Le Capsien de Hergla (Tunisie). Culture, environnement et économie — Ridha Boussoffara, Simone Mulazzani & Maurizio Tosi (dir.)

Mullazani et al_HerglaFranfurt am Main, Africa Magna Verlag, coll. Reports in African Archaeoly, 2013, 436 pages — 978-3-9372483-6-3

L’ouvrage, au titre révélateur, réunit 41 auteurs qui présentent les résultats de leurs travaux : la fouille d’un gisement du Sud tunisien, SHM-1, qui, sous la protection d’un dépôt éolien, étire ses 200 m2 sur une petite dune bordant la sebkha-lagune d’Halk el Menjel. Les 439 pages sont ordonnées en trois parties : I. Contexte environnemental, II. Occupation capsienne de Hergla, III. Prospection archéologique à Halk el Menjel et Kelbia, prospection utilisant une plateforme SIG qui inscrit le site dans le contexte d’une centaine d’autres essentiellement épipaléolithiques et néolithiques dont SHM-15, escargotière présentée en détail. Une abondante bibliographie, mais qui n’est pas en totale adéquation avec les appels du texte, le termine. Classique, la première partie présente le cadre géographique, géologique, les dynamiques morphosédimentaires de la lagune-sebkha que divers travaux montreront implantée dans une savane peu boisée avec points d’eau et, en fin de 4° millénaire, dans une steppe à graminées et armoise ; bien que nous soyons là loin du champ chronologique du site préhistorique, une augmentation de la population d’oleo-lentisque à 3300 BC marquant une amélioration de la pluviosité, celle d’Olea à 3000 BC ouvrant un débat sur une possible culture, sont rapportées. Cette première partie s’arrête longuement sur les travaux antérieurs, découverte du site en 1954 par E.G. Gobert, redécouverte en 1968 par M. Riahi-Harbi et J. Zoughlami, résultats de leurs fouilles, assez importants avec la mise en évidence de diverses structures, la découverte de restes humains, pour que des travaux de grande envergure soient programmés. Ils l’ont été au travers d’un « Projet italo-tunisien de recherches archéologiques » qui y mena des fouilles de 2002 à 2007. En une vingtaine de chapitres, la deuxième partie traduit l’excellence du travail de terrain, rapporte de manière détaillée les résultats d’études de géologie, minéralogie, géochimie, micromorphologie, techno-typologie, tracéologie… Elle s’ouvre sur plus de 50 pages traitant de la fouille elle-même. À la coupe dégagée antérieurement qui avait montré la superposition sans discontinuité de deux couches formant un niveau archéologique de 80 cm d’épaisseur dans lequel avait été discernée une succession de phases humides et sèches, une fouille en coordonnées -une première pour une escargotière-, a permis de dresser de nombreux plans de distribution et conduit à identifier 7 niveaux. Ils ont été datés du 7° au milieu du 6° millénaire. À diverses cotes, des trous de poteau, foyers, empierrements, enrichissent les découvertes semblables effectuées lors des premiers travaux. À un aménagement en fossé avec trou de poteau au centre reconnu alors, s’ajoutent les restes de deux alignements parallèles de pierres séparés par une zone vide interprétés comme fossé permettant d’enfoncer une clôture. L’élément le plus remarquable vient néanmoins du niveau 5, avec les vestiges de deux murets, restes d’une cabane subrectangulaire de 4 m de long, dont des réfections ont été perçues dans les niveaux suivants. L’intérieur est couvert d’un sédiment fin, vu comme résultat du piétinement. À l’extérieur, deux structures de combustion empierrées, de 30-40 cm, paraissent protégées par deux alignements arqués de petites pierres placés à 60-80 cm. Ces données sont uniques dans le monde capsien. S’agit-il d’une escargotière ? Seul le niveau 2 a livré l’habituel mélange de coquilles d’Helicidés brisées et entières. Ici, les nombreuses coquilles sont celles de Cerastoderma glaucum, tantôt dispersées, tantôt groupées ; elles avaient été trouvées amassées dans une poche par les premières fouilles. Elles contribuent à la structuration de l’espace et la distribution irrégulière du matériel. Elles font du site plus un amas coquillier qu’une escargotière. Toutes n’ont probablement pas été consommées, certains écarts anormaux notés dans le détail des datations pouvant s’expliquer par l’incorporation de coquilles fossiles qui abondent dans les cordons littoraux voisins. L’ensemble des données, « absence d’interruption dans l’occupation », « constance de la présence de cendres et de la source d’approvisionnement en matériaux argileux », « prédominance des processus anthropiques dans la dynamique de formation des couches », traduit une occupation intensive, avec tout au plus, des abandons de très courte durée. Autre imposant chapitre, celui qui traite des « techno-complexes lithiques » en s’appuyant sur 11757 pièces dont 1651 outils. Du bas en haut de la séquence les mêmes matériaux, essentiellement silex et calcaires, ont été utilisés. Ce sont plutôt des produits locaux, volontiers des galets venant de l’oued voisin, bien que quelques pièces traduisent une aire d’action d’une centaine de kilomètres ; une spécificité est probable, le silex ayant servi essentiellement à la production de lamelles. De nombreuses pages sont consacrées au débitage : dégrossissage des nucleus réalisé sur le site, plans de frappe -un ou deux- préparés de diverses manières, débitage au percuteur tendre selon trois schémas pour la production des lamelles, l’unipolaire étant le principal, nucleus en silex épuisés à l’extrême, production de lamelles calcaires plus grandes que celles en silex, exploitation du calcaire de plus en plus importante jusqu’à l’être autant que le silex dans le niveau 5. À partir du niveau 4, apparaît le débitage pression. Beaucoup seront surpris par l’évocation d’une « pointe » en cuivre utilisée alors, même présentée avec précaution, elle appelle à une grande réserve et de nouveaux travaux. L’analyse typologique rapporte un changement net dans la composition du sac à outils avec, à partir du niveau 5, forte suprématie du groupe pièces à coches-denticulés sur celui des lamelles à dos, antérieurement égaux. Un chapitre est consacré à l’industrie osseuse. Très altérée, sans pièce entière, elle se traduit essentiellement par des « pointes » 74 %, utilise des métapodes de gazelles ou antilopidés dont les figures montrent le façonnage plutôt réduit, conservant poulies et canal médullaire. Elle renferme quelques pièces remarquables avec un fragment d’anneau et une cuillère, pièce peu courante, connue jusqu’alors seulement dans le Néolithique. Comme pour l’étude de l’industrie lithique, les techniques de fabrication sont analysées avec soin, usure en va-et-vient pour les pointes, percussion pour les outils tranchants. L’analyse typologique est délaissée, voire même la terminologie, pourtant devenue courante ; cela conduit à utiliser un terme comme racloir pour nommer un outil en os, ce qui ne manquera pas d’entraîner des confusions. L’ocre est omniprésente, la parure subsiste sous forme de rondelles d’enfilage, de coquillages perforés naturellement ou non (divers Helicidés, Hexaplex, Cerithium, Nassarius, Columbella, Glycymeris…). Des tests d’œuf d’autruche ornés par traits ou courbes, parallèles ou qui se croisent perpendiculairement, obliquement ou de manière très désordonnée, donnent lieu à une tentative originale et séduisante pour restituer ces décors autour de l’orifice, dans leur intégralité ; osé, cet essai doit être vu avec beaucoup de prudence. Outre quelques restes épars, trois individus adultes et deux enfants ont été retrouvés dans des fosses dispersées dans le gisement. Deux, dont celle mise au jour lors des premières fouilles étaient creusées dans le substrat stérile, la troisième dans le niveau 7 ; l’une renfermait aussi les restes perturbés des deux enfants. Déposés dans des fosses exiguës, très contractés, les défunts étaient diversement dirigés (ouest-est, nord-est sud-ouest), deux reposaient sur le côté droit, un paraissait accroupi. Aucun mobilier ne peut leur être associé ; une litière funéraire, lit de graminées, est probable, c’est ce que permet de penser la haute fréquence de graminées dans l’une des tombes. Le collagène de H2 a fourni des données sur l’alimentation : rôle secondaire des ressources de la lagune ou de la mer bien que la pêche soit largement attestée par des daurades, mulets, bars, raies, petits requins…, l’essentiel de la nourriture venait de viande. Les espèces identifiées indiquent la consommation d’herbivores, mésofaune pour une bonne part, particulièrement Lepus et Oryctolagus, avec, en haut de séquence, une plus haute fréquence de grands bovidés, Bos primigenius, Syncerus caffer au niveau 7 ; les parties présentes sur le site appellent l’existence de site d’abattage et un comportement de l’homme qui ne paraît pas le même pour toutes les espèces, les gazelles étant abattues jeunes, les autres espèces, adultes.

Le niveau N5 retient singulièrement l’attention. Daté des environs de 7220±40 BP (ENEA838), avec lui interviennent de multiples changements dont la modification du rapport à l’animal, les restes passant de petits et moyens à gros avec prédominance d’Alcelaphus buselaphus. Des nucleus en mitre préparés dans le calcaire local traduisent alors l’existence d’un artisanat proche. Quelques éléments d’obsidienne, dont de petits nucleus, provenant du Balata dei Turchi au sud de l’île de Pantelleria, indiquent la pratique de navigation en haute mer et un colportage. Des têtes de flèche impliquent l’utilisation d’un nouvel instrument, l’arc. Rectangles, pierre polie, céramique supposent des occupations nouvelles, différentes de celles des niveaux précédents, l’intervention de poterie soulignant une transformation fondamentale dans le développement de l’humanité en étant l’amorce du processus d’industrialisation. Une fosse renfermant des agrégats d’argile blanchâtre, proche d’un foyer suggère une fabrication sur place de la poterie. Son décor à motifs d’impressions limités au pourtour de l’orifice est habituel dans ces régions, comme la présence de calcite dans les pâtes ; plus originale est celle de chamotte, assez rare pour être un apport accidentel, mais qui pourrait aussi, dans des tessons sans décor, signaler une intrusion, ce dégraissant n’étant connu au Maghreb que dans la poterie protohistorique. Les températures de cuisson de l’ordre de 500° à 700° sont, elles aussi, classiques et on regrette de ne pas savoir s’il y a ou non des coups de feu qui conforteraient l’idée d’une cuisson en meule comme elle est connue alors. L’herminette retient tout autant l’attention, de tels objets étant traditionnellement liés à un travail de la terre. Malgré l’intervention de ces diverses innovations, leur convergence, l’appellation Capsien a été substituée à celle de Néolithique utilisée antérieurement. Cette position s’appuie sur l’absence de pollen attribuable à une plante cultivée, d’ossement à un animal domestique. On retrouve là un des problèmes fondamentaux de la préhistoire africaine : la négation de la reconnaissance d’un nouvel art de vivre par un biais autre que les seules modifications affectant les plantes et/ou les animaux, ce qui ramène le Néolithique au seul moyen de produire une partie de sa nourriture, négligeant qu’il est avant tout une nouvelle manière d’être.

Néanmoins, c’est un ouvrage prenant, mettant en scène un site d’une grande originalité palethnographique, un travail minutieux, faisant appel à un maximum de spécialités, traduisant de nombreuses qualités. À ma suite, beaucoup apprécieront diverses initiatives, des travaux de laboratoire développés dans de nombreuses directions qui donnent un maximum d’indications sur l’environnement, l’utilisation de trois langues, anglais, français, italien, qui permet à chacun de s’exprimer avec subtilité et engage dans la voie de la conservation des identités. Quelques surprises aussi, l’utilisation du terme flandrien et non versilien comme prôné depuis longtemps en Méditerranée, voire quelques regrets, la non-utilisation d’une terminologie osseuse pourtant solidement établie et avec le consensus des spécialistes, et, de même, le ton parfois un peu dépréciatif pour les travaux anciens, le peu d’intérêt pour l’importance des graminées qui s’intensifie à partir du niveau 5 et s’y double de celle de Chenopodiacées, ce qui peut poser problème. Ces quelques déficiences n’enlèvent rien à une œuvre d’un solide apport scientifique, qui respire l’ardeur de la jeunesse, les influences qu’elle subit et à ce titre, elle est émouvante. Par son sérieux, ses initiatives, elle est des plus prometteuses. Aussi, face à ces données inhabituelles, à ces structures diverses, à la présence d’inhumations…, la question peut se poser d’étendre la fouille à une surface bien plus importante, voire à la totalité, ce qui permettrait de saisir, enfin, l’organisation d’un site capsien et son évolution dans sa globalité.

 

Ginette Aumassip – Préhistorienne — gaumassip@gmail.com

 

 

 

 

 

Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia — Anne-Marie Christin

Christin_Hisoire EcritureParis, Flammarion, coll. Histoire de l’art, 2012, 413 pages, 35€ — 978-2-0812379-8-8

Cette nouvelle édition de l’Histoire de l’écriture, nous offre une version remaniée et largement enrichie d’une somme, désormais classique, publiée voilà une dizaine d’années. Près de 61 spécialistes y contribuent à retracer l’aventure de l’écriture dans toute son épaisseur chronologique, depuis les premiers scribes mésopotamiens et égyptiens, jusqu’aux supports numérisés. Alphabétiques, consonantiques ou idéographiques, peu d’écritures ont été écartées de cet ouvrage (mis à part peut-être l’hébreu ou les écritures très récentes des Indiens d’Amérique du Nord). Un tel foisonnement se devait d’être organisé. On y retrouve, en filigrane, le thème cher à la directrice scientifique du volume, Anne-Marie Christin, d’une autonomie originelle de l’écriture face à la langue ou à son usage utilitaire. Pour elle, l’écriture ne trouve son origine ni dans la seule volonté de transcrire la parole, ni dans les exigences comptables de la cité naissante. Indissociable de l’image, elle est un objet pictural à part entière, qui ne peut s’appréhender qu’à travers sa valeur iconique dans ses dimensions esthétique, religieuse et politique. C’est ce cadre théorique qui sert de charpente à tout le recueil. Toutefois, il est surprenant que jamais le terme lui-même d’« écriture » ne soit défini, quand on sait combien la notion se prête à des divergences d’interprétation d’un spécialiste à l’autre, d’un champ disciplinaire à l’autre.

L’ouvrage est organisé selon trois sections consacrées successivement aux premiers systèmes d’écriture « Origines et réinventions », aux alphabets et à leur diffusion « Alphabets et écritures dérivées » et, enfin, à l’écriture de textes manuscrits et imprimés « L’image dans l’écriture en Occident ».

La première partie est avant tout historique et descriptive, mettant en avant les formes matérielles de l’écrit, la distinction entre scribes et lettrés ainsi que les modes de diffusion et de conservation de l’écrit. On pourra également noter que cette partie concerne quelques expériences antérieures à l’écriture à l’époque préhistorique, et les quatre grands foyers primaires d’invention de l’écriture (Mésopotamie, Égypte, Chine et Méso-Amérique) ainsi que quelques-unes de leurs formes dérivées sans oublier les signes avant-coureurs de l’écriture dans la vallée du Danube, ainsi que les rongo-rongo de l’île de Pâques.

La deuxième partie resserre la problématique sur la présence de l’image dans l’écriture occidentale, moderne et contemporaine. Deux axes s’y dessinent, celui du manuscrit et celui de l’imprimé, et les considérations générales sont illustrées par des commentaires d’images majeures.

Les différentes contributions des spécialistes sollicités (sur lesquelles nous reviendront infra) donnent à voir, au travers de la variabilité des cas particuliers, les mécanismes de mise en place de l’écriture dans les sociétés au sein desquelles elle apparaît et, surtout, insistent sur le fait que l’écriture est la résultante de configurations socio-économiques singulières. Ceci est particulièrement prégnant pour les quatre civilisations qui ont été des foyers d’invention complète de l’écriture, sans modèle, dérivation ou adaptation. Si l’on suit les différents points de vue proposés ici, dans des configurations données, certaines sociétés inventent l’écriture dont elles ont besoin.

Pour Jean-Marie Durand, on ne peut continuer à supposer que l’écriture fît son apparition en Mésopotamie, pour les besoins de la tenue des comptes. Pour lui, l’écrit ne visait pas à ses débuts à reproduire la parole mais plutôt à la rendre visible. Le phonétique y était secondaire et la notation globalisante. Bien plus qu’à des pictogrammes c’est à des textogrammes que l’on a affaire.

Toutefois, l’assertion, par P. Vernus, que l’écriture en Égypte serait liée aux origines à la volonté d’écrire le nom du roi ne correspond plus aux résultats des dernières recherches dans ce domaine.

En retour, l’usage et la pratique de l’écriture, en particulier alphabétique, auraient sur le long terme modelé les sociétés qui l’utilisaient. Ce qui correspondrait particulièrement aux sociétés occidentales depuis l’époque carolingienne. On peut y voir une illustration dans l’article « L’écriture au Moyen Âge » par Michel Parisse qui met l’accent sur le rôle de l’écriture au XIIIe siècle dans le développement rapide de l’usage des langues vernaculaires. Le problème de l’expansion, à la même époque, des écoles et des universités, repose sur la diffusion des écrits qui sont alors recopiés dans des ateliers laïques. En attendant l’imprimerie.

Cette interrelation entre écriture et société est évidemment accélérée depuis une ou deux décennies environ par l’entrée dans l’ère numérique et ses répercussions sur l’usage de l’écriture.

Un autre couple dont les relations constituent une thématique majeure de l’ouvrage est celui formé par l’image et l’écriture. La frontière entre les deux n’existait pas pour les scribes de l’Égypte ancienne. Les deux étaient alors consubstantielles. La création d’alphabets qui se détachent peu à peu de leurs origines iconiques crée une fracture, inexistante auparavant. Le lien continue toutefois de perdurer dans l’univers sémitique entre le référent des signes alphabétiques et leur nom alors que la rupture devient totale avec la récupération du système par les Grecs qui ne peuvent plus s’appuyer sur la signification des noms de ces lettres pour identifier leurs référents. Une relation hiérarchique s’établit dans laquelle l’image est assujettie à l’écriture. Si, en grec, le verbe γράφειν signifie à la fois écrire et dessiner, comme le rappelle François Lissargue, et que la lettre grecque peut être considérée comme objet pictural, qu’elle fasse ou non sens, l’usage de l’écriture, dans son aspect de code connu d’une petite élite, parce que totalement contre-intuitif et dégagé de son iconicité, est étroitement lié au prestige social dans l’Italie étrusque. Dominique Briquel insiste sur l’accaparement de l’écriture par les instances du pouvoir des sociétés italiques pour magnifier leurs représentants et affirmer leur pouvoir. La connaissance et la manipulation de ce code restent très restreintes jusqu’à l’époque moderne. Béatrice Fraenkel nous rappelle que le taux d’alphabétisation du Haut Empire Romain est évalué à 30 % de la population masculine adulte.

C’est par l’art, lorsque l’image et l’écriture sont mises sur le même plan, comme dans le splendide livre de Kells, daté du IXe siècle et présenté par Jennifer O’Reilly que l’écriture et l’image se rejoignent. On a alors un retour partiel à un état antérieur à celui créé par l’alphabet. L’image est maintenant envisagée comme un support indépendant ou antérieur à l’écriture, comme ce fut le cas dans l’art préhistorique. L’article de Denis Vialou, « L’inscrit avant l’Écrit », insiste sur l’importance, au Paléolithique Supérieur, du support et sur l’inféodation de l’image aux contraintes de son support, inféodation dont s’est en partie dégagée l’écriture. Il faut noter cependant que lorsque l’auteur affirme que les blocs rocheux gravés ne sont jamais figuratifs, il semble oublier les gravures rupestres de Qurta et du Wadi Abu Subeira (au nord-est d’Assouan en Égypte). Cet ensemble, le plus ancien non seulement d’Égypte mais de tout l’est de l’Afrique, daté de – 20 000 ans, présente des animaux sauvages (aurochs, hippopotames, tortues… mais aussi poissons) saisis en plein mouvement, stylisés exactement comme les représentations franco-cantabriques, au point que la zone ait été baptisée « Lascaux on the Nile » ! Et cette comparaison aurait pu sembler plus judicieuse, pour chercher un parallèle aux représentations magdaléniennes, que celles qui sont proposées, trop éloignées dans le temps et dans l’espace, comme par le type de sociétés productrices, pour être encore pertinentes.

Cette inversion de la tendance initiée par la création des alphabets, la « ré-iconisation » de l’écriture est-ce sur quoi l’ouvrage cherche à mettre l’accent, en particulier tout au long de la deuxième partie. La revalorisation de l’image apparaîtra au Moyen Âge, période de faible alphabétisation, lorsque l’image des cathédrales en particulier sert à l’instruction biblique et à la mémorisation des principaux cycles de l’Ancien et du Nouveau Testament. La simplification des graphies et de l’orthographe qu’on suit au travers des articles de Michel Parisse, d’Armando Petrucci, de Nina Catach et de Béatrice Fraenkel, permettront une alphabétisation croissante de la société occidentale entre le Moyen Âge et le XIXe siècle. Le recours à l’image pour remplir les fonctions mnémoniques de l’écriture s’avère de moins en moins nécessaire lorsque progresse l’alphabétisation. On entre alors dans une troisième phase de cette relation qui est celle de l’iconisation de l’écriture elle-même. Elle peut être ludique, comme le montre la contribution « Des images en écriture » de Marianne Simon-Oikawa, mais elle est le plus souvent savante et très intellectuelle. C’est le cas de l’usage que font de la graphie les peintres et les poètes de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, comme l’explore A.-M. Christin.

Cette recherche visant à donner une dimension iconique à l’écriture alphabétique ne peut qu’être partielle et, par essence, artificielle. C’est l’une des esthétiques de l’écriture, la calligraphie en étant une autre.

L’inscription de l’écriture dans les supports multimédias semble l’avoir aspirée dans une nouvelle spirale, entraînant des mutations rapides. Mais avons-nous déjà le recul nécessaire pour l’apprécier ? Sous une forme ou une autre, on n’aurait jamais autant écrit que ces dernières années dans l’histoire de l’humanité, ni été aussi nombreux à maîtriser une écriture. C’est sur ces nouveaux horizons que se conclut « l’Histoire de l’Écriture », par un texte déjà ancien puisqu’âgé de dix ans, période durant laquelle les pratiques multimédias ont beaucoup évolué. Et cela contribuera à l’impression générale que l’on retire de cet ouvrage, qui reste une somme et un classique sur le sujet, mais les auteurs n’ayant pas remis à jour leurs contributions depuis la première parution, certaines découvertes récentes, qui ont remis en cause des conceptions que l’on pouvait avoir du sujet, n’ont pas été prises en compte. La relation entre image et écriture elle-même, telle qu’elle est exposée en filigrane dans cet ouvrage, a été depuis mise à mal sans qu’il n’en paraisse rien ici. Il faut par conséquent considérer ce livre non pas comme un état des lieux faisant le point sur l’actualité d’une recherche, mais comme un fil d’Ariane qui conduit, au travers les cinq continents, et surtout l’Europe occidentale, à rechercher la déconstruction de la suprématie de l’écriture au détriment de l’image, de Blaise Cendrars à la grotte Chauvet, et à rendre à l’image un statut de parèdre face à l’écriture alphabétique.

Ont participé à cet ouvrage : Michel Amandry, Jacques André, Pierre-Marc De Biasi, Catherine Becchetti-Bizot, François Bizot, Daniel Bouchez, Jean Boulègue, Dominique Briquel, Claire Bustarret, Nina Catach, Dominique Charpin, Roger Chartier, Anne-Marie Christin, Cécile Dauphin, Michel Davoust, François Déroche, François-Xavier Dillman, Catherine Dobias-Lalou, Jean-Pierre Drège, Jean-Marie Durand, Beatrice Fraenkel, Pascal Griolet, Michël Guichard, Bertrand Hirsch, Yves Jeanneret, Pierre-Yves Lambert, Danièle Lavallée, André Lemaire, Ségolène Le Men, François Lissarrague, Jean-Pierre Mahé, Henri-Jean Martin, Charles Mopsik, Nguyen Phu Phong, Jean-Pierre Olivier, Jennifer O’Reilly, Michel Parisse, Armando Petrucci, Jacqueline, Pigeot, Georges-Jean Pinault, René Ponot, Annie Renonciat, Daniel Roche, Cécile Sakai, Marianne Simon-Oikawa, Martine Simonin, Darwin Smith, Emmanuel Souchier, Jacqueline, Sublet, Marc Thouvenot, Léon Vandermeersch, Pascal Vernus, Denis Vialou, Vladimir Vodoff.

 

Gwenola Graff – IRD – UMR 208 PALOC — gwenola.graff@ird.fr
Remo Mugniaioni –  AMU – UMR 7310, IREMAM

Mobilities and Pottery Production Archaeological and Anthropological Perspectives

MobilityPotteryWorkshop_P1_TimbreWorkshop: 5-6 June 2015

Institute of Archaeological Research (IAW), Prehistory, University of Bern

This workshop takes place in the context of our archaeological research project „Mobilities, Entanglements and Transformations in Neolithic Societies on the Swiss Plateau (3900-3500 BC)“

Our workshop aims at a deeper understanding of various itineraries of pottery and different forms of human mobilities in which pottery is relevant, bringing together archaeological and anthropological perspectives. For thousands of years, pottery has been an important part of many societies’ material culture and therefore a major research topic in both disciplines.

 

Program

MobilityPotteryWorkshop_Prog_IAW_15rd