université de Provence-IDEMEC Aix-en-Provence

pdf : CPréhméd1*-2010_Hayden