Broadening horizons 3


3rd Conference of Young Researchers working in the Ancient Near East

19 au 21 juillet 2010
Barcelone

« Avec l’objectif principal d’accroître et encourager les contacts, les débats et les relations entre jeunes chercheurs qui travaillent sur différents aspects de l’étude du Moyen-Orient, nous vous encourageons à profiter et participer à la 3ème édition du congrès Broadening Horizons. La conférence aura lieu à Barcelone (Espagne) entre le 19 et 21 Juillet, faisant de cet événement une bonne opportunité de dialogue, de discussion et d’échange d’informations et d’idées dans un cadre agréable et détendu. »

Les sujets principaux du congrès sont liés principalement à la reconstruction naturelle et culturelle de l’ancien paysage :
– Exploitation du milieu naturel et les stratégies de subsistance
– Impact des dynamiques anthropiques dans l’évolution du paysage
– Reconstruction socio-économique des sociétés passées basée en le registre archéologique, historique et environnemental
– Stratégies d’implantation et réseaux de circulation et application de nouvelles technologies dans la recherche archéologique

Date limite d’inscription : 17 mai 2010

En savoir plus

La base de dades radiocarbòniques de Catalunya/ La base de données radiocarbone de Catalogne

Cette base de données permet à l’utilisateur de retrouver des datations d’échantillons archéologiques en partant des informations habituelles (code du laboratoire, type de matériau daté, etc.) ou bien d’obtenir des listes de datations par site, par région naturelle et / ou par chronologie.

Voir le site
http://telearchaeology.com/c14/db.aspx

Excavations in the Riparo Valtenesi, Manerba, 1976-1994 — Lawrence Harry Barfield (dir.)

Firenze, 2008, Istituto italiano di Preistoria e Protostoria, 593 p. 70 € (ORIGINES) — 978-8860-5052-4. http://www.libroco.it/

L’ouvrage est la monographie d’un site funéraire parmi les plus intéressants de l’âge du Cuivre d’Italie du Nord. L’abri Valtenesi a été fouillé à plusieurs reprises à partir de 1976, la dernière intervention s’étant déroulée en 1994 après plus de dix ans d’interruption.

Après une description soignée de la localisation du site et de l’histoire de la recherche, l’auteur présente les données archéologiques et la stratigraphie. La fréquentation principale du site correspond à l’utilisation de la nécropole de l’âge du Cuivre, mais des fréquentations précédentes (Mésolithique, Néolithique) et suivantes (âge du Bronze, époque romaine, Moyen Âge) sont connues, ces dernières ayant détruit la continuité stratigraphique de la nécropole. Chaque zone est donc décrite separément pour ce qui concerne, soit la stratigraphie, soit l’interprétation fonctionelle.

La deuxième partie regroupe les descriptions analytiques de toutes les catégories de mobilier. Pour chaque catégorie, le catalogue complet, un cadre historique interprétatif, les données technologiques et la représentation graphique de chaque objet sont fournis. La troisième partie est consacrée aux analyses anthropologiques (en partie en italien), archéozoologiques, archéobotaniques des macro- et microrestes, aux datations radiocarbones et dendrochronologiques.

Les chapitres suivants offrent une synthèse générale des données et l’interprétation du site et des activitées funéraires complexes qui s’y sont déroulées, encadrées dans une vue générale des pratiques funéraires de l’âge du Cuivre en Italie du Nord.

L’ouvrage se termine avec une brève description des phases protohistoriques et historiques documentées sur le site, quelques notes sur le site d’habitat Soprasasso, qui se trouve au-dessus de l’abri et enfin la géologie et la géomorphologie du site sont abordées.

Comme il en était coutumier, Barfield offre une présentation intéressante du site : la structure de l’ouvrage se compose, dans chaque section, d’une description très objective et soignée des données, auxquelles sont ajoutés des développements interprétatifs et historiques. C’est spécialement évident pour ce qui concerne la description de la stratigraphie, très complexe et difficile à lire, et l’analyse des structures funéraires, pour lesquelles il propose des hypothèses sur les possibles fonctions.

Malheureusement la bibliographie ne comprend pas les publications les plus récentes sur l’âge du Cuivre italien, s’arrètant apparement vers 2002/2003 avec très peu d’exceptions. La cause en est très certainement la détérioration de l’état de santé de l’auteur, déjà très malade au moment de l’édition. Ses dernières forces ont été consacrées à sa volonté de nous offrir, malgré tout, cette monographie précieuse. Nos pensées et nos remerciements vont à  sa mémoire.

Valentina Leonini – Università degli studi di Siena

P.S. : L. R. Barfield est décédé le 2 juillet 2009. Pour cet acteur majeur de l’archéologie du Néolithique italien, on consultera avec profit la notice nécrologique que lui a consacrée la revue Antiquity — http://antiquity.ac.uk/tributes/barfield.html

pdf : CPréhméd1*-2010_Barfield