Le site CerAfIm se dote d’une interface anglaise

Le site CerAfIm s’est doté d’une interface anglaise : les textes des articles ont été traduits et la structure du site a été doublée. La navigation se fait soit par les sigles « en | fr » dans la barre de titre, soit par un système d’icônes associés à chaque article (drapeaux français et anglais).

CerAfIm collaborative database provides clues for the analysis of techniques, tools and motifs related to the Impressed African Ceramics from Neolithic to Modern era.
The Website includes the following sections:

Autour du Pic Saint Loup à l’âge du Cuivre, un monde villageois il y a 5000 ans — Jacques Coularou, Jean Gascó, Philippe Galant

 

Préface de Jean Guilaine, Photographies d’Alain Aigoin, Archives d’écologie préhistorique, Toulouse, 2011, 178 p., 20 € — 9782358420068

Les premières pages fixent le propos de l’ouvrage, il s’adresse à un lectorat large ; son format modeste en fait un ouvrage pratique pouvant accompagner le lecteur à la découverte des témoins de la fin du Néolithique autour du Pic Saint Loup. Le texte est accompagné d’une sélection d’illustrations au trait et de clichés photographiques de qualité. Il concerne un cadre chronologique et un espace géographique larges, la fin du Néolithique dans les garrigues languedociennes, avec pour point central de l’exposé un épisode de l’Histoire méditerranéenne : le Fontbouisse.

L’évocation du parcours des quatre auteurs annonce la consistance du contenu et la préface de Jean Guilaine résume sa trame : à la fin du Néolithique, le Fontbouisse est une entité originale du Midi méditerranéen. Le plan détaillé et précis amène progressivement le lecteur des cadres généraux aux exemples particuliers avant de lui laisser le loisir d’approfondir ses connaissances par la lecture des notices et des références bibliographiques qui viennent clore l’ouvrage.

Dès l’introduction, par un historique des recherches et la mention des sites accessibles, l’ouvrage ouvre l’érudition à un lectorat étendu. La première partie concerne le contexte général. L’évocation du cadre historique permet aux auteurs de rappeler que le Fontbouisse existe en premier lieu en tant que terminologie de la recherche. Aujourd’hui, le Fontbouisse est souvent illustré par une mosaïque de styles céramiques dont la perception (inconsciente) est celle des premiers chercheurs : les « tribus » sont devenues des « faciès » mais le fond conceptuel est le même, seule la terminologie a changé. Les auteurs rappellent avec justesse qu’il y a confusion, trop répandue hélas, entre peuple et culture matérielle. Le Fontbouisse n’est pas qu’un type céramique. La spécificité de cette entité concerne plusieurs autres domaines. Un contexte naturel, l’espace de prédilection est centré sur les petits plateaux calcaires de l’arrière-pays montpelliérain. Une identité architecturale à caractère monumental, les constructions domestiques obéissent à des standards (bâtiments à absides, structures rondes) et l’organisation de l’habitat suggère la référence à un modèle de structuration spatiale. Une exploitation aboutie des ressources naturelles (vivrières, matières premières, cavités), ce rapport au contexte témoigne de l’insertion dans ce paysage si particulier. À la fin du Néolithique, le Fontbouisse est l’osmose d’un substrat naturel et d’un groupe humain, c’est le cœur de cet ouvrage.

Pour les auteurs, du calcaire des garrigues à celui des causses, le Fontbouisse est l’assemblage d’entités sociales inégales, diversifiées et hétérogènes en interaction avec les groupes contemporains dont il se singularise notamment par un style céramique normalisé et une architecture de pierre sèche. Cette dynamique est probablement comparable à celle des peuples contemporains du pourtour méditerranéen.

À partir de la deuxième partie, les auteurs exposent les paramètres qui donnent corps à la Culture de Fontbouisse. Bien que contemporain d’une phase chalcolithique, le rôle du cuivre dans sa constitution et dans sa consolidation reste mal évalué. Au regard du contexte historique, il est paradoxal de constater que les « faciès » céramiques soient figés sur des espaces géographiques sans renouvellements, ni innovations au cours du temps. Mais heureusement cet ouvrage donne un autre contenu que celui élaboré sur ces constats fragiles.

Si le socle culturel est mal déterminé, le substrat naturel est une des spécificités du Fontbouisse. Le site de Boussargues permet de s’interroger quant à l’existence de centres spécialisés, ici, dans la récolte et la transformation des produits de la chênaie (glands principalement, arbouses). Les ressources naturelles font l’objet d’une exploitation raisonnée, est-ce pour pallier les difficultés d’une agriculture sur les sols légers et peu étendus des garrigues ? La présence de coquillages marins illustre la variété des approvisionnements ainsi que les liens qui unissent le littoral à l’arrière-pays des terres calcaires.

À cette économie de surface, les groupes du Néolithique final ont innové par l’utilisation des cavités souterraines comme citernes. Les auteurs offrent un autre exemple de la pratique de l’environnement calcaire. Les fontbuxiens exploitent le calcaire dans tous ses états.

Les unités domestiques du Fontbouisse sont les premières maisons relativement bien connues du Néolithique du Midi de la France. Dans leurs contextes naturel et historique, elles témoignent d’une organisation très aboutie de l’espace naturel. Pour les auteurs, les habitats ceinturés flanqués de structures rondes obéissent à un modèle architectural suggérant la cohésion du groupe et la solide ossature de la culture de Fontbouisse. Cette société maîtrise un territoire et ses potentiels. Cette unité est d’autant plus notable que le modèle de l’espace habité est transposé en plaine où, si le calcaire est absent, il sera transporté pour réaliser certaines constructions. La région fontbuxienne est organisée par un réseau de sites ouverts et fermés, parfois perchés.

La riche gamme formelle de la poterie et son ornementation complexe sont un des fondamentaux de cette culture. Dans le domaine lithique, l’originalité fontbuxienne s’exprime par la fabrication de lames et la spécialisation de certains sites dans la conception de type d’outils particuliers. Pour la fabrication des lames ouvragées, les mines et ateliers de silex en plaquette fournissent un matériau de choix, objet d’une forte prédilection. De la surface aux grottes-citernes, le creusement et l’extraction constituent une nouvelle évidence de la maîtrise fontbuxienne du contexte calcaire.

À partir du contexte culturel puis naturel, du potentiel de l’environnement puis de l’implication humaine dans le territoire les auteurs nous amènent progressivement dans l’espace de l’habitat. Les fontbuxiens sont des constructeurs, les premiers à mettre en œuvre avec récurrence des techniques, acquises et maîtrisées en contexte funéraire antérieurement pour structurer leur espace de vie. Rectangle allongé aux extrémités en absides de surface variable, pour les auteurs, le modèle du bâtiment fontbuxien est une nouvelle illustration de la cohésion de cette culture. Les toits à double pente à couverture végétale peuvent ponctuellement recevoir un épandage de terre argileuse ou l’adjonction de plaquettes calcaire. Ces pierres légères ne sont jamais issues du site de construction, elles font l’objet d’un prélèvement et d’un transport à partir d’un gîte distant des habitats. Argiles et plaquettes témoignent une fois de plus d’une mise à profit des ressources de l’environnement calcaire. L’espace domestique fontbuxien est organisé en unités complémentaires associant lieux de vie et zones de stockage et de traitement.

La dernière partie de l’ouvrage expose la variabilité funéraire au cours du Néolithique final. C’est une nouvelle fois le calcaire qui conditionne pour partie l’architecture funéraire (en cavité naturelle, construite ou creusée). Une partie des chambres funéraires construites (dolmens de l’Hortus) donnent consistance à l’image de groupes humains puissants. Certains défunts portent des parures dont la matière première est variée et parfois rare : indice d’une différenciation du statut social pour les auteurs. Dans ce chapitre, on regrettera l’absence d’une caractérisation des pratiques funéraires du Fontbouisse. C’est une recherche qui reste à mener pour compléter la perception et préciser la définition de cette culture.

Cet ouvrage fait état des connaissances assimilées durant plus d’un demi-siècle. Il fait un point sur l’avancement actuel des acquis. Cette synthèse destinée à un large public atteint son objectif. Elle a également un autre grand mérite, elle réunit l’ensemble des éléments qui permet de donner corps non plus à un concept mais à une culture, véritable Âge du calcaire en Languedoc oriental. Le Fontbouisse a une place majeure dans l’histoire du Néolithique, cette contribution collective permet, pour la première fois, d’en prendre la réelle mesure.

Frédéric Jallet – e-mail : frederic.jallet@inrap.fr

Palaeolithic Origins of Human Burials — Paul Pettitt

Londres, Routledge, 2010, 320 p., 19,95 € — 978-0-415-35490-5

L’ambition de l’ouvrage est annoncée dès l’introduction : il ne s’agit pas d’un livre supplémentaire sur les sépultures paléolithiques, trop longtemps considérées comme l’apanage des seuls hommes modernes. Si la problématique explicite dans le titre n’est pas nouvelle, l’angle d’approche, lui, est original. L’auteur a entrepris de déceler dans les données archéologiques les activités mortuaires depuis les premiers hominidés. Plutôt que se focaliser et se restreindre à la dimension funéraire du traitement des morts, l’auteur objective sa recherche en intégrant toutes les activités liées à la mort d’un congénère afin de ne pas considérer par exemple que pratique funéraire et inhumation sont synonymes. Dans ce sens, l’auteur définit à la fin de l’introduction les termes et les concepts qu’il utilise pour caractériser les activités mortuaires. À regret, le propos repose plus sur la description de comportements que sur des données tangibles.

La démonstration est divisée en 6 parties. Le chapitre II constitue la deuxième originalité de l’approche. Le comportement des grands singes actuels face à un cadavre de congénère est rarement abordé. L’auteur propose une synthèse avec force détails des publications qui mentionnent ce type d’observations principalement chez les chimpanzés et les gorilles, en particulier l’effet individuel et collectif d’un individu décédé au sein du groupe et le traitement du dit cadavre. L’auteur égare le lecteur lorsque le comportement des grands singes est mis en parallèle avec celui des hommes. Si on ne peut qu’adhérer au fait que l’infanticide et le cannibalisme chez ces primates illustrent des tensions sociales, la proposition que la mort « naturelle » d’un individu du groupe induit une renégociation des liens sociaux n’est pas démontrée.

Les réflexions menées dans les cinq chapitres suivants reposent sur un recensement exhaustif des sites archéologiques et des restes osseux humains et pré-humains (dans le texte ou sous forme de tableaux selon la densité des données). Les gisements choisis pour illustrer les réflexions sont détaillés et l’auteur rappelle systématiquement toutes les interprétations qui en ont été faites avant les siennes.

L’intérêt du chapitre discutant les éventuels comportements mortuaires des Australopithèques aux Homo heidelbergensis repose sur le nouvel éclairage proposé par l’auteur. En effet, il refuse d’exclure, comme c’est trop souvent le cas, l’hypothèse d’un traitement volontaire et raisonné des cadavres. Toutefois, la démonstration n’est pas satisfaisante quelle que soit l’alternative. Il faut peut-être se résoudre à accepter que ces contextes très anciens, rares, principalement en grottes, dans des couches géologiques formées sur une longue durée ne sont pas interprétables pour l’instant dans la perspective proposée.

À partir du chapitre IV qui porte sur les premiers hommes modernes, les sites et les restes humains sont plus nombreux ce qui permet des analyses et des interprétations plus étayées. La démonstration sur la genèse des premières fosses à inhumation creusées à des fins strictement funéraires est convaincante. D’autre part, la force des discussions consacrées aux néandertaliens et aux hommes modernes vient du fait que l’auteur redonne sa vraie place à l’inhumation. Si certains groupes enterraient leurs morts, cette tradition ne constituait pas une norme chez tous les groupes contemporains. Au Paléolithique, l’inhumation est un phénomène plus anecdotique que ce qui est habituellement admis, la variété de la gestion du cadavre étant trop souvent sous-estimée.

La multiplication des sites ayant livré des vestiges humains au paléolithique supérieur incite l’auteur à proposer une lecture sociale de la variabilité des modes d’inhumation (la signification du mobilier accompagnant le défunt dans la tombe par exemple). On ne peut nier que les données sont bien plus nombreuses, toutefois, le sont-elles assez pour aborder une telle question ? De plus, une telle entreprise ne peut s’envisager sans s’appuyer sur les données de l’anthropologie sociale ce qui n’est pas proposé par l’auteur.

Dans le dernier chapitre, l’auteur propose en premier lieu une synthèse des activités mortuaires dans le temps démontrant que le schéma trop souvent proposé sous forme d’évolution linéaire n’est pas valable. L’étude des activités mortuaires nécessite plutôt une approche polythétique. Cette démonstration suffit à justifier l’existence de l’ouvrage. Dans la seconde partie, l’auteur discute la dimension symbolique de la sépulture et du traitement des défunts en général. Pour lui, certaines inhumations ne sont pas des tombes au sens où nous l’entendons mais font partie d’une panoplie plus large d’actes rituels depuis au moins le paléolithique supérieur. Il est regrettable que ces discussions n’aient pas pris corps au cours de la démonstration générale où elles auraient parfaitement trouvé leur place. De plus, la dimension symbolique [1] n’est-elle pas l’essence même d’une sépulture ? Ce traitement particulier du défunt n’est-il pas le témoignage d’un système de pensées et d’actions qui ont évidement recours en partie à des symboles.

Quoi qu’il en soit, si le lecteur n’est pas tenu d’adhérer à l’organisation de l’ouvrage et aux théories de l’auteur, il ne saura nier que l’approche est originale et novatrice et qu’elle ouvre de nombreuses pistes de réflexions sur la variabilité des activités mortuaires et post-funéraires non seulement pour les périodes traitées ici mais également pour celles qui succèdent.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France,
e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr


[1] L’imaginaire ne peut acquérir d’existence manifeste et d’efficacité sociale sans s’incarner dans des signes et des pratiques symboliques (Godelier « Au fondement des sociétés humaines »),

 

 

 

Champ Grand, une mémoire déchue

« On a juste déplacé des cailloux ».

Ces mots sont extraits du plaidoyer de la Défense dans le procès faisant suite à la destruction à la pelle mécanique d’une grande partie d’un site archéologique bien connu, le gisement moustérien de Champ Grand, évènements s’étant abattus, comme deux couperets, successivement fin 2009 et mi 2010. Ce procès a conclu à la relaxe complète sur tous les chefs d’accusation.

Les implications de cet état de fait ne peuvent être pleinement comprises sans analyser l’origine et la signification des comportements sociétaux qui les ont générés.

En ouverture, papillons, silex et truffes

Tout commence en juillet 1944, lorsque quelques silex furent recueillis dans une vigne par M. Fonteret qui les soumit en 1955 à M. Larue et J. Combier qui y reconnurent une industrie moustérienne. À partir de 1956, un programme de prospections et sondages permit de délimiter l’étendue du gisement (Combier et al. 1957). En 1968 commence la première vraie campagne de décapages « qui se terminera en 1974 par manque de fouilleurs ». Les fouilles reprendront de 1979 à 1983, à grande échelle cette fois, dans le cadre du sauvetage des sites du Saut-du-Perron préfigurant la construction du barrage de Villerest au débouché des gorges de la Loire. En 1991, profitant d’une décrue des eaux du barrage, une courte campagne archéologique est organisée afin de « récupérer le matériel, plutôt que de le voir partir dans les mains des clandestins qui avaient déjà commencé un important travail de sape ». Ce travail de sape artisanale, réalisé par des piocheurs du dimanche montre aussi que le site, après presque 50 années de recherches discontinues, était bien connu d’un large public qui n’hésitait pas à aller y chercher des silex, comme d’autres cherchent des truffes ou des papillons, lesquels ont respectivement meilleur goût et plus beau ramage que nos chers silex.

L’Extrême-Occident et la nouvelle Valladolid

Venons-en à ce qui nous préoccupe. La destruction du site de Champ Grand, désormais judiciairement classée dans les responsabilités insignifiantes, peut aussi se lire comme symptomatique de la difficulté d’appréhension des traces que nous ont léguées les trop lointaines sociétés de la préhistoire, ainsi que des maladresses et errements qui en sont le corollaire. À l’emplacement de ce qui est aujourd’hui un rond point sauvage réalisé à la pelle mécanique pour accueillir les 4×4 des marins d’eau douce du petit Port-de-la-Caille, des néandertaliens s’étaient installés il y a plus de 50 millénaires, y abandonnant les éléments matériels de leurs artisanats. Derrière l’emplacement de chacun de ces objets (les « cailloux » du profane) se dissimulent des actions qui ne furent ni anodines, ni gratuites. Abandonné dans le cercle de ses activités, l’objet fossilise gestes et savoir-faire qui ne peuvent retrouver sens et mémoire que par son enregistrement archéologique. Le déplacement mécanique, brutal, de tels objets constitue de facto la mise à mort de l’ensemble archéologique. Cette banalité n’en serait apparemment pas une, cette réalité que l’on imagine d’évidence et de bon sens mérite finalement d’être débattue, ou défendue, puisque des autorités judiciaires, milieu que l’on imagine aisément lettré et érudit, n’ont pas été à même d’en percevoir les implications.

La réalité de ces sociétés de la préhistoire demande, de fait, un effort intellectuel particulier, leur éloignement et leur discrétion archéologique étant à peu près les seules propriétés  qui leur soient évidentes. Cet effort intellectuel aurait probablement été moindre si l’on avait détruit le Parthénon au bulldozer. Cette action engendrerait-elle pourtant autre chose qu’un déplacement de roches sédimentaires ? L’anecdote, caricaturale, puisque l’on en est là, m’évoque le dynamitage des bouddhas géants de Bamiyan, en Afghanistan, en ce que ces actions découlent de deux formes d’inculture et d’incompréhension face aux notions d’histoire et d’héritage culturel. L’action afghane reflétant, à sa décharge, un acte raisonné et une affirmation politique, donc une confrontation entre deux univers symboliques. Il y a, là, une pensée. Je la cherche vainement dans l’acte, et plus encore, dans le classement judiciaire du site de Champ Grand.

Cette pensée est-elle d’ailleurs seulement caricaturale ? La notion de patrimoine est culturelle. Elle est, telle que nous l’entendons, l’héritage d’une construction intellectuelle dont je placerais la cristallisation dans les sociétés occidentales des XVIIIe et XIXe siècles, par l’émergence du courant romantique et son exaltation d’un passé exotique. Cette exaltation des origines s’enracine en Occident dans la quête romantique d’une inaccessibilité ambiguë ; le passé, tout en étant inéluctablement éteint, façonne notre quotidien et nos environnements. Une dialectique s’établit alors entre l’univers des vivants et celui des morts, le quotidien de l’un inter-agissant ineluctablement sur l’autre. Du Moyen Âge, où seules les reliques avaient droit de continuité dans la sphère des vivants, jusqu’au désir de l’impossible sanctuarisation du monde dans lequel nous vivons, la notion de patrimoine n’est qu’une question de perception du monde. Au travers d’une définition vivante, donc mouvante de la normalité, cette dialectique touche l’expression même des valeurs de nos sociétés, déterminant alors ses limites du tolérable et de l’honni. Ces notions sont un fait social et culturel total. Le bien, c’est-à-dire l’admissible, répond de l’équilibre s’instaurant, de manière empirique, dans une société donnée, à un moment de son histoire. Alors que les Vénitiens bombardaient en 1687 le Parthénon, et que Cluny, qui fut la plus éblouissante des abbayes romanes, a servi de carrière, au prix de la pierre, jusqu’en 1823, il faut garder en mémoire que la sanctuarisation des traces du passé n’est qu’un fait culturel comme un autre, qui ne répond qu’au seuil de normalité et de tolérance d’une société donnée. Cette tolérance s’instaure, et se redéfinit, en permanence en fonction des différentes sensibilités qui la compose. Nous voici au cœur du sujet et des interrogations qui mobilisent la sociologie, l’histoire, et l’anthropologie culturelle. Sauf à être adepte du créationnisme ou de penser que l’organisation d’une société relève de règles universelles et quantifiables, rien de tout cela ne relève de l’évidence. L’appropriation par les sociétés occidentales d’une histoire qui n’est la leur qu’en ce qu’elles s’en auto-proclament légitimes détentrices,  relève de constructions intellectuelles et de représentations sociétales. La proclamation de ces racines, nous projète au cœur de la notion de mythe des origines, nécessaire à toute société traditionnelle, et au premier chef à celle à laquelle nous appartenons.

La préservation d’un ensemble archéologique n’est pas prioritairement contingenté par des lois, mais par l’entrelac de ces perceptions morales et sociétales. Celle-ci est alors assujettie à un effort intellectuel particulier qui ne relève ni de la banalité, ni d’une improbable évidence, encore moins d’un quelconque acquis. En l’occurence, les traces d’une histoire si reculée constituent l’unique témoignage matériel d’une forme d’humanité que l’on voudrait à la fois proche et lointaine de la nôtre. Nous savons pourtant peu de choses infalsifiables quant à l’organisation réelle de ces sociétés, si l’on en extrait les fantasmes les plus étonnants dont elles sont le support. La forme d’altérité accordée à cet alter homo oscille entre une humanité parfaitement accomplie, alors élégamment élevée au rang d’alter ego à qui il ne manquerait que l’abonnement téléphonique pour être absolument humanisé (hominisé) et, à l’opposé, la brute simiesque au front trop bas pour penser bien droit. Nul progrès de la pensée depuis la controverse de Valladolid. Les données sociologiques, qui devraient nous intéresser pour ce qu’elles sont, se trouvent engoncées entre la bêtise (bestiale) et l’empathie qui n’apporte guère plus de distanciation dans l’approche de cette altérité, si altérité il y a. Le premier de ces regards, plus fréquemment outre-atlantique, émane d’un Extrême-Occident au regard scientiste dans lequel René Guénon reconnaitraît l’illustration patente de son règne de la quantité (Guénon 1945). On peut malheureusement souligner que la quantité du premier est parfois moins déconcertante que la qualité du second.

On ne peut évidemment critiquer avec trop de simplicité ces regards croisés, car ils renvoient à une réalité bien connue -en ethnologie comme en sociologie- selon laquelle on ne saurait porter un regard concret (je ne parle pas même de regard objectif) sur les formes de la différence. Pauvre Bourdieu, s’exclamait Pierre Bourdieu dans le film de Pierre Carles, « La sociologie est un sport de combat ».

Se décrasser de l’Occident, l’insoumission de l’état d’intelligence

La destruction à la pelle mécanique d’un site objet de recherches archéologiques, suivie de la banalisation de cet acte confirmée par une décision judiciaire de relaxe, sont la marque d’une indifférence affichée, posture communément adoptée dans nos sociétés, et révélatrice d’un positionnement sociétal dont je faisais précédemment état.

Cet état d’indifférence aggrave lui-même –il n’en était pas besoin– les difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans la perception de l’organisation de ces lointaines populations : l’éloignement chronologique, l’effacement des traces, tout autant que le décalage des valeurs et repères sociologiques, individuels ou sociétaux, sont des écueils dont nous calibrons mal l’immensité réelle et qui devraient nous obliger à une extrême vigilance. Il faudrait commencer par une fine introspection personnelle avant de se tourner vers l’analyse de sociétés infiniment complexes et dont l’organisation nous dépasse absolument. C’est dire les difficultés, dans notre époque et en nos dogmes inconscients, d’une juste perception de ces populations et j’inclus les limites et naïvetés de ma propre pensée, au sujet desquelles, ne pouvant prétendre à l’aboutissement de mon propre travail introspectif, je ne saurais disserter.

Ces observations et interrogations en poche, il paraît donc particulièrement risqué -pour ne pas dire tendancieux- de discuter autour de Néandertal, il n’est d’ailleurs guère sympathique de parler des gens lorsqu’ils ne sont pas présents, suggestion qui laisserait entendre qu’une ethnographie des sociétés éteintes ne serait que chimèrages autour du bout de silex. S’il faut s’y résoudre pour approcher ces lointaines sociétés, on accède alors avec prudence, à pas feutrés, presque à contre-cœur, malgré notre plaisir -car il y a toujours plaisir à partager des anecdotes entre gens de bien.

Ce travail, ces recherches, ces connaissances, cette mémoire, ressuscitée ou reconstituée, parfois par intuition (et l’on ne soulignera jamais assez l’importance de l’intuition, particulièrement dans les sciences dites dures), ne pourront plus se tourner vers Champ Grand. La disparition des traces du passé relève de l’état ordinaire des choses. Avoir la volonté de leur préservation nécessite l’accession à l’état extraordinaire de la production d’un effort particulier : effort intellectuel, moral et physique pour l’analyse et la compréhension de situations qui nous interrogent puisque nous ne sommes légataires que de leurs seuls aspects matériels : les mal-nommés « cailloux ». Cet effort particulier est censé nous permettre de transgresser intellectuellement certaines des règles tacites du tolérable propre aux sociétés dans lesquelles nous sommes immergés. La finalité en est donc une distanciation intellectuelle. Distanciation qui exige de se positionner en regard de notre société, comme s’il s’agissait d’un sujet d’étude anthropologique comme un autre. Nous sommes malheureusement absolument façonnés par sa matière mentale et il faut se contraindre à analyser notre société avec un regard curieux, avant d’espérer pouvoir se pencher, de manière un tant soi peu pertinente, sur d’autres formes d’altérité, que celles-ci soient néandertalienne, papou, ou hollandaise (cette dernière choisie ici exclusivement pour le nombre harmonieux de pieds dans la phrase). Regarder notre société, s’en distancier, en analyser les mécanismes sous-jacents. L’exotisme n’étant plus là pour guider le regard et le jugement c’est, en anthropologie, l’un des plus importants défis à surmonter pour pouvoir commencer à travailler sérieusement.

Se distancier des concepts de notre société ?

« souvent les concepts légitiment la vision qu’ont les gens de leur société et d’eux-mêmes,c’est-à-dire au lieu d’être des outils scientifiques qui permettent de prendre distance par rapport à cette vision, ils constituent une autre forme de justification de la même vision » (Godelier 2002).

A l’heure où l’on entend, répétés de la bouche de chercheurs patentés, se structurer des mots, et bien plus encore, de véritables tournures de pensée, qui relèvent directement d’un managing de la recherche (incantations préfabriquées, novateur, innovant, fédérateur -…-, toutes postures intellectuelles salissantes dont peu sont dupes, mais probablement ressenties comme nécessaires à l’accession à des fonds de recherche), il faut se battre pour une apologie de la liberté (de pensée et al.), qui représente l’unique enseignement concret que nous puissions revendiquer d’un patrimoine des lumières.

Il faut aussi se demander si la justification de ces structures de normalisation du discours scientifique ne constituerait pas une réponse face aux accusations d’inutilité que les sciences sociales ont eu à subir (Godelier 2007).

Si ce n’est chez Michel Foucault, l’accomplissement de ce grand œuvre de la pensée, ultime finalité des sciences humaines et des arts réunis –stricto sensu, soit post 1863, en tant que concept et non limite chronologique, et qui put donc s’exprimer en tout lieu et tout temps–, relève de la quête plus que d’un accomplissement effectif. Il faut d’ailleurs être nourri d’une telle tension intérieure, alimentée aussi d’une distanciation cynique –modus Diogène–, pour avoir la puissance morale de la sublimer en pensée, décrassée de l’Occident, détachée de son propre monde et en faire surgir une intelligence créatrice et synthétique.

Mais comment Foucault aurait-il pu atteindre cet état de grâce, en sa pensée, de décrassement de l’occident ? Il faut remercier Didier Eribon (1989) d’avoir souligné, avec d’autres, que l’on ne peut appréhender Foucault sans son homosexualité, sans le rejet moral qu’il subit dans la société de son temps, rejet sociétal par lequel il put nourrir un regard lointain. La pertinence de Foucault, son regard éloigné, nécessaire à la construction de l’exotisme et à la désunion indispensable de l’observateur face à son sujet d’étude est ici consubstantielle de sa nature et de son parcours personnel.

Si l’on ne peut se défaire des dogmes qui nourrissent dans l’ombre nos schémas mentaux, comment saura-t-on diriger notre attention là où s’expriment concrètement les réalités anthropologiques passées et présentes ? Il faudrait savoir regarder dans la direction où s’expriment les réalités pertinentes. Vers les bas côtés, alors que les regards convergent, par attraction et pesanteur, vers le centre. Le centre, en sciences, et en notre société, c’est le chemin de la normalité, orienté naturellement vers les attractions des reconnaissances institutionnelles, vers une carrière bien menée pour laquelle le Collège de France ou l’Académie seraient un aboutissement, sinon une fin en soi, alors qu’ils ne devraient être que des instruments pour sublimer notre temps.

Si l’on en analyse les causes, cette attraction vers le centre relève d’une forme d’adoration humaniste pour l’héritage culturel de notre société. Il y a, derrière cela, persuasion d’un caractère d’universalité de la pensée et de la culture occidentale. Cette construction laisse espérer l’existence d’un absolu, dans la connaissance, dans l’esprit, dans la culture, dont nos sociétés –dites globalisées, mais nous parlons évidemment des sociétés occidentales– se veulent légataires. Si cet état de fait, ces connaissances, ces manières, ces perceptions du monde et de ses valeurs, n’étaient pas universels, alors ils seraient subjectifs. Ils sont subjectifs. Ils sont nos mythes. Ils sont notre construction, étant entendu que cette construction est essentielle au fonctionnement de nos sociétés. L’analyse critique de leurs rouages dans l’espoir d’une distanciation intellectuelle vis-à-vis de leurs mécanismes n’en est pas moins, en sciences, non seulement une nécessité, mais une urgence.

La revendication d’un héritage culturel de nos sociétés, son admiration béate, sa sanctification (dissimulée sous son appellation de sanctuarisation), sont autant de constructions intellectuelles qui contraignent le regard et empêchent cette fameuse distanciation dont l’aboutissement est remisé dans les placards d’une utopie subversive. Et pourtant, on ne peut que rejoindre Moebius dans cette conclusion ; toute culture est névrose.

« A mon avis, toute cuisine est névrotique. Ainsi d’ailleurs que toute culture (…) le problème que cela pose laisse pantois. Je pense que nous utilisons nos aliments pour masquer ou compenser nos problèmes émotionnels et, qu’en retour, ces mêmes aliments ont des effets à tous les niveaux de comportement, y compris bien sûr la sexualité » (Moebius 1988).

On peut y ajouter la démonstration aisée de l’exotisme choquant de la différence culturelle, de l’expérience de l’altérité. Il y a une pénibilité à se confronter à toute culture, à toute société un tant soi peu différente, et elles sont, par définition, toutes différentes. Si à l’heure d’une globalisation annoncée, leurs apparences sont lissées, les structures inconscientes de la sociodiversité n’ont jamais été aussi pregnantes, car les cultures autrefois évidentes dans leurs expressions matérielles –lesquelles sautent aux yeux quand on croise le chemin d’un homme se baladant avec un étui pénien–, deviennent invisibles, dissimulées derrière une trompeuse homogénéisation de surface. Je laisse ici entendre l’existence d’une réalité symétrique à la chasse à l’authentique de Pierre Lemonnier (1999). Face à l’explosion d’un modèle mondial matériellement uniforme, plus que jamais, l’illusion de l’existence d’une réalité universelle guette. Derrière cette idée d’universalité, qui se justifierait par le détournement de la pensée humaniste, se tapissent des notions de politiques correctes espérant une planification de tous les plans de l’intelligence ou de la culture, universalité des connaissances, du beau, de l’art, de l’histoire, des regards, des valeurs.

Face à de telles perspectives, si peu engageantes, et avant que la pensée ne soit définitivement un luxe, non seulement inutile, mais dangereux, plus que jamais, l’expression de l’intelligence, lorsqu’elle s’espère scientifique, ou pas, ne peut être qu’un état d’insoumission mentale.

Mémoire et résistance

Revenons et concluons sur ce petit coin de la Loire. La destruction à la pelle mécanique d’un gisement dont la localisation, et la richesse, étaient si largement connues auprès de tout un chacun présente quant à elle une puissance philosophique nettement moins intéressante, à moins de considérer l’inculture comme l’une des expressions fascinantes de notre société, cette mémoire étant doublement bafouée par une conclusion de relaxe.

Une décision de relaxe signifie que le poursuivi est considéré hors de cause. Serait-ce qu’il n’ait pas commis l’acte qui lui est reproché ? Serait-ce que, l’ayant commis, il serait considéré comme n’ayant pas porté le préjudice contre lequel il était poursuivi ? Serait-ce donc qu’il n’aurait déplacé que des cailloux ?

La mémoire de Champ Grand est désormais brisée par la puissance conjuguée de l’ignorance et de l’indifférence. Cette conjugaison n’exigeant aucun effort de qui en fait usage est éminemment puissante.

La mémoire de Champ Grand, tranche de vie d’une humanité, partiellement sauvée par la volonté des uns, se trouve déchue par l’ignorance des autres. Chacun d’entre nous est concerné dans la responsabilité d’un tel échec, connaissance ou ignorance se situant dans une garde alternée entre individu et société tout entière. Les responsabilités sont donc bien partagées, entre libre arbitre de l’individu dans ses actes, et choix que fait la société de lutter contre ses propres faiblesses.

En Sciences, comme en Démocratie, comme dans toute autre forme de résistance, assumer un héritage exige la force morale d’en assurer la pérennité.

Références citées :

Carles 2001, CARLES P., Pierre Bourdieu : La sociologie est un sport de combat, Montpellier, C-P Productions, 2001, 1 DVD : 2 h 26’

Combier et al. 1957, COMBIER J., LARUE M., POPIER A., Un gisement moustérien dans le Massif Central à Saint-Maurice-sur-Loire (Loire) : prise de date et observations préliminaires, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 54, 11-12, 1957, p. 763-769.

Eribon 1989, ERIBON D., Michel Foucault : (1926-1984), Paris, Flammarion, 1989, 402 p.

Godelier 2002, GODELIER M., Sur la notion de civilisation : Entretien avec Maurice Godelier, paru dans la Revue française d’études américaines n°3 (avril 1977), revu et corrigé par Maurice Godelier en février 2003, Transatlantica, 1, 2002, [En ligne] mis en ligne le 26 mars 2006, Consulté le 10 mai 2011. URL : http://transatlantica.revues.org/528.

Godelier 2007, GODELIER M., Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, 292 p. (Bibliothèque Idées).

Guénon 1945, GUÉNON R., Le règne de la quantité et les signes des temps, Paris, Gallimard, 1945, 274 p. (Tradition ; 1).

Lemonnier 1999, LEMONNIER P., La chasse à l’authentique : histoires d’un âge de pierre hors contexte, Terrain : carnets du patrimoine ethnologique, Paris, 33, 1999, p. 93-110.

Moebius 1988, MOEBIUS, Postface : Interview par Jean Annestay, in: Les Jardins d’Edena, Tournai, Casterman, 1988, p. 62-.

pdfCPréhméd1*-2010_LibrePensée-Slimak

The Archaeology of Mediterranean prehistory — Emma Blake, A. Bernard Knapp (ed.)

2005, Oxford, Blackwell studies in global archaeology, Blackwell publishing, 333 p. 978-0631232681 / 0631232680

La préhistoire de la Méditerranée avec un télescope, tel pourrait être le sous-titre de cet ouvrage particulièrement décevant[1]. Il s’agit probablement d’un volume de synthèse destiné aux étudiants de premier cycle (under graduated) des universités anglo-saxonnes et aux lecteurs cultivés potentiellement intéressés par une synthèse nouvelle consacrée à une région de prédilection de la culture anglo-saxonne. Chichement illustré comme il se doit dans ce genre d’ouvrage (27 illustrations en tout ! dont certaines sont incompréhensibles, ex. p. 112), on cherchera en vain une carte générale de la Méditerranée, un atlas, un tableau chronologique général ; un unique index de 13 pages constitue la totalité de l’appareil éditorial[2]. On doit supposer que les étudiants anglo-saxons connaissent sur le bout des doigts la géographie de cette région du monde si complexe ! En revanche, les biographies des 14 contributeurs occupent 4 pages. À chacun ses priorités.

Composé de 12 chapitres, l’ouvrage est essentiellement thématique. Le premier chapitre est une introduction à la géographie du Bassin méditerranéen et une sorte de justification de la Méditerranée comme objet d’étude. Selon les auteurs, cette vue globalisante de la Méditerranée pourrait être perçue comme un archaïsme et une illusion, à l’instar du concept occidental d’orientalisme dont E. Said a montré la contingence historique et la vacuité conceptuelle (p. 2). Bien que F. Braudel soit invoqué/évoqué/convoqué (on confie au lecteur potentiel le choix du verbe idoine) d’une manière assez peu convaincante – deux auteurs citent son travail emblématique sur la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Braudel 1949) – peu de choses sont dites sur l’espace. Le climat, le cloisonnement des côtes, la navigabilité de la Méditerranée – ce dernier aspect est pourtant largement traité ailleurs par Seán McGrail (McGrail 2004) – l’ambiguïté du monde méditerranéen (Guilaine 1994) ne sont guère approfondis. Notons, pour bien illustrer les lacunes bibliographiques dont témoignent les chapitres de ce livre, que Jean Guilaine n’est cité qu’une fois par G. Barker pour un article mineur. La mer partagée livre qui demeure, quinze ans après sa publication, un bilan documentaire sans équivalent sur le sujet même dont traite l’ouvrage de Blake et Knapp n’est pas mentionné une seule fois…

D’emblée, soulignons ce que les auteurs entendent par archéologie préhistorique de la Méditerranée. Le Paléolithique du Bassin méditerranéen n’est pas abordé. Le Mésolithique n’est mentionné dans le texte que comme substrat du Néolithique (p. 36, 49 et 50). Jamais il n’est l’objet d’une étude spécifique, bien que l’extension méditerranéenne du Mésolithique final qu’on pourrait qualifier « d’horizon castelnovien » tient une place majeure dans les questions actuelles sur la diffusion du Néolithique. L’essentiel des contributions concernent le Néolithique/Chalcolithique, mais l’âge du Bronze et l’âge du Fer sont abordés ponctuellement. Le chapitre introductif des éditeurs n’explicite aucun de ces choix, ni aucune des limites chronologiques retenues. Des axes thématiques sont identifiés, que parcourent plus ou moins les 11 chapitres thématiques (p. 9). Il s’agit de :

– l’insularité et les interactions maritimes ;
– la tradition, le changement et la question des identités ;
– unité et diversité ;
– patrimoine culturel en Méditerranée.

Les thèmes abordés sont dans l’ordre : circulation et échanges ; l’agriculture et le pastoralisme ; les dynamiques des relations sociales à l’âge du Cuivre et à l’âge du Bronze ; la culture matérielle du culte, du rituel et des festins ; le genre et la mer ; la genèse du monumentalisme ; les technologies lithiques ; l’archéométallurgie ; le peuplement ; le commerce maritime à la fin de l’âge du Bronze ; les musées et le patrimoine culturel.

Tout choix peut-être contesté, mais devant l’immensité du thème retenu par l’ouvrage, l’organisation du volume offre une certaine originalité de propos voire un renouvellement thématique. Ce n’est donc pas sur le découpage thématique et l’organisation interne du volume que porte la critique mais sur le fond scientifique. C’est-à-dire les problématiques définies et les données examinées. Deux exemples montreront aisément les lacunes rédhibitoires dont souffre cet ouvrage. Nous nous attarderons sur les chapitres 7 et 9.

Chapitre 7 : M. J. Kolb « The genesis of monuments among the Mediterranean islands » (p. 156-179)
Ce chapitre consacré à la genèse du monumentalisme est doublement caractérisé par la confusion et la superficialité. A priori, comparer l’émergence des monuments à l’échelle du Bassin méditerranéen est une question intéressante, et l’auteur s’emploie à dresser des parallèles de la Crête aux Baléares, en passant par Malte et l’ensemble Corso-Sarde. Cependant, on ne peut qu’être frappé par les confusions renouvelées au gré des pages. Considérer que le monumentalisme funéraire et le monumentalisme palatial signifient la même chose relève d’une affirmation plus que douteuse et qui génère une confusion totale. On peut toujours comparer les nouraghes de Sardaigne au palais de Cnossos, mais comparer les temples de Malte aux nouraghes ainsi qu’aux taulas des îles Baléares n’a aucun sens. Quant aux données et à la chronologie des phénomènes, les lacunes documentaires de l’auteur sont patentes et achèvent de décrédibiliser le chapitre entier. Pour l’auteur, il ne semble pas y avoir de monuments en Sardaigne avant le développement des nouraghes (p. 166-168)… Lui a-t-on jamais parlé de Biriai, de Monte d’Accoddi ou de quelques autres ? Pas de monuments non plus en Corse avant l’âge du Bronze… La bibliographie mobilisée par l’auteur est sur ce point édifiante… G. Camps, A. D’Anna, J. Guilaine ne sont pas cités. L’essentiel des matériaux qu’il utilise provient d’un catalogue d’exposition publié en 1997. L’auteur sait-il que le mégalithisme corse, qui remonte au 5e millénaire av. n. è. pose de nombreuses questions ? Pour l’archipel des Baléares, les travaux de W. H. Waldren sont à peine cités… et les problèmes de datation que ces travaux soulèvent ne semblent pas susciter la moindre interrogation. L’auteur se présente comme un spécialiste de la Sicile (p. xiv) : n’y a-t-il rien en Sicile sur les sites du Bronze ancien qui relève de sa problématique ? Voire.

Chapitre 9 : V. Kassianidou et A. B. Knapp « Archaeometallurgy in the Mediterranean: the social context of mining, technology, and trade » (p. 215-251)
Après une introduction de quelques lignes (p. 215-216) et une sorte de prologue consacré à l’Anatolie (p. 216-218), les auteurs abordent la répartition très hétérogène des gisements de minerai autour de la Méditerranée (p. 219-230). Les rapports entre métal et sociétés sont traités dans les dernières pages (p. 230-239). La chronologie est vaste et surtout imprécise, du premier métal à l’âge du Fer ancien, comme s’il s’agissait d’un même phénomène. Rien ou presque n’est dit des méthodes d’analyse de composition du métal, cuivre en particulier, qui posent des problèmes majeurs d’interprétation… Sur ce thème classique, E. Pernicka est cité, mais E. Sangmeister n’est pas même évoqué, ni P. Ambert, ni B. Ottaway, ni S. Rovira, ni C. Strahm… Le travail de C. Domergue est ignoré ou presque, puisque son nom n’apparaît que pour une référence mineure.

Quant à l’origine de la métallurgie du cuivre et à sa diffusion, elle fait l’objet d’une analyse technologique superficielle (p. 232-233) voire erronée. Affirmer que l’activité métallurgique génère une forte quantité d’outils et de sous produits est simplement faux pour la métallurgie des premiers millénaires. Il faut attendre les développements industriels d’un âge du Bronze avancé pour rencontrer de tels cas archéologiques. Mais les auteurs connaissent-ils la nuance entre Chalcolithikum et Metallikum introduite par C. Strahm au début des années 1990 ? En ce qui concerne la diffusion du métal, sur lequel nous allons revenir, là encore, l’indigence est complète. Même la typologie et le schéma de diffusion proposé par A. Gallay à la fin des années 1970 sont ignorés.

Revenons sur la chronologie des foyers métallurgiques, et donc sur la diffusion de la métallurgie en Méditerranée. Constatons tout d’abord que la carte des gisements (p. 219) n’est pas à jour. Rien que sur la France et l’Italie, on cherchera en vain Al Claus, Saint-Véran, Libiola, ou même la zone de Terrina. D’après l’examen de la bibliographie, il semble que l’essentiel des références provient de Forbes 1972, de Tylecote 1987 ou de Craddock 1995. Mais les lacunes des auteurs ne font pas honneur à ces pionniers brillants. Les questions sur l’hypothèse controversée d’une très ancienne métallurgie du cuivre en Péninsule ibérique ne sont pas évoquées bien qu’une revue britannique bien connue ait publié un article à ce sujet… Alors que les auteurs évoquent l’impact de la métallurgie sur le paysage, pas un mot sur les travaux menés en Andalousie ou dans les Pyrénées. Enfin, alors que le contexte social de la métallurgie est longuement sollicité, pas un mot sur l’homme du glacier du Similaun et de son extraordinaire hache en cuivre de la fin du 4e millénaire av. notre ère.

On épargnera donc au lecteur le reste des chapitres. Remarquons toutefois celui obsolète de Robb et Farr sur les « substances in motion » en leur reconnaissant tout de même un sens certain du titre. Le mélange de lectures anthropologiques et archéologiques est ici bien peu convainquant. Evoquer le/la Kula décrite par Malinowski (1989) dans le contexte de la préhistoire récente de la Méditerranée relève de la superstition ou de la poudre aux yeux. Qui s’attaquera à une véritable analyse anthropologique des systèmes de circulations de matières et d’objets au Néolithique ? La réponse n’est pas dans les lignes de ce livre. En tout cas, les exemples retenus par les auteurs (silex de la Defensola et obsidienne de Méditerranée) sont particulièrement mal choisis. Les dimensions de la minière de la Defensola soulignent à quel point nous connaissons mal le tout début du Néolithique, celui des céramiques imprimées. Quant à l’obsidienne, l’explosion des données en Méditerranée occidentale depuis les travaux majeurs de R. Tykot et de quelques autres ne nous permet plus d’accepter des généralités, surtout lorsqu’elles sont éronnées. Non, l’obsidienne n’est pas une matière comme les autres, elle n’est nullement « paradigmatique » des techniques néolithiques (p. 35). L’obsidienne est une matière insolite au statut bien particulier qui accompagne le Néolithique dans la totalité du bassin méditerranéen pour un dessein que nous ignorons.

Quant au chapitre pour le moins surprenant de Talalay « the gendered sea », on s’interroge sur le but fixé par l’auteur, la méthode utilisée et les données mobilisées.

La conclusion s’impose, voici un livre à déconseiller et à oublier au plus vite.

Références citées
Braudel F. 1949 : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin
Guilaine J. 1994 : La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture. Paris, Hachette.
Malinowski B. 1989 : Les argonautes du Pacifique occidental. Paris, Gallimard, (1e édition 1922).
McGrail S. 2004 : Boats of the World: From the Stone Age to Medieval Times. Oxford, Oxford University Press.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence


[1]Est-il utile de publier la recension de cet ouvrage publié en 2005 ? Oui, et ceci pour deux raisons. D’abord parce que le thème de cet ouvrage est identique à celui de notre revue. Ensuite parce que la volonté des auteurs et des éditeurs de mettre à disposition des lecteurs une sorte de manuel, concerne un lectorat vaste, alors que cet ouvrage n’a pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une analyse critique fine.

[2] Seul G. Barker, dans le chapitre 3 qu’il a rédigé, offre au lecteur une carte complète de la Méditerranée pour localiser les sites qu’il mentionne (p. 48).

pdfCPréhméd1*-2010_Blake&Knapp

Marceau Gast (1927-2010)

Un ethnologue infatigable épris d’horizons nouveaux[1]

« Je n’avais qu’un but, c’était de partir le plus loin possible. J’aurais voulu aller en Nouvelle Calédonie, dans le Pacifique, mais il fallait connaître les cheminements à Paris pour obtenir de pareils postes et je n’en avais pas les clés. J’ai donc demandé à partir au Sahara »
(Marceau Gast, Tikatoûtin, Eds La Boussole, 2004 : 35)

 

Directeur de Recherche au CNRS, ethnologue spécialiste des Touaregs, observateur passionné du Sahara, à l’aise dans les campements du désert autant que dans les salles de réunions universitaires, proche de ses amis nomades chez qui il avait exercé d’abord le métier d’instituteur nomade, aimant partager la parole, le pain, les joies et les peines des plus humbles, Marceau Gast a marqué notre milieu, entre autres par son enthousiasme et sa passion à transmettre un savoir élaboré par immersion totale dans un pays rude à vivre et par le soutien généreux et l’hospitalité sans faille qu’il a toujours prodigués aux jeunes chercheurs de tous pays.

Le 22 juillet 2010, il nous a « précédés », comme diraient les Touaregs. Amuzzar est celui qui précède, qui guide, qui oriente, car il sait vers où nous cheminons tous et peut donc anticiper. Cela fait longtemps que Marceau avait anticipé cette étape, s’inquiétant moins pour lui-même que pour la pérennité de ses précieuses archives, de ses données scientifiques, de tous les matériaux originaux – notes, fiches, photos, cassettes, manuscrits, articles, ouvrages – qu’il avait engrangés durant des décennies de recherche, au cours de ses longs séjours d’étude et d’enquêtes sur le terrain. Des terrains qui ont varié du Sahara central au Yémen en passant par les Hautes-Alpes en fonction de divers facteurs : les aléas politiques, autorisant ou bloquant l’accès aux lieux d’enquête, les thématiques de recherche engagées, les rencontres, les amitiés et la mise en réseau des compétences.

C’est en 1972 que mon professeur, le linguiste Georges Mounin, me mit en contact avec Marceau qui cherchait un étudiant pour faire une étude sémantique des termes de parenté touaregs. À travers Marceau, je découvrais deux univers : d’une part, celui exotique du Sahara, des Berbères, de l’Afrique de l’ouest, du monde musulman et, d’autre part, celui d’une équipe de recherche à l’accueil chaleureux et à la culture nord-africaine pied-noire tout aussi exotique pour moi que son domaine de spécialité. Au LAPMO, laboratoire pluridisciplinaire (créé en 1969 à Aix-en-Provence par Gabriel Camps arrivant d’Alger avec son équipe), les préhistoriens, archéologues, anthropologues, historiens, ethnologues, linguistes, chercheurs adoubés ou simples étudiants, se côtoyaient, impliqués dans des thématiques communes, coopération renforcée par la tradition des fouilles archéologiques auxquelles beaucoup participaient et qui fabriquaient du lien extra-universitaire entre les membres de l’équipe.

Le désir de « partir, de (s’) affranchir de toutes les tutelles qui entravaient (son) besoin d’action, (son) insatiable curiosité du monde » (Tikatoûtin, p. 39) ont poussé Marceau dans des espaces inattendus. Son itinéraire professionnel débute par le métier d’enseignant qu’il part exercer au Sahara, en milieu sédentaire puis nomade. Dans le campement de l’amenukal de l’Ahaggar, il se heurte à une certaine hostilité ou indifférence des enfants touaregs, difficulté qui le blesse, qu’il essaie de comprendre et qui va stimuler sa curiosité et sa recherche sur le plan pédagogique. Il découvre avec passion la méthode Freinet et sera le premier à l’appliquer, avec succès, au Sahara. Ses rudes conditions de travail ne le rebutent pas. Il enseigne et vit dans la hutte-école qui « était une petite construction de paille de typhas, très modeste, de trois mètres sur trois. C’était à la fois l’école nomade et l’habitat de l’instituteur » (Tikatoûtin. p. 51).

Motiver les élèves, transmettre un savoir, aboutir à un résultat, correspondaient à une véritable vocation de pédagogue qui s’est prolongée ensuite dans le cadre universitaire. Les étudiants dont s’est occupé Marceau et dont je faisais partie ont eu la chance de bénéficier de sa capacité et de son goût à transmettre, avec toute la verve, l’enthousiasme, la saveur des mots, le talent de passeur de savoir et d’expériences qu’il possédait. Il savait mettre la réalité en scène, et nous avons tous savouré ses interventions passionnées, ses discours animés, ses images foisonnantes et l’extraordinaire mine de conseils, d’expériences, de souvenirs, d’anecdotes vécues qu’il nous offrait lorsqu’il nous parlait du Sahara, de sa vie d’instituteur nomade dans les campements touaregs, et enfin de ses engagements et questionnements de chercheur. Un chercheur nourri de longs séjours d’observation participante, mais aussi du désir de contribuer à un monde plus humain.

À la mesure de ses aspirations, il avait d’ailleurs vécu des expériences marquantes. Ainsi, en 1956, Germaine Tillion, intéressée par son étonnant parcours saharien, le sollicita pour participer au projet des Centres sociaux éducatifs à Alger. Pendant plus de quatre ans, Marceau s’investit pleinement dans cette « utopie en marche vers une fraternité interethnique, interculturelle » (Tikatoûtin, 172), qui fut brisée le 15 mars 1962 par un attentat de l’OAS fauchant l’équipe des responsables parmi lesquels l’écrivain Mouloud Ferraoun. Entre-temps, Marceau qui fréquentait le Musée du Bardo et avait noué des liens avec le centre de recherches préhistoriques dirigé par le Pr Balout, avait été recruté au CNRS. À partir de 1960, il retourna au Sahara pour mener des enquêtes ethnographiques en qualité de chercheur. Après l’indépendance algérienne, durant sept ans, il fit partie de l’équipe de G. Camps qui était demeurée à Alger jusqu’au départ en France en 1969.

Marceau aimait le travail de terrain et supportait sans problème la rusticité des conditions d’enquête. Sa sociabilité méditerranéenne était un atout majeur d’intégration dans des milieux parfois méfiants. Il avait un rapport chaleureux aux autres et savait établir de la connivence avec ses interlocuteurs. Où qu’il soit, j’ai toujours vu Marceau parler aux gens et susciter leur curiosité et leur intérêt. Il prenait d’ailleurs autant de plaisir à échanger avec des collègues chercheurs, toutes disciplines confondues, qu’avec les nomades touaregs, les cueilleuses de graminées sauvages, les modestes quinteniers sahariens qui travaillaient dans les jardins, les artisans du Queyras ou les paysans de Haute Provence. Son itinéraire de recherche était ancré dans le vécu, nourri par l’expérience, la sienne et celle des autres qu’il questionnait inlassablement, s’intéressant aux aspects même les plus modestes de la vie des individus et des communautés.

Son parcours et son œuvre scientifiques sont originaux à plus d’un titre. Parallèlement à la publication de ses mémoires, nous[2] avions prévu d’organiser en sa présence des journées de recherche qui seraient consacrées à son itinéraire de chercheur et qui ont dû être repoussées, de semestre en semestre, à cause de ses problèmes de santé récurrents au cours des dernières années.

Marceau a été un précurseur dans le domaine de l’anthropologie de l’alimentation. Il a été le premier à l’étudier au Sahara. Questionner la façon dont se nourrit une population qui vit dans un milieu aride aux ressources fragiles est un angle d’approche ingénieux, car il permet de saisir le fil qui conduit à tous les autres domaines d’une société : les techniques, l’économie, la gestion des ressources, l’organisation sociale et parentale, le sacré, la répartition des tâches, les rôles féminins et masculins…

Ces aspects de la vie de tous les jours auxquels Marceau prêtait attention – comme la culture alimentaire, la conservation des grains, les cueillettes et les moissons, l’utilisation des ressources naturelles végétales, animales, minérales… – sont devenus aujourd’hui des objets scientifiques de premier plan. Mais il faut savoir qu’à l’époque où il les étudiait, ces domaines étaient négligés, parfois jugés dérisoires et encore plus dans les aires pauvres et désertiques du Sahara central où justement la nourriture était rare. L’apport de Marceau en la matière, son obstination à se départir des thèmes à la mode, sont remarquables et donnent à ses enquêtes sur l’alimentation, menées à partir des années 1960, une grande modernité. Il a consacré de nombreuses publications aux techniques de production, de conservation, de préparation et de consommation des aliments, montrant l’intérêt nutritionnel de certaines pratiques de traitement des grains, par exemple la mouture traditionnelle du mil au Sahara. Il s’est intéressé à la symbolique alimentaire et dans un domaine où se croisent intimement observations empiriques, calculs mathématiques, savoirs agricoles et représentations du monde, il a également travaillé sur la production et l‘usage des mesures du temps, de l’espace, des volumes, des longueurs et des poids.

En lien avec les nouvelles orientations de l’ethnologie dans les années 1970, il a développé des thématiques sur la parenté et l’alliance, l’interprétation de l’endogamie, les modes de filiation, la transmission des biens et des pouvoirs, et a fondé, avec l’énergie qui le caractérisait, un réseau de recherches comparatives sur ces questions avec des collègues du Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris. Dans tous ces contextes, il a œuvré à inclure les jeunes, les doctorants et post-doctorants, à qui il offrait l’occasion unique de se former et de travailler dans des équipes de chercheurs confirmés.

À partir de 1974, Marceau a entamé un nouveau terrain au Yémen sur son thème de prédilection, l’alimentation, mais pas seulement. Il saisissait au cours de ses enquêtes de nombreux autres versants de la vie des gens qui se manifestaient spontanément dans leurs occupations et préoccupations, leurs labeurs et leurs loisirs, leurs tâches matérielles et immatérielles. On peut entendre ses archives sonores sur le site de la phonothèque de la MMSH et apprécier à travers ses enregistrements le spectre large de ses intérêts concernant par exemple les transformations du mode de vie, les mutations socio-politiques, les innovations techno-économiques, les rites agricoles, les fêtes, la poésie, les chants d’amour…

La fréquentation de plusieurs terrains, l’intérêt pour des thèmes multiples, la collaboration avec des spécialistes de diverses disciplines, ont favorisé la posture comparative ouverte qu’il a développée par exemple dans l’étude des systèmes techniques et de leurs dimensions esthétiques, éthique et symbolique qui le captivaient. Il a étudié sous cet angle des objets emblématiques tels que le coffre kabyle, le cadenas et l’épée touaregs, le pilon et le matériel de broyage saharien, les silos et magasins à grains du Yémen et du Sahara, les objets sculptés des artisans du Queyras.

Il a également travaillé sur l’histoire orale, dans le cadre de recherches collectives sur l’histoire du peuplement au Sahara et sur l’histoire contemporaine, notamment la période coloniale. Ces travaux thématiques ont été nourris par des approches monographiques, comme celles menées par exemple sur le village de Mertoutek au Sahara central ou sur une ville yéménite à l’architecture remarquable, Thula.

Il s’est impliqué aussi dans la gestion de la recherche en tant que directeur de laboratoire, directeur scientifique et élu au comité national, sensible à certaines questions auxquelles le centralisme français s’attache rarement, comme le sort des chercheurs français en province, sur lequel il avait écrit un rapport.

Une qualité encore que j’ai à cœur d’évoquer : Marceau était un excellent photographe. Ses clichés en noir et blanc sont d’une grande sensibilité. Il a su saisir les gestes, les expressions, les postures du quotidien dans leur simplicité, leur aspect naturel, leur spontanéité, qui montre la complicité, la proximité et l’amitié qui le liaient aux personnes photographiées. En fait, il ne se contentait pas d’être un photographe embusqué derrière l’objectif, il parlait à ceux qu’il photographiait et c’est cette communication entre lui et les autres qui donne à ses photographies toute leur densité et tout leur sens. Ce regard photographique si spécial de Marceau est un bon révélateur de sa démarche de terrain, combinant approche scientifique, engagement intellectuel, proximité sociale, souci humaniste, qui impliquent le chercheur dans la vie et les mutations locales.

Pleinement associés à la générosité de Marceau, il y avait enfin Andrée son épouse, ses enfants, toute sa famille à l’hospitalité chaleureuse. La maison Gast, ouverte aux humbles comme aux plus grands, aux étudiants comme aux professeurs, était une véritable institution parallèle, un centre de gravité, un havre amical, une agora où Marceau lançait les débats, un lieu chaleureux de rencontres et d’échanges internationaux où s’entrecroisaient travail, repas, détente, plaisanteries, découvertes… Quand je pense à Marceau, ce sont également ces images de connivence et de bonheur partagé qui me reviennent à l’esprit.

Hélène Claudot-Hawad, Directrice de recherche au CNRS – IREMAM, Aix-en-Provence


[1]Ce texte reprend en grande partie l’hommage publié dans l’Encyclopédie Berbère (n°XXIX, 2011) où figure également une bibliographie exhaustive de Marceau Gast à laquelle les lecteurs voudront bien se référer.

[2] Équipe 5 de l’IREMAM : « Marges et identités plurielles du Nord de l’Afrique ».

pdf CPréhméd1*-2010_Mémoires-Gast

Sixième rencontre pour l’étude du Quaternaire marocain (RQM6)

17, 18 et 19 Novembre 2011
Tanger

Organisation


« Les recherches entreprises sur le Quaternaire marocain sont nombreuses et diversifiées.
Pour cette 6ème rencontre, nous proposons le thème suivant : « «  Géosciences, environnement et patrimoine de part et d’autre du détroit de Gibraltar »

Le choix d’un sujet global permettra à un grand nombre de chercheurs de participer et de présenter l’état d’avancement de leurs travaux dans les divers domaines du Quaternaire (Géologie, Préhistoire,  Paléoanthropologie, Paléontologie, Géochronologie Paléoenvironnements, Paléoclimatologie…).

Dans le cadre d’une table ronde, un bilan sur les différentes problématiques d’étude du Quaternaire sera établi. »

Thématiques du colloque :
– Géosciences, géochronologie, paléoenvironnements, paléobiodiversité et géodynamique des formations quaternaires.
– Patrimoine et Hommes préhistoriques.
– Climat, paléoclimat quaternaire et environnement.

Voir programme, calendrier et modalités d’inscription

Contact

Secrétariat du Colloque  RQM6
Département de géologie
Faculté des Sciences et Techniques
BP 416
Tanger (Maroc)

Adresse e-mail : rqm6.fstt@gmail.com

Fax : (212)539393953
Tel : (212)539393955

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website

Artisanats et territoires des chasseurs moustériens de Champ Grand – Ludovic Slimak (dir.)

Aix-en-Provence, a&t Editions, 2008, 432 p. — 978-2-9529587-0-7 (Artisanats et territoires n° 1)

C’est très simple ! Si vous ne volez pas ce livre en librairie, faites-le vous offrir par une aïeule bien mûre… Autour d’un thème consacré à un site moustérien important, les auteurs ont tenté une gageure (prononcez « gajure ») : le rendre beau de surcroît et c’est vrai que cela fait partie de la science ! Était-il possible de métamorphoser des cailloux retouchés, aussi banals qu’un racloir en œuvres d’art ; et la réponse est oui ! J’ignore le nom de ce magicien, perdu parmi la foule des auteurs, mais il a toute mon estime : les réalisations photographiques sont à la fois techniquement irréprochables et scientifiquement (pour une fois !) d’une grande utilité. Après avoir passé près d’un siècle à refuser à mes étudiants d’utiliser la photographie pour représenter les silex, voilà un exemple qui brutalise tout à coup cet enseignement. Les retouches deviennent lisibles, les roches y sont translucides et illuminées, les jeux d’ombre complexes totalement maîtrisés, dans des prises de vue intelligentes et de toute beauté (voir le début du chapitre 2, par exemple, ou les photos tracéologiques au microscope). Ce défi, exceptionnellement surmonté, donne le ton à l’ensemble du livre car l’élégance s’y retrouve tout au long, de la mise en page où règne l’harmonie plastique, aux développements théoriques qui y sont développés. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une première tentative, amorçant une série monographique du même goût : souhaitons leur longue vie et de nombreuses productions, voire de nombreuses copies « à la façon de » afin que les préhistoriens ne s’ennuient plus devant des pages grises : vides de sens et négligées dans la forme. Est-ce un rêve ? Nous verrons. Mais qui osera, après « Champ Grand », rendre des publications laides, négligées, abandonnées à la médiocrité d’un imprimeur de journaux ? Mais il n’y a pas que des images et des graphiques soignés dans ce volume, les idées y brillent aussi dans les textes, comme si elles s’étaient affranchies de certaines coutumes, réductrices et simplificatrices que les dogmes en cours ailleurs, imposent discrètement. Il y a donc deux livres dans cet ouvrage, portés chacun vers l’aventure novatrice où le beau s’accorde au vrai (saint Augustin) : rien n’est plus étranger de cette audace que les publications de cet ordre. Elles furent toujours « rentrées dans les rangs » par des subsides utilisés en prétextes et des obédiences terrifiées désignées comme la « science d’aujourd’hui ».

Dans le premier livre (édifié par l’imagination), vous apprendrez qu’il s’agit d’un abri naturel, à fortes fréquentations moustériennes, vers 55 000 à 45 000 ans. Et que les sociétés humaines y revinrent régulièrement, nourries de bovidés et d’équidés.

Dans le second livre (toujours sur le plan théorique), vous apprendrez que des préhistoriens aux yeux clairs tentent de comprendre l’homme moustérien ! Ce n’est pas rien, c’est encore moins banal. Les Moustériens des Champ Grand avaient, semble-t-il, oublié les règles d’or : ils pratiquaient simultanément diverses techniques, qui eussent opposés les ensembles en autant de traditions partout ailleurs.

Ici, le préhistorien orthodoxe et frileux va parler de « mélanges ». D’autres, oubliant ces litanies, s’étonneront des gammes méthodologiques disponibles simultanément. Ils verront même (et enfin) que des reprises inverses aux extrémités servent à leur réutilisation loin des gîtes, tout en commettant le sacrilège d’utiliser néanmoins ces enlèvements délicats, eux aussi, comme la tracéologie l’a montré. La notion de territoire est ici enfin abordée en d’autres termes que de distances parcourues, mais inversement, par les modes de ségrégation de groupes entre eux. Du Lévi-Strauss fut même lâché accessoirement, comme si les préhistoriens devaient aussi se mettre à lire des livres sérieux. Une question cruciale fut abordée : pourquoi tant de permanences dans les cheminements techniques ? Pourquoi toujours les mêmes processus de réduction, sur-employés au fil de l’éloignement des gîtes. On lève là un coin du voile sur le mystère moustérien : l’innovation n’était pas une valeur, à l’inverse de la stabilité. La répercussion, à long terme, de notre propre vue du progrès rend opaques de telles constances, pourtant si universelles dès que l’on quitte le continent européen. Les traditions moustériennes (les vraies, pas les chaînes opératoires) se marquaient sous d’autres crises, dans la longue durée et par opposition aux formes d’anxiété perpétuelle marquant les hommes modernes locaux, venus d’ailleurs. Un aménagement des blocs des sols en structure ovale rappelle que les enseignements, les rassemblements, les protections organisées, ne furent nullement le fait des « modernes » mais existent simplement en toute humanité dès que celle-ci en mérite le nom, soit depuis quelques millions d’années.

La longue diachronie de ces comportements semble troubler l’auteur principal. Cependant, outre qu’elle soit là et qu’on ne puisse rien y changer, sinon notre manière de voir, elle doit être considérée comme une succession d’exploits dont ce mode de vie équilibré était capable. La manière de considérer l’histoire de l’homme doit être simplement revue : les investissements se placent ailleurs que dans des procédés lithiques, totalement maîtrisés depuis environ 300 000 ans. Il peut s’agir des mythes, des règles sociales ou des œuvres d’art périssables (comme la plupart le sont en ethnographie). Elle peut se trouver dans des détails, souvent négligés, comme les lamelles, les pièces à dos, les réserves bifaciales de matériaux. En bref, l’étude du Moustérien doit subir un basculement radical : inféodée aux variations et aux constantes, plutôt que perpétuellement rattachée à une nébuleuse de concepts artificiels, récents et inopérants. Comme on traverse un miroir, la préhistoire ancienne doit être vue telle qu’elle est avec toute sa diversité et non telle que nous voudrions qu’elle soit : une longue monotonie obscure jusqu’à l’éclatement lumineux apporté par l’homme moderne.

Ce livre en est l’exacte prédétermination, il doit être lu et respecté à l’aune de ce regard : une fenêtre s’ouvre sur une humanité tout autre, mais terriblement efficace. Elle parcourt tout l’espace européen durant des centaines de millénaires, si elle est considérée aussi grossièrement que globalement, mais elle constitue de notre ethnicité le fond auquel les autres se sont superficiellement et graduellement greffés en quelques millénaires seulement. Notre conception même de la civilisation doit être brisée dès qu’on ne la réduit qu’à un vague passé antérieur à l’humanité actuelle. Le jeu des valeurs y est extrêmement subtil et variable, de telle sorte que seules des études telles que celles-ci en débrouilleront la trame d’une extrême complexité et d’une totale étrangeté. Là où l’auteur parle « d’altérité », méfiez-vous en des mots, car cette altérité n’est que relative à ce que l’on voudrait y voir et/ou à ce qu’on a pris l’habitude de nommer « différence ». Au fond, notre discipline est, à ce stade, fondée sur deux gigantesques malentendus : le premier est de la confondre avec l’ethnologie où toutes autres formes d’informations furent récoltées, le deuxième se cache dans l’obsession civilisatrice, lointain avatar de la Renaissance qui prit l’Antiquité comme modèle. Et de braves gens ont remonté cette histoire-là comme si c’était la même, comme si elle ne pouvait pas être autre chose, depuis les Celtes, les Danubiens jusqu’à Lascaux. Ces histoires sont fausses car fondées sur de toutes autres informations, l’approche chaotique du Moustérien le démontre, à mesure qu’on s’éloigne de Rome et de ses partisans au XVIe siècle. Les livres scolaires, les comédies, les BD ouvrent cette béance entre le rêve occidental de civilisations passées et méconnues et la réalité concrète de la nature humaine, dont l’infinie richesse s’oppose le plus souvent aux fausses notions de civilisations à l’Antique (sans parler de l’énorme gag de l’ADN fossile).

Le plus grand mérite de « Champ Grand » se situe dans l’humilité des auteurs devant l’immensité de la tâche. Pour moi, resté rebelle, c’est-à-dire libre, j’y admire son goût pour l’aventure. Ces auteurs ont compris qu’elle est là, à portée de doigts, mais qu’elle ne doit pas y être apportée, mais seulement découverte, dans une fascination respectueuse que ce livre possède tel un modèle, un phare aurait dit Diogène. Et on y sent encore, malgré l’audace timide, la réticence des auteurs pressentant le terrorisme des écoles « traditionnelles ». Pour moi, il s’agit d’un pas, encore timide, vers les mystères qui nous attendent et qui se dévoileront pudiquement à la seule condition qu’on ne les brusque pas par trop d’empressement, d’idées préconçues et qu’on laisse, comme ici, parler le site, plutôt que nos lointains instituteurs.

Marcel Otte, Professeur, Université de Liège, Belgique

pdfCPréhméd1*-2010_Slimak

CérAfIm « Céramique Africaine Imprimée » – le site

Base de données

Quelques exemples de céramique imprimée

Le site, créé pour présenter les travaux du groupe Cerafim et plus spécifiquement les référentiels de motifs, est maintenant en ligne.
http://sites.univ-provence.fr/lampea/ressources/cerafim/

Il est organisé en rubriques :
Présentation : les axes de recherche du groupes et ses travaux depuis 2000 ;
Techniques et Procédés : les différentes techniques, procédés et modalités qui permettent de réaliser des motifs (dans la masse) et leurs stigmates (accès aux fiches des motifs réalisés par impression simple et impression pivotante) ;
Instruments : les différents types d’instruments, définition de leur partie active et clé de reconnaissance (accès aux fiches des motifs « roulés ») ;
Galerie : ensemble de photos de motifs sur tessons archéologiques mis en relation avec les motifs des référentiels

DomCom

Documentaliste en préhistoire

More Posts - Website