The Archaeology of Mediterranean prehistory — Emma Blake, A. Bernard Knapp (ed.)

2005, Oxford, Blackwell studies in global archaeology, Blackwell publishing, 333 p. 978-0631232681 / 0631232680

La préhistoire de la Méditerranée avec un télescope, tel pourrait être le sous-titre de cet ouvrage particulièrement décevant[1]. Il s’agit probablement d’un volume de synthèse destiné aux étudiants de premier cycle (under graduated) des universités anglo-saxonnes et aux lecteurs cultivés potentiellement intéressés par une synthèse nouvelle consacrée à une région de prédilection de la culture anglo-saxonne. Chichement illustré comme il se doit dans ce genre d’ouvrage (27 illustrations en tout ! dont certaines sont incompréhensibles, ex. p. 112), on cherchera en vain une carte générale de la Méditerranée, un atlas, un tableau chronologique général ; un unique index de 13 pages constitue la totalité de l’appareil éditorial[2]. On doit supposer que les étudiants anglo-saxons connaissent sur le bout des doigts la géographie de cette région du monde si complexe ! En revanche, les biographies des 14 contributeurs occupent 4 pages. À chacun ses priorités.

Composé de 12 chapitres, l’ouvrage est essentiellement thématique. Le premier chapitre est une introduction à la géographie du Bassin méditerranéen et une sorte de justification de la Méditerranée comme objet d’étude. Selon les auteurs, cette vue globalisante de la Méditerranée pourrait être perçue comme un archaïsme et une illusion, à l’instar du concept occidental d’orientalisme dont E. Said a montré la contingence historique et la vacuité conceptuelle (p. 2). Bien que F. Braudel soit invoqué/évoqué/convoqué (on confie au lecteur potentiel le choix du verbe idoine) d’une manière assez peu convaincante – deux auteurs citent son travail emblématique sur la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Braudel 1949) – peu de choses sont dites sur l’espace. Le climat, le cloisonnement des côtes, la navigabilité de la Méditerranée – ce dernier aspect est pourtant largement traité ailleurs par Seán McGrail (McGrail 2004) – l’ambiguïté du monde méditerranéen (Guilaine 1994) ne sont guère approfondis. Notons, pour bien illustrer les lacunes bibliographiques dont témoignent les chapitres de ce livre, que Jean Guilaine n’est cité qu’une fois par G. Barker pour un article mineur. La mer partagée livre qui demeure, quinze ans après sa publication, un bilan documentaire sans équivalent sur le sujet même dont traite l’ouvrage de Blake et Knapp n’est pas mentionné une seule fois…

D’emblée, soulignons ce que les auteurs entendent par archéologie préhistorique de la Méditerranée. Le Paléolithique du Bassin méditerranéen n’est pas abordé. Le Mésolithique n’est mentionné dans le texte que comme substrat du Néolithique (p. 36, 49 et 50). Jamais il n’est l’objet d’une étude spécifique, bien que l’extension méditerranéenne du Mésolithique final qu’on pourrait qualifier « d’horizon castelnovien » tient une place majeure dans les questions actuelles sur la diffusion du Néolithique. L’essentiel des contributions concernent le Néolithique/Chalcolithique, mais l’âge du Bronze et l’âge du Fer sont abordés ponctuellement. Le chapitre introductif des éditeurs n’explicite aucun de ces choix, ni aucune des limites chronologiques retenues. Des axes thématiques sont identifiés, que parcourent plus ou moins les 11 chapitres thématiques (p. 9). Il s’agit de :

– l’insularité et les interactions maritimes ;
– la tradition, le changement et la question des identités ;
– unité et diversité ;
– patrimoine culturel en Méditerranée.

Les thèmes abordés sont dans l’ordre : circulation et échanges ; l’agriculture et le pastoralisme ; les dynamiques des relations sociales à l’âge du Cuivre et à l’âge du Bronze ; la culture matérielle du culte, du rituel et des festins ; le genre et la mer ; la genèse du monumentalisme ; les technologies lithiques ; l’archéométallurgie ; le peuplement ; le commerce maritime à la fin de l’âge du Bronze ; les musées et le patrimoine culturel.

Tout choix peut-être contesté, mais devant l’immensité du thème retenu par l’ouvrage, l’organisation du volume offre une certaine originalité de propos voire un renouvellement thématique. Ce n’est donc pas sur le découpage thématique et l’organisation interne du volume que porte la critique mais sur le fond scientifique. C’est-à-dire les problématiques définies et les données examinées. Deux exemples montreront aisément les lacunes rédhibitoires dont souffre cet ouvrage. Nous nous attarderons sur les chapitres 7 et 9.

Chapitre 7 : M. J. Kolb « The genesis of monuments among the Mediterranean islands » (p. 156-179)
Ce chapitre consacré à la genèse du monumentalisme est doublement caractérisé par la confusion et la superficialité. A priori, comparer l’émergence des monuments à l’échelle du Bassin méditerranéen est une question intéressante, et l’auteur s’emploie à dresser des parallèles de la Crête aux Baléares, en passant par Malte et l’ensemble Corso-Sarde. Cependant, on ne peut qu’être frappé par les confusions renouvelées au gré des pages. Considérer que le monumentalisme funéraire et le monumentalisme palatial signifient la même chose relève d’une affirmation plus que douteuse et qui génère une confusion totale. On peut toujours comparer les nouraghes de Sardaigne au palais de Cnossos, mais comparer les temples de Malte aux nouraghes ainsi qu’aux taulas des îles Baléares n’a aucun sens. Quant aux données et à la chronologie des phénomènes, les lacunes documentaires de l’auteur sont patentes et achèvent de décrédibiliser le chapitre entier. Pour l’auteur, il ne semble pas y avoir de monuments en Sardaigne avant le développement des nouraghes (p. 166-168)… Lui a-t-on jamais parlé de Biriai, de Monte d’Accoddi ou de quelques autres ? Pas de monuments non plus en Corse avant l’âge du Bronze… La bibliographie mobilisée par l’auteur est sur ce point édifiante… G. Camps, A. D’Anna, J. Guilaine ne sont pas cités. L’essentiel des matériaux qu’il utilise provient d’un catalogue d’exposition publié en 1997. L’auteur sait-il que le mégalithisme corse, qui remonte au 5e millénaire av. n. è. pose de nombreuses questions ? Pour l’archipel des Baléares, les travaux de W. H. Waldren sont à peine cités… et les problèmes de datation que ces travaux soulèvent ne semblent pas susciter la moindre interrogation. L’auteur se présente comme un spécialiste de la Sicile (p. xiv) : n’y a-t-il rien en Sicile sur les sites du Bronze ancien qui relève de sa problématique ? Voire.

Chapitre 9 : V. Kassianidou et A. B. Knapp « Archaeometallurgy in the Mediterranean: the social context of mining, technology, and trade » (p. 215-251)
Après une introduction de quelques lignes (p. 215-216) et une sorte de prologue consacré à l’Anatolie (p. 216-218), les auteurs abordent la répartition très hétérogène des gisements de minerai autour de la Méditerranée (p. 219-230). Les rapports entre métal et sociétés sont traités dans les dernières pages (p. 230-239). La chronologie est vaste et surtout imprécise, du premier métal à l’âge du Fer ancien, comme s’il s’agissait d’un même phénomène. Rien ou presque n’est dit des méthodes d’analyse de composition du métal, cuivre en particulier, qui posent des problèmes majeurs d’interprétation… Sur ce thème classique, E. Pernicka est cité, mais E. Sangmeister n’est pas même évoqué, ni P. Ambert, ni B. Ottaway, ni S. Rovira, ni C. Strahm… Le travail de C. Domergue est ignoré ou presque, puisque son nom n’apparaît que pour une référence mineure.

Quant à l’origine de la métallurgie du cuivre et à sa diffusion, elle fait l’objet d’une analyse technologique superficielle (p. 232-233) voire erronée. Affirmer que l’activité métallurgique génère une forte quantité d’outils et de sous produits est simplement faux pour la métallurgie des premiers millénaires. Il faut attendre les développements industriels d’un âge du Bronze avancé pour rencontrer de tels cas archéologiques. Mais les auteurs connaissent-ils la nuance entre Chalcolithikum et Metallikum introduite par C. Strahm au début des années 1990 ? En ce qui concerne la diffusion du métal, sur lequel nous allons revenir, là encore, l’indigence est complète. Même la typologie et le schéma de diffusion proposé par A. Gallay à la fin des années 1970 sont ignorés.

Revenons sur la chronologie des foyers métallurgiques, et donc sur la diffusion de la métallurgie en Méditerranée. Constatons tout d’abord que la carte des gisements (p. 219) n’est pas à jour. Rien que sur la France et l’Italie, on cherchera en vain Al Claus, Saint-Véran, Libiola, ou même la zone de Terrina. D’après l’examen de la bibliographie, il semble que l’essentiel des références provient de Forbes 1972, de Tylecote 1987 ou de Craddock 1995. Mais les lacunes des auteurs ne font pas honneur à ces pionniers brillants. Les questions sur l’hypothèse controversée d’une très ancienne métallurgie du cuivre en Péninsule ibérique ne sont pas évoquées bien qu’une revue britannique bien connue ait publié un article à ce sujet… Alors que les auteurs évoquent l’impact de la métallurgie sur le paysage, pas un mot sur les travaux menés en Andalousie ou dans les Pyrénées. Enfin, alors que le contexte social de la métallurgie est longuement sollicité, pas un mot sur l’homme du glacier du Similaun et de son extraordinaire hache en cuivre de la fin du 4e millénaire av. notre ère.

On épargnera donc au lecteur le reste des chapitres. Remarquons toutefois celui obsolète de Robb et Farr sur les « substances in motion » en leur reconnaissant tout de même un sens certain du titre. Le mélange de lectures anthropologiques et archéologiques est ici bien peu convainquant. Evoquer le/la Kula décrite par Malinowski (1989) dans le contexte de la préhistoire récente de la Méditerranée relève de la superstition ou de la poudre aux yeux. Qui s’attaquera à une véritable analyse anthropologique des systèmes de circulations de matières et d’objets au Néolithique ? La réponse n’est pas dans les lignes de ce livre. En tout cas, les exemples retenus par les auteurs (silex de la Defensola et obsidienne de Méditerranée) sont particulièrement mal choisis. Les dimensions de la minière de la Defensola soulignent à quel point nous connaissons mal le tout début du Néolithique, celui des céramiques imprimées. Quant à l’obsidienne, l’explosion des données en Méditerranée occidentale depuis les travaux majeurs de R. Tykot et de quelques autres ne nous permet plus d’accepter des généralités, surtout lorsqu’elles sont éronnées. Non, l’obsidienne n’est pas une matière comme les autres, elle n’est nullement « paradigmatique » des techniques néolithiques (p. 35). L’obsidienne est une matière insolite au statut bien particulier qui accompagne le Néolithique dans la totalité du bassin méditerranéen pour un dessein que nous ignorons.

Quant au chapitre pour le moins surprenant de Talalay « the gendered sea », on s’interroge sur le but fixé par l’auteur, la méthode utilisée et les données mobilisées.

La conclusion s’impose, voici un livre à déconseiller et à oublier au plus vite.

Références citées
Braudel F. 1949 : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin
Guilaine J. 1994 : La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture. Paris, Hachette.
Malinowski B. 1989 : Les argonautes du Pacifique occidental. Paris, Gallimard, (1e édition 1922).
McGrail S. 2004 : Boats of the World: From the Stone Age to Medieval Times. Oxford, Oxford University Press.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence


[1]Est-il utile de publier la recension de cet ouvrage publié en 2005 ? Oui, et ceci pour deux raisons. D’abord parce que le thème de cet ouvrage est identique à celui de notre revue. Ensuite parce que la volonté des auteurs et des éditeurs de mettre à disposition des lecteurs une sorte de manuel, concerne un lectorat vaste, alors que cet ouvrage n’a pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une analyse critique fine.

[2] Seul G. Barker, dans le chapitre 3 qu’il a rédigé, offre au lecteur une carte complète de la Méditerranée pour localiser les sites qu’il mentionne (p. 48).

pdfCPréhméd1*-2010_Blake&Knapp

Marceau Gast (1927-2010)

Un ethnologue infatigable épris d’horizons nouveaux[1]

« Je n’avais qu’un but, c’était de partir le plus loin possible. J’aurais voulu aller en Nouvelle Calédonie, dans le Pacifique, mais il fallait connaître les cheminements à Paris pour obtenir de pareils postes et je n’en avais pas les clés. J’ai donc demandé à partir au Sahara »
(Marceau Gast, Tikatoûtin, Eds La Boussole, 2004 : 35)

 

Directeur de Recherche au CNRS, ethnologue spécialiste des Touaregs, observateur passionné du Sahara, à l’aise dans les campements du désert autant que dans les salles de réunions universitaires, proche de ses amis nomades chez qui il avait exercé d’abord le métier d’instituteur nomade, aimant partager la parole, le pain, les joies et les peines des plus humbles, Marceau Gast a marqué notre milieu, entre autres par son enthousiasme et sa passion à transmettre un savoir élaboré par immersion totale dans un pays rude à vivre et par le soutien généreux et l’hospitalité sans faille qu’il a toujours prodigués aux jeunes chercheurs de tous pays.

Le 22 juillet 2010, il nous a « précédés », comme diraient les Touaregs. Amuzzar est celui qui précède, qui guide, qui oriente, car il sait vers où nous cheminons tous et peut donc anticiper. Cela fait longtemps que Marceau avait anticipé cette étape, s’inquiétant moins pour lui-même que pour la pérennité de ses précieuses archives, de ses données scientifiques, de tous les matériaux originaux – notes, fiches, photos, cassettes, manuscrits, articles, ouvrages – qu’il avait engrangés durant des décennies de recherche, au cours de ses longs séjours d’étude et d’enquêtes sur le terrain. Des terrains qui ont varié du Sahara central au Yémen en passant par les Hautes-Alpes en fonction de divers facteurs : les aléas politiques, autorisant ou bloquant l’accès aux lieux d’enquête, les thématiques de recherche engagées, les rencontres, les amitiés et la mise en réseau des compétences.

C’est en 1972 que mon professeur, le linguiste Georges Mounin, me mit en contact avec Marceau qui cherchait un étudiant pour faire une étude sémantique des termes de parenté touaregs. À travers Marceau, je découvrais deux univers : d’une part, celui exotique du Sahara, des Berbères, de l’Afrique de l’ouest, du monde musulman et, d’autre part, celui d’une équipe de recherche à l’accueil chaleureux et à la culture nord-africaine pied-noire tout aussi exotique pour moi que son domaine de spécialité. Au LAPMO, laboratoire pluridisciplinaire (créé en 1969 à Aix-en-Provence par Gabriel Camps arrivant d’Alger avec son équipe), les préhistoriens, archéologues, anthropologues, historiens, ethnologues, linguistes, chercheurs adoubés ou simples étudiants, se côtoyaient, impliqués dans des thématiques communes, coopération renforcée par la tradition des fouilles archéologiques auxquelles beaucoup participaient et qui fabriquaient du lien extra-universitaire entre les membres de l’équipe.

Le désir de « partir, de (s’) affranchir de toutes les tutelles qui entravaient (son) besoin d’action, (son) insatiable curiosité du monde » (Tikatoûtin, p. 39) ont poussé Marceau dans des espaces inattendus. Son itinéraire professionnel débute par le métier d’enseignant qu’il part exercer au Sahara, en milieu sédentaire puis nomade. Dans le campement de l’amenukal de l’Ahaggar, il se heurte à une certaine hostilité ou indifférence des enfants touaregs, difficulté qui le blesse, qu’il essaie de comprendre et qui va stimuler sa curiosité et sa recherche sur le plan pédagogique. Il découvre avec passion la méthode Freinet et sera le premier à l’appliquer, avec succès, au Sahara. Ses rudes conditions de travail ne le rebutent pas. Il enseigne et vit dans la hutte-école qui « était une petite construction de paille de typhas, très modeste, de trois mètres sur trois. C’était à la fois l’école nomade et l’habitat de l’instituteur » (Tikatoûtin. p. 51).

Motiver les élèves, transmettre un savoir, aboutir à un résultat, correspondaient à une véritable vocation de pédagogue qui s’est prolongée ensuite dans le cadre universitaire. Les étudiants dont s’est occupé Marceau et dont je faisais partie ont eu la chance de bénéficier de sa capacité et de son goût à transmettre, avec toute la verve, l’enthousiasme, la saveur des mots, le talent de passeur de savoir et d’expériences qu’il possédait. Il savait mettre la réalité en scène, et nous avons tous savouré ses interventions passionnées, ses discours animés, ses images foisonnantes et l’extraordinaire mine de conseils, d’expériences, de souvenirs, d’anecdotes vécues qu’il nous offrait lorsqu’il nous parlait du Sahara, de sa vie d’instituteur nomade dans les campements touaregs, et enfin de ses engagements et questionnements de chercheur. Un chercheur nourri de longs séjours d’observation participante, mais aussi du désir de contribuer à un monde plus humain.

À la mesure de ses aspirations, il avait d’ailleurs vécu des expériences marquantes. Ainsi, en 1956, Germaine Tillion, intéressée par son étonnant parcours saharien, le sollicita pour participer au projet des Centres sociaux éducatifs à Alger. Pendant plus de quatre ans, Marceau s’investit pleinement dans cette « utopie en marche vers une fraternité interethnique, interculturelle » (Tikatoûtin, 172), qui fut brisée le 15 mars 1962 par un attentat de l’OAS fauchant l’équipe des responsables parmi lesquels l’écrivain Mouloud Ferraoun. Entre-temps, Marceau qui fréquentait le Musée du Bardo et avait noué des liens avec le centre de recherches préhistoriques dirigé par le Pr Balout, avait été recruté au CNRS. À partir de 1960, il retourna au Sahara pour mener des enquêtes ethnographiques en qualité de chercheur. Après l’indépendance algérienne, durant sept ans, il fit partie de l’équipe de G. Camps qui était demeurée à Alger jusqu’au départ en France en 1969.

Marceau aimait le travail de terrain et supportait sans problème la rusticité des conditions d’enquête. Sa sociabilité méditerranéenne était un atout majeur d’intégration dans des milieux parfois méfiants. Il avait un rapport chaleureux aux autres et savait établir de la connivence avec ses interlocuteurs. Où qu’il soit, j’ai toujours vu Marceau parler aux gens et susciter leur curiosité et leur intérêt. Il prenait d’ailleurs autant de plaisir à échanger avec des collègues chercheurs, toutes disciplines confondues, qu’avec les nomades touaregs, les cueilleuses de graminées sauvages, les modestes quinteniers sahariens qui travaillaient dans les jardins, les artisans du Queyras ou les paysans de Haute Provence. Son itinéraire de recherche était ancré dans le vécu, nourri par l’expérience, la sienne et celle des autres qu’il questionnait inlassablement, s’intéressant aux aspects même les plus modestes de la vie des individus et des communautés.

Son parcours et son œuvre scientifiques sont originaux à plus d’un titre. Parallèlement à la publication de ses mémoires, nous[2] avions prévu d’organiser en sa présence des journées de recherche qui seraient consacrées à son itinéraire de chercheur et qui ont dû être repoussées, de semestre en semestre, à cause de ses problèmes de santé récurrents au cours des dernières années.

Marceau a été un précurseur dans le domaine de l’anthropologie de l’alimentation. Il a été le premier à l’étudier au Sahara. Questionner la façon dont se nourrit une population qui vit dans un milieu aride aux ressources fragiles est un angle d’approche ingénieux, car il permet de saisir le fil qui conduit à tous les autres domaines d’une société : les techniques, l’économie, la gestion des ressources, l’organisation sociale et parentale, le sacré, la répartition des tâches, les rôles féminins et masculins…

Ces aspects de la vie de tous les jours auxquels Marceau prêtait attention – comme la culture alimentaire, la conservation des grains, les cueillettes et les moissons, l’utilisation des ressources naturelles végétales, animales, minérales… – sont devenus aujourd’hui des objets scientifiques de premier plan. Mais il faut savoir qu’à l’époque où il les étudiait, ces domaines étaient négligés, parfois jugés dérisoires et encore plus dans les aires pauvres et désertiques du Sahara central où justement la nourriture était rare. L’apport de Marceau en la matière, son obstination à se départir des thèmes à la mode, sont remarquables et donnent à ses enquêtes sur l’alimentation, menées à partir des années 1960, une grande modernité. Il a consacré de nombreuses publications aux techniques de production, de conservation, de préparation et de consommation des aliments, montrant l’intérêt nutritionnel de certaines pratiques de traitement des grains, par exemple la mouture traditionnelle du mil au Sahara. Il s’est intéressé à la symbolique alimentaire et dans un domaine où se croisent intimement observations empiriques, calculs mathématiques, savoirs agricoles et représentations du monde, il a également travaillé sur la production et l‘usage des mesures du temps, de l’espace, des volumes, des longueurs et des poids.

En lien avec les nouvelles orientations de l’ethnologie dans les années 1970, il a développé des thématiques sur la parenté et l’alliance, l’interprétation de l’endogamie, les modes de filiation, la transmission des biens et des pouvoirs, et a fondé, avec l’énergie qui le caractérisait, un réseau de recherches comparatives sur ces questions avec des collègues du Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Paris. Dans tous ces contextes, il a œuvré à inclure les jeunes, les doctorants et post-doctorants, à qui il offrait l’occasion unique de se former et de travailler dans des équipes de chercheurs confirmés.

À partir de 1974, Marceau a entamé un nouveau terrain au Yémen sur son thème de prédilection, l’alimentation, mais pas seulement. Il saisissait au cours de ses enquêtes de nombreux autres versants de la vie des gens qui se manifestaient spontanément dans leurs occupations et préoccupations, leurs labeurs et leurs loisirs, leurs tâches matérielles et immatérielles. On peut entendre ses archives sonores sur le site de la phonothèque de la MMSH et apprécier à travers ses enregistrements le spectre large de ses intérêts concernant par exemple les transformations du mode de vie, les mutations socio-politiques, les innovations techno-économiques, les rites agricoles, les fêtes, la poésie, les chants d’amour…

La fréquentation de plusieurs terrains, l’intérêt pour des thèmes multiples, la collaboration avec des spécialistes de diverses disciplines, ont favorisé la posture comparative ouverte qu’il a développée par exemple dans l’étude des systèmes techniques et de leurs dimensions esthétiques, éthique et symbolique qui le captivaient. Il a étudié sous cet angle des objets emblématiques tels que le coffre kabyle, le cadenas et l’épée touaregs, le pilon et le matériel de broyage saharien, les silos et magasins à grains du Yémen et du Sahara, les objets sculptés des artisans du Queyras.

Il a également travaillé sur l’histoire orale, dans le cadre de recherches collectives sur l’histoire du peuplement au Sahara et sur l’histoire contemporaine, notamment la période coloniale. Ces travaux thématiques ont été nourris par des approches monographiques, comme celles menées par exemple sur le village de Mertoutek au Sahara central ou sur une ville yéménite à l’architecture remarquable, Thula.

Il s’est impliqué aussi dans la gestion de la recherche en tant que directeur de laboratoire, directeur scientifique et élu au comité national, sensible à certaines questions auxquelles le centralisme français s’attache rarement, comme le sort des chercheurs français en province, sur lequel il avait écrit un rapport.

Une qualité encore que j’ai à cœur d’évoquer : Marceau était un excellent photographe. Ses clichés en noir et blanc sont d’une grande sensibilité. Il a su saisir les gestes, les expressions, les postures du quotidien dans leur simplicité, leur aspect naturel, leur spontanéité, qui montre la complicité, la proximité et l’amitié qui le liaient aux personnes photographiées. En fait, il ne se contentait pas d’être un photographe embusqué derrière l’objectif, il parlait à ceux qu’il photographiait et c’est cette communication entre lui et les autres qui donne à ses photographies toute leur densité et tout leur sens. Ce regard photographique si spécial de Marceau est un bon révélateur de sa démarche de terrain, combinant approche scientifique, engagement intellectuel, proximité sociale, souci humaniste, qui impliquent le chercheur dans la vie et les mutations locales.

Pleinement associés à la générosité de Marceau, il y avait enfin Andrée son épouse, ses enfants, toute sa famille à l’hospitalité chaleureuse. La maison Gast, ouverte aux humbles comme aux plus grands, aux étudiants comme aux professeurs, était une véritable institution parallèle, un centre de gravité, un havre amical, une agora où Marceau lançait les débats, un lieu chaleureux de rencontres et d’échanges internationaux où s’entrecroisaient travail, repas, détente, plaisanteries, découvertes… Quand je pense à Marceau, ce sont également ces images de connivence et de bonheur partagé qui me reviennent à l’esprit.

Hélène Claudot-Hawad, Directrice de recherche au CNRS – IREMAM, Aix-en-Provence


[1]Ce texte reprend en grande partie l’hommage publié dans l’Encyclopédie Berbère (n°XXIX, 2011) où figure également une bibliographie exhaustive de Marceau Gast à laquelle les lecteurs voudront bien se référer.

[2] Équipe 5 de l’IREMAM : « Marges et identités plurielles du Nord de l’Afrique ».

pdf CPréhméd1*-2010_Mémoires-Gast