Archaeobotanical database of Eastern Mediterranean and Near Eastern sites

Base de données

La base de données archéobotaniques fait partie d’un projet de recherche qui étudie le développement des plantes sauvages préhistoriques du Proche-Orient et de la Méditerranée orientale : Grèce, Turquie, Iran occidental, Irak, Syrie, Liban, Israël, Jordanie, Egypte du Nord. Le cadre chronologique comprend les périodes Chalcolithique, Ages du bronze et du fer, Histoire jusqu’au Moyen Age.
Les données archéobotaniques de 250 sites archéologiques de la région ont été recueillies et seront analysés dans un projet de recherche en cours. Une partie des données est disponible pour les paléobotanistes, les archéologues et autres intéressés. Des requêtes sur les sites et les taxons sont possibles.

Le projet est hébergé par l’Institut de Pré- et Protohistoire et Archéologie médiévale de l’Université de Tubingen (Institut für Ur- und Frühgeschichte und Archäologie des Mittelalters der Universität Tübingen) et conduit par Simone Riehl.

Pour en savoir plus

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Le corridor Mer Caspienne – Mer Noire – Mer Méditerranée au cours des derniers 30 000 ans

Variation du niveau marin et adaptation humaine
Carte pour 3000-4000 BP

Que savons-nous avec certitude sur l’histoire de la région de la mer Noire?
Le site http://black.sealevel.ca/ invite à une coopération multidisciplinaire et multi-nationale pour rassembler les données et présenter l’image passée de la région.
Les données sont multiples : climatiques, archéologiques, géologiques.
Les cartes sont consultables par tranches de temps.

Voir par exemple : 3-4,000 BP

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Die Gletschermumie aus der Kupferzeit 2. La mummia dell’età del rame 2 — Angelika Fleckinger (dir.)

Neue Forschungsergebnisse zum Mann aus dem Eis – Nuove ricerche sull’Uomo venuto dal ghiaccio. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 3 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 3), 135 p. 26,50 € . ISBN : 3-85256-244-X / 88-86857-41-1 http://www.folioverlag.com

Le Musée Archéologique du Haut-Adige, à Bolzano, conserve et présente au public depuis 1998 la momie du glacier du Similaun –Ötzi ou Iceman– découverte et récupérée à plus de 3200 m d’altitude dans les Alpes de l’Ötztal en septembre 1991.

Presque vingt ans après sa découverte, cette momie est devenue non seulement une sorte d’icône pour la Préhistoire alpine, mais aussi un champ d’investigations scientifique complet (archéométrie, biologie humaine, biogéochimie isotopique, génétique des populations, etc.) sans équivalent dans le monde. Quatre volumes publiés par Springer verlag (le premier dès 1992), ainsi que des dizaines d’articles scientifiques font l’état d’une extraordinaire moisson de résultats. Outre la dispersion des données, il faut convenir que certaines méthodologies et certaines disciplines peuvent s’avérer opaques aux préhistoriens. Le Musée de Bolzano publie, dans le troisième volume de sa collection de monographies, le second volume d’études consacrées à la momie du glacier (1). L’ouvrage est élégant, d’une maquette agréable qui accueille une iconographie abondante en couleur. Douze articles rédigés en allemand, en anglais ainsi qu’un en italien, constituent la matière de ce volume de 135 pages. Notons que les articles sont dotés de deux résumés dans les langues différentes de celle du texte. Malheureusement, la rédaction des légendes des illustrations n’est pas multilingue. Nous ne détaillerons pas les articles un à un, mais on peut dresser un court inventaire thématique : archéométallurgie cristallographique de la hache de cuivre (Artioli et al.) ; archéologie expérimentale de la cape végétale (Barth) ; écologie et répartition géographique des mousses végétales en association avec la momie (Dickson) ; dispositif muséal de conservation de la momie (Egarter Vigl) ; interprétation archéologique du mobilier métallique de la momie (Gleirscher) ; analyse de la découverte de la flèche dans le corps de la momie (Gostner et Egarter Vigl) ; analyse archéologique des chaussures (Malhotra) ; indices de mobilité géographique et analyse isotopique (Müller, McCulloch, Fricke, Halliday) ; taphonomie récente de la momie dans le glacier (Oeggl) ; processus de momification décrit par l’ADN bactérien (Rollo) ; distribution corporelle des tatouages (Sjøvold) ; microbiologie des organismes saprophytes actifs sur le corps momifiée (Tiefenbrunner).

La plupart des contributions revêtent un intérêt qui concerne l’ensemble des néolithiciens, soit parce qu’elles délivrent des informations totalement nouvelles sur le Néolithique – le rapport à l’espace qu’entretient un individu du Néolithique au cours de son existence par exemple – soit parce qu’elle met en œuvre des méthodes rares ou nouvelles dont l’application à d’autres découverte est possible. Relevons quelques exemples qui ne couvrent pas l’ensemble des contributions rassemblées.

Les mousses végétales (bryophytes) sont des indicateurs écologiques précis que connaissent et exploitent les botanistes et les phytosociologues. Leur intérêt à déjà été utilisé en Préhistoire, par exemple pour cerner l’approvisionnement du matériau de calfatage des parois de maison sur le site de la station 3 de Chalain. L’étude présentée ici par J. H. Dickson, se fonde sur un relevé floristique actuel des mousses végétales du piémont alpin méridional. Ce relevé, comparé aux spécimens retrouvés sur la momie, permet de contribuer de manière originale à la reconnaissance des parcours effectués par Ötzi peu avant sa mort.

Un bilan de la découverte, abondamment évoquée, d’une armature de flèche au niveau de la ceinture scapulaire de la momie fait l’objet d’un article de huit pages (p. 57-64) illustré d’images tomographiques et photographiques. L’essentiel était déjà publié par les mêmes auteurs dans une revue à plus large diffusion (Gostner et Egarter Vigl 2002).

Les études isotopiques se multiplient depuis quelques années. L’étude présentée ici (Müller et al.) examine des sections fines réalisés sur les dents de la momie. Comparées à la géologie locale, ces analyses isotopiques (Plomb, Uranium, Strontium) autorisent une définition assez précise du territoire parcouru par cet individu. Mais loin de s’arrêter aux dernières années vécues par le sujet, la structure dentaire offre une approche biographique inédite – de l’enfance au décès – que l’on peut comparer aux résultats observés sur le squelette ou les intestins (p. 80-85).

Un court article (Oeggl, p. 91-100) établit un bilan intéressant de ce que l’on peut désigner comme les phénomènes post-dépositionnels qui se sont déroulés entre le décès d’Ötzi et sa prise dans la glace. Son séjour dans de l’eau liquide pendant plusieurs mois est à l’origine de phénomènes taphonomiques (momification) et archéologiques (démantèlement de l’équipement, déplacement des objets et de quelques éléments du corps) particuliers qui sont ici recensés et cartographiés.

Les tatouages d’Ötzi, qui ont fait l’objet de beaucoup de digressions, sont présentés d’une manière systématique avec une série de clichés infra-rouges. Il s’agit, à notre connaissance de la première présentation aussi exhaustive (Sjøvold).

Voici donc un rapide aperçu d’un volume élégant, utile – puisqu’il donne un aperçu de nombreuses recherches très spécialisées et d’accès difficile – pour un prix assez réduit.

Références citées :

  • Gostner P., Egarter Vigl E., – Report of radiological-forensic findings on the Iceman. Journal of Archaeological Science, 29, 3, p. 323-326.
  • Samadelli M. (ed.) 2006 : The Chalcolithic mummy. In search of immortality. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 4 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 4), 175 p.
  • Südtiroler Archäologiemuseum 1999 : Die Gletschermumie aus der Kupferzeit. Neue Forschungsberichte zum Mann aus dem Eis. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 1 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 1), 125 p.

Notes :

(1) Nous ne présentons pas ici une recension des deux autres volumes publiés par le Musée de Bolzano. Le premier volume (Südtiroler Archäologiemuseum 1999) est constitué des actes d’un colloque qui s’est tenu au moment de l’inauguration du Musée. Il nous semble aujourd’hui obsolète. Le troisième volume (Samadelli 2006) est consacré principalement à la description du dispositif unique au monde de conservation de la momie. Il ne nous apparaît pas utile de le commenter ici.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence

pdfCPréhméd1*-2010_Fleckinger(2)

L’Homme et la Mort. L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire — Anne Marie Tillier

Paris, CNRS Editions 2009, 185 p., 12 € (Coll. Le Passé recomposé ) — 978-2-271-06878-1

Situer dans le temps et dans l’espace la prise de conscience de la mort par les hommes de la Préhistoire constitue la question centrale de cet ouvrage.  La première partie pose les bases de la réflexion (typologie, principe de l’archéologie de la mort). La seconde commence par la description des premiers témoignages fiables de sépultures en les replaçant dans leur contexte archéologique et chronologique, les chapitres suivants sont consacrés aux regroupements de défunts dans la même tombe ou dans le même lieu, au mobilier associé aux morts, aux manipulations d’ossements.

Dès l’introduction, l’auteur rappelle, que les indices témoignant d’une  conscience de la mort ne sont accessibles que par la mise en évidence d’une attention particulière portée aux morts, témoignant de l’existence d’une idéologie funéraire. Il  est donc curieux que la définition de la sépulture (J.Leclerc et J.Tarrête,1988) apparaisse dans le chapitre 4, et qu’elle ne fasse l’objet d’aucun commentaire alors qu’elle a été discutée à plusieurs reprises. B. Boulestin et H. Duday (2005) ont montré que cette notion est loin d’être clairement définie lorsqu’il s’agit de vestiges archéologiques. Ce concept mérite une place première, en amont de la réflexion. On regrette également que le mobilier découvert dans les tombes paléolithiques soit présenté dans le chapitre 6, alors que ce paramètre fait partie intégrante des gestes funéraires ou commémoratifs et contribue à la mise en évidence d’une idéologie funéraire.

 

Dans le premier chapitre, l’auteur présente une typologie des gestes : traitement du cadavre (inhumation, crémation, anthropophagie), manipulations de restes osseux hors du temps funéraire (ossuaire) et phénomènes sociaux particuliers (mort d’accompagnement, sépulture secondaires souvent liés à un culte des ancêtres). Les gestes funéraires stricto-sensu et ceux intervenant bien après les funérailles, la restitution du geste et son interprétation sont présentés sur un même plan ; la distinction entre sphères descriptive et interprétative aurait nourri les bases de la réflexion. En effet, si la présentation des plus anciennes « inhumations volontaires » et la démonstration qu’il s’agit de sépultures est convaincante, le dernier volet de l’ouvrage, énumérant les vestiges osseux qui ne sont pas liés à des inhumations primaires l’est moins. Y sont abordés les témoignages de prélèvements d’ossements, de squelettes partiels, de décarnisation et de crémation ;  ils apportent peu à la démonstration puisque l’interprétation des gestes (n’intervenant pas, d’ailleurs, au même moment du temps funéraire) reste imprécise.

L’auteur présente avec justesse et clarté la genèse et le développement de l’archéothanatologie. L’étude des restes osseux sortis du cadre archéologique a longtemps été le mode de fonctionnement des anthropologues qu’ils travaillent sur des populations pléistocènes ou holocènes. Les restes humains sont considérés dans une perspective archéologique et font l’objet d’enregistrements détaillés dès la fouille depuis peu de temps. Auparavant, les restes osseux étaient écartés de l’analyse des tombes alors qu’ils en sont l’élément clé. Ils sont désormais au centre du discours de l’Archéologie de la Mort.

Le chapitre consacré au rassemblement des défunts traite également de l’apparition des sépultures multiples considérées comme une attitude nouvelle face au défunt. Pourtant, le témoignage le plus ancien de ce type de tombe est contemporain des premières sépultures individuelles, sur le site de Qafzeh au Proche Orient (environ 90 000 avant notre ère). Discuter du regroupement d’inhumations individuelles dans un espace collectif et des sépultures dans lesquelles plusieurs individus sont inhumés simultanément dans un même chapitre n’est pas habituel. Leur mise en place n’obéit pas aux mêmes types de contraintes et/ou de motivation. Dans le premier cas, les défunts sont liés dans la mort, leur dépouille repose dans un espace circonscrit et à vocation funéraire, dans l’autre, ils sont liés par la mort (cause du décès commune ou mort d’accompagnement). De plus, il est curieux (mais il s’agit probablement de contraintes éditoriales) que ne soit pas fait référence aux deux articles récents sur la question des tombes multiples parus dans les bulletins de la Société Préhistorique Française (Chambon et Leclerc 2007 ; Boulestin 2008). Même si ces deux travaux se basent sur des ensembles funéraires néolithiques, ils mettent la focale sur la façon dont l’interprétation des sépultures multiples doit être abordée.

Cet ouvrage appréhende l’émergence du geste funéraire dans le temps et l’espace, la variété des gestes décrits offre un potentiel de discussion sur l’homme préhistorique et ses morts qui a été effleuré. Pourtant, comme l’écrit l’auteur dès l’introduction, les gestes liés aux défunts renseignent sur l’organisation de la société des vivants. C’est, à mon sens, tout l’intérêt de l’archéologie de la mort, mais pour se faire, on ne peut se couper des références de l’anthropologie sociale. Avec justesse, l’auteur met en garde à plusieurs reprises sur l’utilisation de l’ethnologie pour interpréter le geste lié au cadavre et à la manipulation des restes osseux. Toutefois un recours raisonné à l’anthropologie sociale permet de cerner le champ du possible. Si on considère que la pensée qui induit le geste est inaccessible, nous ne pourrons dépasser l’étape descriptive ; dès lors la question est posée, « pourquoi entreprenons-nous des fouilles (Gallay, 2010)? »

  • Boulestin B., Duday H., 2005 — Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire, in Mordant C., Depierre G. (dir.) — Les pratiques funéraires de l’Age du Bronze en France, Paris, CTHS, p.17-35.
  • Boulestin B. 2008 — Pourquoi mourir ensemble ? A propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 105, p.103-130.
  • Chambon P., Leclerc J. 2007 — Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 104, p. 289-306.
  • Gallay A., 2010 — Archéologie funéraire préhistorique et anthropologie sociale : une collaboration possible ? in Baray L., Boulestin B. (dir.) — Morts anormaux et sépultures bizarres, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, p. 5-11.
  • Leclerc J., Tarrête J., 1988 — Sépulture, in Leroi-Gourhan A. (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, p. 963-964.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France, e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr

pdfCPréhméd1*-2010_Tillier

Breaking Ground: Pioneering Women Archaeologists – Getzel M. Cohen (dir.), Martha Sharp Joukowsky (dir.)

The University of Michigan Press, 2007, 616 pages, 0-472-03174-0/978-0472031740, 90$

Parmi les nombreux livres, plus ou moins polémiques, et souvent plus théoriques qu’historiographiques consacrés à la place des femmes en archéologie, ce copieux ouvrage de plus de 600 pages tient une place à part.

Le texte de cet ouvrage collectif est constitué de douze chapitres biographiques, précédés et suivis d’une introduction et d’une conclusion des auteurs. Ce sont donc douze femmes pionnières en archéologie, dont le parcours est retracé (J. Delafoy, E. B. Van Deman, M. A. Murray, G. L. Bell, H. Boyd Hawes, E. Howard Hall Dohan, H. Goldman, G. Caton-Thompson, D. A. E. Garrod, W. Lamb, T. B. Goell, K. Kenyon). L’intérêt principal de ce livre tient au contenu des chapitres qui mêle l’origine – souvent privilégiée voire aristocratique de ces personnes – et leur parcours personnel, aux pratiques de terrain et à l’évolution de la discipline. Il ne s’agit pas d’une histoire des concepts ou de l’évolution de la discipline, peu de chose en commun avec les travaux de B. Trigger, N. Richard, A. Schnapp ou N. Coye. Il ne s’agit pas non plus d’une histoire des femmes comme ont pu l’écrire M. Perrot ou d’autres. Il s’agit encore moins d’une évocation littéraire comme en écrit T. Chevalier, bien que les vies de certaines archéologues présentées recèlent un potentiel romanesque et narratif indéniable.

Cet entrelacement des parcours académiques et des successions des problématiques archéologiques entre 1860 et 1950 est particulièrement intéressant et novateur. Il situe carrières et publications dans des débats précis dont nous avons perdu la logique d’apparition, de cristallisation, et la saveur polémique parfois forte dans un discours qui s’apparente à une histoire sociale des sciences. Précisons que chaque chapitre est doté d’un appareil critique assez riche comprenant des notes et une bibliographie succincte des femmes évoquées. Un cahier central reproduit des photographies parfois étonnantes.

Ce qui est frappant dans l’évocation des carrières des douze femmes présentées est la place tenue par la Préhistoire et la Méditerranée. Le monde méditerranéen est un horizon culturel pour ces femmes issues des milieux privilégiées d’Europe occidentale. Culture classique et biblique, au cours de l’apogée de la Grande Bretagne victorienne ou de l’entre-deux guerres, la Méditerranée est pour elles une évidence, un non-dit, un terrain archéologique qui va de soi. Quant à la Préhistoire, discipline misogyne et androcentrique s’il en est, c’est un trait plus surprenant. Les chapitres consacrés à D. A. E. Garrod et K. Kenyon sont incontournables (deux ouvrages biographiques ont d’ailleurs été consacrés respectivement à la première professeure à « oxbridge » ainsi qu’à la directrice des fouilles de Jéricho). Mais on consultera aussi avec intérêt la biographie de M. A. Murray, élève et collaboratrice de W. M. Flinders Petrie, véritable fondateur des études sur la période prédynastique égyptienne ou encore H. Boyd Hawes et sa contribution à l’archéologie mycénienne.

Ajoutons, pour information, l’existence d’un site web prolongeant nos connaissances sur  les biographies d’autres femmes archéologues  http://www.brown.edu/Research/Breaking_Ground/

Arrêtons nous ici. Il s’agit à l’évidence d’un ouvrage riche et finalement assez inattendu.

pdfCPréhméd1*-2010_Cohen&Joukowsky

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence

Réseaux au Néolithique : circulation des idées, des produits et des matières premières dans le bassin méditerranéen occidental (VIIe – IIIe millénaires aC)

Networks in the Neolithic. Raw materials, products and ideas circulation in the Western Mediterranean basin (VII-III aC)

au 4 février 2011
Gavà & Bellaterra (Barcelone)

Conférence internationale
Le Département de Préhistoire de l’Université autonome de Barcelone, les SAPPO (Seminari d’Arqueologia Prehistòrica del Pròxim Orient), la Mairie et le Musée de Gavà organisent cette Conférence internationale : elle sera l’occasion d’exposer les travaux en cours et de mettre en place un espace de dialogue, de débat et d’échange de données dans une ambiance détendue et amicale en rassemblant le maximum de chercheurs des péninsules ibérique et italique, du Maghreb, du sud de la France et des différentes îles de de la Méditerranée occidentale.

Plus d’informations sur le site web du colloque

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Préhistoires de l’écriture

Prehistories of writing

du 15 au 17 décembre 2010
Aix-en-Provence – MMSH

Colloque international LAMPEAIREMAM

Affiche

« Le colloque présenté ici a pour objet de faire se rencontrer des spécialistes qui travaillent sur différents systèmes graphiques attestés au IVème millénaire dans la vallée du Nil. Par «système graphique», nous entendons des ensembles iconographiques peu ou prou contemporains des premiers hiéroglyphes, caractérisés par une grande complexité dans leur fonctionnement et par la richesse du message qu’ils sont à même de transmettre. Cinq supports d’images ont été retenus ici : les sceaux, appliqués sur de l’argile molle et s’y imprimant, les potmarks (des signes incisés sur la surface des vases de transport ou de stockage), des objets de prestige couverts de relief, à tel point qu’ils perdent toute fonction utilitaire (palettes à fard, têtes de massue et manches de couteau), les gravures rupestres disposés le long des ouadis, dans le désert oriental et occidental et les décors peints des vases. »

Comité scientifique :
– G. Graff (IRD – MMSH Aix-en-Provence)
– M. Bailly (Université de Provence – MMSH Aix-en-Provence)
– A. Jimenez-Serrano (Université de Jaen, Espagne)
– R. Mugnaioni (IREMAM – MMSH Aix-en-Provence)

Contact
Gwenola.Graff [at] ird.fr

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Broadening horizons 3


3rd Conference of Young Researchers working in the Ancient Near East

19 au 21 juillet 2010
Barcelone

« Avec l’objectif principal d’accroître et encourager les contacts, les débats et les relations entre jeunes chercheurs qui travaillent sur différents aspects de l’étude du Moyen-Orient, nous vous encourageons à profiter et participer à la 3ème édition du congrès Broadening Horizons. La conférence aura lieu à Barcelone (Espagne) entre le 19 et 21 Juillet, faisant de cet événement une bonne opportunité de dialogue, de discussion et d’échange d’informations et d’idées dans un cadre agréable et détendu. »

Les sujets principaux du congrès sont liés principalement à la reconstruction naturelle et culturelle de l’ancien paysage :
– Exploitation du milieu naturel et les stratégies de subsistance
– Impact des dynamiques anthropiques dans l’évolution du paysage
– Reconstruction socio-économique des sociétés passées basée en le registre archéologique, historique et environnemental
– Stratégies d’implantation et réseaux de circulation et application de nouvelles technologies dans la recherche archéologique

Date limite d’inscription : 17 mai 2010

En savoir plus

La base de dades radiocarbòniques de Catalunya/ La base de données radiocarbone de Catalogne

Cette base de données permet à l’utilisateur de retrouver des datations d’échantillons archéologiques en partant des informations habituelles (code du laboratoire, type de matériau daté, etc.) ou bien d’obtenir des listes de datations par site, par région naturelle et / ou par chronologie.

Voir le site
http://telearchaeology.com/c14/db.aspx

Excavations in the Riparo Valtenesi, Manerba, 1976-1994 — Lawrence Harry Barfield (dir.)

Firenze, 2008, Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, 593 p. 70 € (ORIGINES) — 978-8860-5052-4. http://www.libroco.it/

L’ouvrage est la monographie d’un site funéraire parmi les plus intéressants de l’âge du Cuivre d’Italie du Nord. L’abri Valtenesi a été fouillé à plusieurs reprises à partir de 1976, la dernière intervention s’étant déroulée en 1994 après plus de dix ans d’interruption.

Après une description soignée de la localisation du site et de l’histoire de la recherche, l’auteur présente les données archéologiques et la stratigraphie. La fréquentation principale du site correspond à l’utilisation de la nécropole de l’âge du Cuivre, mais des fréquentations précédentes (Mésolithique, Néolithique) et suivantes (âge du Bronze, époque romaine, Moyen Âge) sont connues, ces dernières ayant détruit la continuité stratigraphique de la nécropole. Chaque zone est donc décrite separément pour ce qui concerne, soit la stratigraphie, soit l’interprétation fonctionelle.

La deuxième partie regroupe les descriptions analytiques de toutes les catégories de mobilier. Pour chaque catégorie, le catalogue complet, un cadre historique interprétatif, les données technologiques et la représentation graphique de chaque objet sont fournis. La troisième partie est consacrée aux analyses anthropologiques (en partie en italien), archéozoologiques, archéobotaniques des macro- et microrestes, aux datations radiocarbones et dendrochronologiques.

Les chapitres suivants offrent une synthèse générale des données et l’interprétation du site et des activitées funéraires complexes qui s’y sont déroulées, encadrées dans une vue générale des pratiques funéraires de l’âge du Cuivre en Italie du Nord.

L’ouvrage se termine avec une brève description des phases protohistoriques et historiques documentées sur le site, quelques notes sur le site d’habitat Soprasasso, qui se trouve au-dessus de l’abri et enfin la géologie et la géomorphologie du site sont abordées.

Comme il en était coutumier, Barfield offre une présentation intéressante du site : la structure de l’ouvrage se compose, dans chaque section, d’une description très objective et soignée des données, auxquelles sont ajoutés des développements interprétatifs et historiques. C’est spécialement évident pour ce qui concerne la description de la stratigraphie, très complexe et difficile à lire, et l’analyse des structures funéraires, pour lesquelles il propose des hypothèses sur les possibles fonctions.

Malheureusement la bibliographie ne comprend pas les publications les plus récentes sur l’âge du Cuivre italien, s’arrètant apparement vers 2002/2003 avec très peu d’exceptions. La cause en est très certainement la détérioration de l’état de santé de l’auteur, déjà très malade au moment de l’édition. Ses dernières forces ont été consacrées à sa volonté de nous offrir, malgré tout, cette monographie précieuse. Nos pensées et nos remerciements vont à  sa mémoire.

Valentina Leonini – Università degli studi di Siena

P.S. : L. R. Barfield est décédé le 2 juillet 2009. Pour cet acteur majeur de l’archéologie du Néolithique italien, on consultera avec profit la notice nécrologique que lui a consacrée la revue Antiquity — http://antiquity.ac.uk/tributes/barfield.html

pdf : CPréhméd1*-2010_Barfield