Histoire de l’écriture. De l’idéogramme au multimédia — Anne-Marie Christin

Christin_Hisoire EcritureParis, Flammarion, coll. Histoire de l’art, 2012, 413 pages, 35€ — 978-2-0812379-8-8

Cette nouvelle édition de l’Histoire de l’écriture, nous offre une version remaniée et largement enrichie d’une somme, désormais classique, publiée voilà une dizaine d’années. Près de 61 spécialistes y contribuent à retracer l’aventure de l’écriture dans toute son épaisseur chronologique, depuis les premiers scribes mésopotamiens et égyptiens, jusqu’aux supports numérisés. Alphabétiques, consonantiques ou idéographiques, peu d’écritures ont été écartées de cet ouvrage (mis à part peut-être l’hébreu ou les écritures très récentes des Indiens d’Amérique du Nord). Un tel foisonnement se devait d’être organisé. On y retrouve, en filigrane, le thème cher à la directrice scientifique du volume, Anne-Marie Christin, d’une autonomie originelle de l’écriture face à la langue ou à son usage utilitaire. Pour elle, l’écriture ne trouve son origine ni dans la seule volonté de transcrire la parole, ni dans les exigences comptables de la cité naissante. Indissociable de l’image, elle est un objet pictural à part entière, qui ne peut s’appréhender qu’à travers sa valeur iconique dans ses dimensions esthétique, religieuse et politique. C’est ce cadre théorique qui sert de charpente à tout le recueil. Toutefois, il est surprenant que jamais le terme lui-même d’« écriture » ne soit défini, quand on sait combien la notion se prête à des divergences d’interprétation d’un spécialiste à l’autre, d’un champ disciplinaire à l’autre.

L’ouvrage est organisé selon trois sections consacrées successivement aux premiers systèmes d’écriture « Origines et réinventions », aux alphabets et à leur diffusion « Alphabets et écritures dérivées » et, enfin, à l’écriture de textes manuscrits et imprimés « L’image dans l’écriture en Occident ».

La première partie est avant tout historique et descriptive, mettant en avant les formes matérielles de l’écrit, la distinction entre scribes et lettrés ainsi que les modes de diffusion et de conservation de l’écrit. On pourra également noter que cette partie concerne quelques expériences antérieures à l’écriture à l’époque préhistorique, et les quatre grands foyers primaires d’invention de l’écriture (Mésopotamie, Égypte, Chine et Méso-Amérique) ainsi que quelques-unes de leurs formes dérivées sans oublier les signes avant-coureurs de l’écriture dans la vallée du Danube, ainsi que les rongo-rongo de l’île de Pâques.

La deuxième partie resserre la problématique sur la présence de l’image dans l’écriture occidentale, moderne et contemporaine. Deux axes s’y dessinent, celui du manuscrit et celui de l’imprimé, et les considérations générales sont illustrées par des commentaires d’images majeures.

Les différentes contributions des spécialistes sollicités (sur lesquelles nous reviendront infra) donnent à voir, au travers de la variabilité des cas particuliers, les mécanismes de mise en place de l’écriture dans les sociétés au sein desquelles elle apparaît et, surtout, insistent sur le fait que l’écriture est la résultante de configurations socio-économiques singulières. Ceci est particulièrement prégnant pour les quatre civilisations qui ont été des foyers d’invention complète de l’écriture, sans modèle, dérivation ou adaptation. Si l’on suit les différents points de vue proposés ici, dans des configurations données, certaines sociétés inventent l’écriture dont elles ont besoin.

Pour Jean-Marie Durand, on ne peut continuer à supposer que l’écriture fît son apparition en Mésopotamie, pour les besoins de la tenue des comptes. Pour lui, l’écrit ne visait pas à ses débuts à reproduire la parole mais plutôt à la rendre visible. Le phonétique y était secondaire et la notation globalisante. Bien plus qu’à des pictogrammes c’est à des textogrammes que l’on a affaire.

Toutefois, l’assertion, par P. Vernus, que l’écriture en Égypte serait liée aux origines à la volonté d’écrire le nom du roi ne correspond plus aux résultats des dernières recherches dans ce domaine.

En retour, l’usage et la pratique de l’écriture, en particulier alphabétique, auraient sur le long terme modelé les sociétés qui l’utilisaient. Ce qui correspondrait particulièrement aux sociétés occidentales depuis l’époque carolingienne. On peut y voir une illustration dans l’article « L’écriture au Moyen Âge » par Michel Parisse qui met l’accent sur le rôle de l’écriture au XIIIe siècle dans le développement rapide de l’usage des langues vernaculaires. Le problème de l’expansion, à la même époque, des écoles et des universités, repose sur la diffusion des écrits qui sont alors recopiés dans des ateliers laïques. En attendant l’imprimerie.

Cette interrelation entre écriture et société est évidemment accélérée depuis une ou deux décennies environ par l’entrée dans l’ère numérique et ses répercussions sur l’usage de l’écriture.

Un autre couple dont les relations constituent une thématique majeure de l’ouvrage est celui formé par l’image et l’écriture. La frontière entre les deux n’existait pas pour les scribes de l’Égypte ancienne. Les deux étaient alors consubstantielles. La création d’alphabets qui se détachent peu à peu de leurs origines iconiques crée une fracture, inexistante auparavant. Le lien continue toutefois de perdurer dans l’univers sémitique entre le référent des signes alphabétiques et leur nom alors que la rupture devient totale avec la récupération du système par les Grecs qui ne peuvent plus s’appuyer sur la signification des noms de ces lettres pour identifier leurs référents. Une relation hiérarchique s’établit dans laquelle l’image est assujettie à l’écriture. Si, en grec, le verbe γράφειν signifie à la fois écrire et dessiner, comme le rappelle François Lissargue, et que la lettre grecque peut être considérée comme objet pictural, qu’elle fasse ou non sens, l’usage de l’écriture, dans son aspect de code connu d’une petite élite, parce que totalement contre-intuitif et dégagé de son iconicité, est étroitement lié au prestige social dans l’Italie étrusque. Dominique Briquel insiste sur l’accaparement de l’écriture par les instances du pouvoir des sociétés italiques pour magnifier leurs représentants et affirmer leur pouvoir. La connaissance et la manipulation de ce code restent très restreintes jusqu’à l’époque moderne. Béatrice Fraenkel nous rappelle que le taux d’alphabétisation du Haut Empire Romain est évalué à 30 % de la population masculine adulte.

C’est par l’art, lorsque l’image et l’écriture sont mises sur le même plan, comme dans le splendide livre de Kells, daté du IXe siècle et présenté par Jennifer O’Reilly que l’écriture et l’image se rejoignent. On a alors un retour partiel à un état antérieur à celui créé par l’alphabet. L’image est maintenant envisagée comme un support indépendant ou antérieur à l’écriture, comme ce fut le cas dans l’art préhistorique. L’article de Denis Vialou, « L’inscrit avant l’Écrit », insiste sur l’importance, au Paléolithique Supérieur, du support et sur l’inféodation de l’image aux contraintes de son support, inféodation dont s’est en partie dégagée l’écriture. Il faut noter cependant que lorsque l’auteur affirme que les blocs rocheux gravés ne sont jamais figuratifs, il semble oublier les gravures rupestres de Qurta et du Wadi Abu Subeira (au nord-est d’Assouan en Égypte). Cet ensemble, le plus ancien non seulement d’Égypte mais de tout l’est de l’Afrique, daté de – 20 000 ans, présente des animaux sauvages (aurochs, hippopotames, tortues… mais aussi poissons) saisis en plein mouvement, stylisés exactement comme les représentations franco-cantabriques, au point que la zone ait été baptisée « Lascaux on the Nile » ! Et cette comparaison aurait pu sembler plus judicieuse, pour chercher un parallèle aux représentations magdaléniennes, que celles qui sont proposées, trop éloignées dans le temps et dans l’espace, comme par le type de sociétés productrices, pour être encore pertinentes.

Cette inversion de la tendance initiée par la création des alphabets, la « ré-iconisation » de l’écriture est-ce sur quoi l’ouvrage cherche à mettre l’accent, en particulier tout au long de la deuxième partie. La revalorisation de l’image apparaîtra au Moyen Âge, période de faible alphabétisation, lorsque l’image des cathédrales en particulier sert à l’instruction biblique et à la mémorisation des principaux cycles de l’Ancien et du Nouveau Testament. La simplification des graphies et de l’orthographe qu’on suit au travers des articles de Michel Parisse, d’Armando Petrucci, de Nina Catach et de Béatrice Fraenkel, permettront une alphabétisation croissante de la société occidentale entre le Moyen Âge et le XIXe siècle. Le recours à l’image pour remplir les fonctions mnémoniques de l’écriture s’avère de moins en moins nécessaire lorsque progresse l’alphabétisation. On entre alors dans une troisième phase de cette relation qui est celle de l’iconisation de l’écriture elle-même. Elle peut être ludique, comme le montre la contribution « Des images en écriture » de Marianne Simon-Oikawa, mais elle est le plus souvent savante et très intellectuelle. C’est le cas de l’usage que font de la graphie les peintres et les poètes de la fin du XIXe siècle et de la première moitié du XXe, comme l’explore A.-M. Christin.

Cette recherche visant à donner une dimension iconique à l’écriture alphabétique ne peut qu’être partielle et, par essence, artificielle. C’est l’une des esthétiques de l’écriture, la calligraphie en étant une autre.

L’inscription de l’écriture dans les supports multimédias semble l’avoir aspirée dans une nouvelle spirale, entraînant des mutations rapides. Mais avons-nous déjà le recul nécessaire pour l’apprécier ? Sous une forme ou une autre, on n’aurait jamais autant écrit que ces dernières années dans l’histoire de l’humanité, ni été aussi nombreux à maîtriser une écriture. C’est sur ces nouveaux horizons que se conclut « l’Histoire de l’Écriture », par un texte déjà ancien puisqu’âgé de dix ans, période durant laquelle les pratiques multimédias ont beaucoup évolué. Et cela contribuera à l’impression générale que l’on retire de cet ouvrage, qui reste une somme et un classique sur le sujet, mais les auteurs n’ayant pas remis à jour leurs contributions depuis la première parution, certaines découvertes récentes, qui ont remis en cause des conceptions que l’on pouvait avoir du sujet, n’ont pas été prises en compte. La relation entre image et écriture elle-même, telle qu’elle est exposée en filigrane dans cet ouvrage, a été depuis mise à mal sans qu’il n’en paraisse rien ici. Il faut par conséquent considérer ce livre non pas comme un état des lieux faisant le point sur l’actualité d’une recherche, mais comme un fil d’Ariane qui conduit, au travers les cinq continents, et surtout l’Europe occidentale, à rechercher la déconstruction de la suprématie de l’écriture au détriment de l’image, de Blaise Cendrars à la grotte Chauvet, et à rendre à l’image un statut de parèdre face à l’écriture alphabétique.

Ont participé à cet ouvrage : Michel Amandry, Jacques André, Pierre-Marc De Biasi, Catherine Becchetti-Bizot, François Bizot, Daniel Bouchez, Jean Boulègue, Dominique Briquel, Claire Bustarret, Nina Catach, Dominique Charpin, Roger Chartier, Anne-Marie Christin, Cécile Dauphin, Michel Davoust, François Déroche, François-Xavier Dillman, Catherine Dobias-Lalou, Jean-Pierre Drège, Jean-Marie Durand, Beatrice Fraenkel, Pascal Griolet, Michël Guichard, Bertrand Hirsch, Yves Jeanneret, Pierre-Yves Lambert, Danièle Lavallée, André Lemaire, Ségolène Le Men, François Lissarrague, Jean-Pierre Mahé, Henri-Jean Martin, Charles Mopsik, Nguyen Phu Phong, Jean-Pierre Olivier, Jennifer O’Reilly, Michel Parisse, Armando Petrucci, Jacqueline, Pigeot, Georges-Jean Pinault, René Ponot, Annie Renonciat, Daniel Roche, Cécile Sakai, Marianne Simon-Oikawa, Martine Simonin, Darwin Smith, Emmanuel Souchier, Jacqueline, Sublet, Marc Thouvenot, Léon Vandermeersch, Pascal Vernus, Denis Vialou, Vladimir Vodoff.

 

Gwenola Graff – IRD – UMR 208 PALOC — gwenola.graff@ird.fr
Remo Mugniaioni –  AMU – UMR 7310, IREMAM

Terra Amata, Nice, Alpes-Maritimes, France (T. I & II) — Henri de Lumley (dir.)

Tome I : Cadre géographique, Historique, Contexte géologique, Stratigraphie, Sédimentologie, Datation, Cnrs Editions, 2009,  486 p., fig., pl. h.t., 80 € — 978-2-271-06939-9

Tome II : Palynologie, Anthracologie, Faunes, Mollusques, Paléoenvironnements, Paléoanthropologie,  Cnrs Editions, 2011, 536 p., fig., 85 € — 978-2-271-07191-0

Les deux premiers volumes de l’imposante et luxueuse monographie sur le site paléolithique niçois de Terra Amata viennent de paraître. Ils concernent les contextes géologiques et  la paléontologie du site. Les deux prochains volumes traiteront de la préhistoire proprement dite. L’ensemble atteindra probablement les deux mille pages ! Au-delà de cet aspect « monumental », on note la qualité de l’édition (CNRS) et la masse de travail de recherche fournie par l’équipe du Professeur de Lumley depuis 1976. Cette monographie est visiblement destinée aux spécialistes et professionnels des laboratoires de Préhistoire nationaux.

Concernant les deux premiers volumes, on note cependant que l’illustration, extrêmement abondante et de qualité, est souvent redondante : les multiples coupes du gisement, les planches micro-photographiques de sédimentologie et celles de paléontologie sont peu démonstratives. Pourquoi avoir doublé les photographies des fossiles par leur dessin au trait ? Le lecteur aurait sans doute préféré un peu de concision, pour une meilleure appréhension des données essentielles.

Concernant le volume I, un défaut important de construction apparaît dès le début du volume (p.115 et 118) : alors que le sous-titre de l’ouvrage annonce une progression logique de l’étude  allant de la présentation géographique à la datation physico-chimique en passant par la géologie, la stratigraphie et la sédimentologie, dès la p.115 un âge de 380 000 ans (380 ka) est avancé après une brève discussion géomorphologique. À partir de ce moment-là, le lecteur peut se demander à quoi va servir le dernier chapitre consacré à la datation (chap. 11) du site qui, assurément, était la conclusion attendue du 1er volume ! Par ailleurs, selon le même procédé, dans ce chapitre de datation  physico-chimique apparaissent des éléments de paléontologie qui ne seront analysés que dans le volume II ! Cela donne l’impression d’une certaine hâte à  régler le problème de l’âge du site qui, comme nous le verrons,  n’est pas aussi évident que de Lumley et son équipe veulent bien le dire.

Les trois types d’arguments utilisés pour dater le site : géomorphologie, datations physico-chimiques dans le 1er volume, arguments paléontologiques dans le 2e, appellent de sérieuses critiques que nous développons ci-dessous.

Ce sont  en premier lieu les arguments géomorphologiques utilisés par les auteurs qui peuvent être sérieusement mis en cause. Il convient de rappeler que l’étagement des terrasses marines quaternaires de la région de Nice est le résultat des mouvements propres du niveau marin au gré des variations glacio-eustatiques mondiales (mouvement au rythme de 100 ka où l’abaissement peut être considérable, plus de 100 m, suivi d’une remontée pratiquement au zéro actuel) sur un substrat côtier soulevé lentement et en permanence au front des arcs alpins (arc de Grasse à l’ouest , arc de Nice à l’est). La connaissance du contexte géodynamique de l’arc de Nice a bénéficié depuis une dizaine d’années de nombreux travaux et thèse soutenues dans diverses universités françaises, en particulier celle de Nice-Sophia-Antipolis. Le résultat majeur est la reconnaissance d’un chevauchement profond dans le socle, sous l’arc de Nice (Bigot-Cormier et al. 2004), fonctionnant en réponse à une réactivation de la marge Ligure, peut-être liée à l’affrontement des plaques Afrique-Europe (Chaumillon 1992). En conséquence de cette dynamique pérenne depuis au moins 3 Ma, le soulèvement de l’arc de Nice et de sa façade maritime a été pratiquement constant. Ce caractère du soulèvement explique la régularité de l’étagement des terrasses littorales (Dubar et al., 2001 ; Dubar in Dardeau et al. 2010) comme cela avait déjà été entrevu dans les anciennes publications (Bonifay 1975, Iaworsky 1969). Ce schéma s’applique bien sûr à tout le littoral, y compris au Mont-Boron au pied duquel se trouve le site de Terra Amata. Si en ce point il existe un hiatus de terrasses entre 80 m et 26 m d’altitude (p.105), c’est que les terrasses intermédiaires n’ont pas été préservées de l’érosion puisqu’il y a en ce point une falaise abrupte bien visible (fig. 20 p.117 du t. I.). La prise en compte de ces éléments évidents aurait évité aux auteurs de l’étude géomorphologique d’avoir recours à un incroyable ressaut brutal du continent, ressaut absolument incompatible avec la progressivité telle que l’a révélée la géologie profonde. En  revenant au schéma de la progressivité et de la lenteur du soulèvement du Mont  Boron, il est clair que les dépôts littoraux de Terra Amata (26 m) et du Lazaret (23 m) correspondent,  à l’erreur bathymétrique près (Dubar et al. 2008), au même replat morphologique et donc au même niveau marin interglaciaire. Celui-ci n’est autre que la plus basse terrasse marine de la région de Nice, dont la datation radiométrique de 130 ka (Dubar et al. 2008) a confirmé son âge Eémien (Tyrrhénien = stade 5e) comme l’avait soutenu les anciens auteurs (Bourcart & Siffre 1958, Bonifay 1975,  Barral & Simone 1976) en s’appuyant  sur la présence de Strombus bubonius. Et si cette basse terrasse est à cette altitude de 26 m à Terra Amata alors qu’à l’ouest de l’embouchure du Var elle n’est qu’à 10 m, c’est d’évidence le résultat de la réactivation de la marge Ligure (Chaumillon et al., 1994) dont l’expression locale est un gauchissement du littoral.

Un autre argument s’ajoute aux arguments géomorphologiques pour rapporter cette terrasse marine au dernier interglaciaire : il est d’ordre biostratigraphique et concerne la présence dans des faciès associés aux dépôts marins (niveaux lagunaires ou dunaires) d’associations malacologiques de type interglaciaire comprenant des espèces ou des formes remarquables comme Glandina Isseli, Retinella herculeus ou Helix pareti. Il a été montré dans une série d’articles (liste in Dubar 1995, Magnin et al. 2012) que ces espèces originaires de Ligurie orientale ou des Apennins ont migré dès le début de l’Eémien  dans la région de Nice et s’y sont développés massivement selon une chronozonation qui a pu être détaillée (Dubar 1986). Ces espèces à valeur biochronologique sont présentes à la fois à Terra Amata (volume I p.152) mais aussi au Lazaret (Dubar 1995) où leur signification climatique (milieu forestier très tempéré) est en totale contradiction avec l’attribution de ce sîte au glaciaire rissien (Lumley et al. 2004).

En somme les arguments morphologiques et biochronologiques concordent pour rapporter les sites du Lazaret et de Terra Amata au dernier interglaciaire (stade 5e, 130-110 ka), datation qui bien sûr n’a pas le piquant médiatique d’une plus grande ancienneté dans le Pléistocène moyen comme cela est présenté dès le début du livre (voir ci-dessus).

Le dernier chapitre (chap. 11) : « Datation des formations pléistocènes du site acheuléen de Terra Amata » n’apporte aucun élément déterminant. La datation par thermoluminescence donne un âge de 240 ka celle par l’ESR un âge de 380 ka. La première a été obtenue sans mesure de la dose annuelle actuelle et souffre donc d’une très grande imprécision. Elle n’est même pas retenue comme valable par leurs auteurs (pour eux, à l’instar de Lumley, cet âge est rajeuni ; pour nous il est vieilli). La deuxième (ESR) a été obtenue sur un sable de plage (C1a) en recueillant les grains de quartz. Il est vraisemblable que sur ce sédiment partiellement sous-marin, la « remise à zéro » des grains par exposition au soleil a été imparfaite : la datation est certainement vieillie par les quartz hérités des dépôts pliocènes du Mont-Boron (les quartz de Terra Amata proviennent en grande partie de ce Pliocène). Comme la datation est unique (un seul niveau) et que la reproductibilité de la mesure n’est pas assurée, il est beaucoup plus raisonnable de se fier aux arguments issus des études de morphologie littorale et de stratigraphie des plages fossiles de la région niçoise pour dater la plage de Terra Amata du dernier interglaciaire.

Dans le tome II, des arguments paléontologiques sont présentés avec beaucoup de détails : ils donneraient un âge Pléistocène moyen ancien au gisement. Malgré une faune de grands Mammifères assez pauvre et fragmentée, 250 p. lui sont consacrées, mais in fine aucun argument ne contredit l’attribution du site de Terra Amata au dernier interglaciaire. En effet, les espèces ayant d’après les auteurs une valeur d’ancienneté chronostratigraphique ne résistent pas à la critique :

– D. hemitechus et  E. antiquus existent jusqu’à l’Eémien (Guérin 1982, Beden  in Cregut-Bonnoure et al. 1986).

– Certaines des déterminations spécifiques sont incertaines comme le soulignent les paléontologues A.M. Lister  (volume II, p. 285 et 286) et J.V. Der Made (p. 280-284) car basées sur un seul reste osseux (par ex. Hemitragus bonali : 1 PM et Dama clactoniana : 1 M). Ainsi l’espèce clactoniana n’est pas absolument assurée et il pourrait s’agir en fait de Dama dama, espèce qui perdure à l’Eémien et au Würm. De même pour H. bonali qui existe encore à l’Eémien (Crégut-Bonnoure et al. 2010).

Toutes les autres familles de Mammifères représentées à Terra Amata : bovidés, cervidés, suidés, carnivores n’offrent aucune espèce archaïque exclusivement antérieure à l’Eémien, comme cela est par ailleurs reconnu par leurs  auteurs. Les très rares restes de rongeurs n’apportent pas d’éléments supplémentaires.

Ainsi finalement aucun critère paléontologique n’est en faveur d’un âge Pléistocène moyen ancien (380 kans) et ne s’oppose à un âge Eémien.

L’étude du site de Terra Amata souffre d’un défaut majeur de méthode  qui fausse la datation du site : il convenait d’abord de replacer la plage fossile de Terra Amata dans le canevas géomorphologique régional et pas seulement local (ici un unique transect du Mont-Boron). La richesse du Quaternaire littoral de la Riviera française (de l’Estérel à l’ouest à l’arc de Nice à l’est) avec huit niveaux de terrasses eustatiques étagées en contrebas du Pliocène permettait une approche de chronologie relative sûre. L’adjonction d’éléments de datation plus précis tels que paléomagnétisme, datations absolues, faunes (microfaune planctoniques en particulier) permet aujourd’hui de préciser suffisamment cette chronologie (Dubar in Dardeau et al. 2010) pour pouvoir rattacher la plage de Terra Amata au dernier interglaciaire  (Eémien, stade 5e). Et ce n’est pas l’étude des industries lithiques acheuléennes, objet du prochain volume, qui pourra contredire cette datation !

En définitive, les deux premiers volumes de cette monographie ont  le mérite de faire connaître un site Paléolithique remarquable du rivage méditerranéen découvert  par Georges Iaworsky et fouillé par Henry de Lumley. Le lecteur prend connaissance des modes vies de ces lointains ancêtres, de leur adaptation au milieu littoral et des pratiques de la vie quotidienne et de la chasse d’il y a 130.000 ans environ révélées par les documents préhistoriques et faunistiques recueillis.

 

Références citées :

Barral & Simone 1976, BARRAL L., SIMONE S., Le Pléistocène moyen, in: Sites paléolithiques de la région de Nice et grottes de Grimaldi, Lumley (de) H., Barral L. (Dir.), Paris CNRS, 1976, p. 113-122 (9ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Nice 1976 – Livret-guide de l’excursion ; B1).

Bigot-Cormier et al. 2004, BIGOT-CORMIER F., SAGE F., SOSSON M., DEVERCHÈRE J., FERRANDINI M., GUENNOC P., POPOFF M., STÉPHAN J.-F., Déformations pliocènes de la marge nord-ligure (France) : les conséquences d’un chevauchement crustal sud-alpin, Bulletin de la Société géologique de France, Paris, 175, 2, 2004, p. 197–211.

Bonifay 1969, BONIFAY E., Le Quaternaire littoral et sous-marin des côtes françaises de la Méditerranée, in: Etudes françaises sur le Quaternaire : présentées à l’occasion du 8ème Congrès international de l’INQUA, Paris 1969, Paris, CNRS, 1969, p. 43-55.

Bonifay 1975, BONIFAY E., Stratigraphie du Quaternaire et âge des gisements préhistoriques de la zone littorale des Alpes-maritimes, Bulletin de la Société préhistorique française, Paris, 72, 7, 1975, p. 197-208.

Bourcart & Siffre 1958, BOURCART J., SIFFRE M., Le Quaternaire marin du pays niçois, Bulletin de la Société géologique de France, Paris, 21, 1958, p. 715–730.

Chaumillon et al. 1994, CHAUMILLON E., DEVERCHÈRE J., GUEGUEN E., Réactivation tectonique et flexure de la marge continentale ligure (Méditerranée occidentale), Comptes rendus de l’Académie des sciences (Série 2. Sciences de la terre et des planètes), Paris, 319, 1994, p. 675–682.

Crégut-Bonnoure et al. 1986, CRÉGUT-BONNOURE E., DUBAR M., BEDEN M., La faune de grands mammifères de Cassole (Cagnes-sur-Mer, Alpes-maritimes) et son contexte géologique. Contribution à l’étude de l’environnement littoral niçois au Pléistocène inférieur et moyen, Géologie méditerranéenne, Aix-en-Provence, 12-13, 3-4, 1986, p. 137-145.

Crégut-Bonnoure et al. 2010, CRÉGUT-BONNOURE E., BOULBES N., DAUJEARD C., FERNANDEZ P., VALENSI P., Nouvelles données sur la grande faune de l’Eémien dans le Sud-Est de la France, Quaternaire, Paris, 21, 3 « Q6 : Biodiversité au Quaternaire : climats, environnements et peuplements : organisé par l’AFEQ et l’UMR Archéologie des Sociétés méditerranéennes (Montpellier, 26-28 février 2008) – Deuxième partie », 2010, p. 227-248.

Dardeau et al. 2010, DARDEAU G., DUBAR M., TOUTIN-MORIN N., COURME M.-D., CRÉVOLA G., MANGAN C., Carte géologique détaillée de la France : Grasse-Cannes : notice explicative, Orléans, Bureau de Recherches géologiques et minières, 2010 (Carte géologique de la France à 1:50 000).

Dubar 1986, DUBAR M., Nouvelles données paléoclimatiques sur le Tyrrhénien des Alpes-Maritimes (France), Bulletin de l’Association française pour l’Etude du Quaternaire, Paris, 25-26, 1986, p. 63–69.

Dubar 1995, DUBAR M., Séquences de transition climatique en domaine fluviatile et karstique dans la région de Nice (Alpes-maritimes, France), en rapport avec l’eustatisme, Quaternaire, Paris, 6, 2, 1995, p. 99-106.

Dubar et al. 2001, DUBAR M., FABBRI O., GUGLIELMI Y., Variations du niveau marin relatif au cours des deux derniers millions d’années sur le littoral des Alpes-Maritimes : approche quantitative du soulèvement de l’Arc de Nice, in: Riviera 2000 : Tectonique active et géomorphologie : Villefranche-sur-Mer, 18-22 octobre 2000, Gilli É., Audra P. (Dir.), Nice, CNRS – UMR 6012, 2001, p. 73-78 (Analyse spatiale quantitative et appliquée ; numéro spécial).

Dubar et al. 2008, DUBAR M., INNOCENT C., SIVAN O., Radiometric dating (U/Th) of the lower marine terrace (MIS 5.5) west of Nice (French Riviera): Morphological and neotectonic quantitative implications, Comptes Rendus Geoscience, Paris, 340, 11, 2008, p. 723-731.

Guérin 1982, GUÉRIN C., Première biozonation du Pléistocène européen, principal résultat biostratigraphique de l’étude des Rhinocerotidae (Mammalia, Perissodactyla) du Miocène terminal au Pléistocène supérieur d’Europe occidentale, Géobios, Lyon, 15, 4, 1982, p. 593-598, 1 fig.

Iaworsky 1969, IAWORSKY G., Remarques sur le Quaternaire des Alpes-Maritimes, in: Massif central et bordure méditerranéenne, Glangeaud L. (Dir.), Paris, INQUA, 1969, p. 65-74 (8ème Congrès de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques, Paris 1969 – Livret-guide de l’excursion ; A9).

Lumley (de) et al. 2004, LUMLEY (de) H., ECHASSOUX A., BAILON S., CAUCHE D., DE MARCHI M.-P., DESCLAUX E., EL GUENNOUNI K., KHATIB S., LACOMBAT F., ROGER T., VALENSI P., Le sol d’occupation acheuléen de l’unité archéostratigraphique UA 25 de la grotte du Lazaret : Nice, Alpes-Maritimes, Aix-en-Provence, Edisud, 2004, 493 p.

Magnin et al. 2012, MAGNIN F., DUBAR M., KISS L., A relict population of Retinella olivetorum in Southern France : biogeographical and historical implications, Journal of Conchology, s.l., 41, 2012, p. 37-48.

 


Michel DUBAR, ancien chercheur CNRS, 13 impasse des arums, 06800 Cagnes-sur-Mer — michel.dubar@cepam.cnrs.fr

 

Méditerranée mégalithique : dolmens, hypogées, sanctuaires — Jean Guilaine

Éditions Archéologie Nouvelle, Collection Archéologie Vivante, Lacapelle-Marival, 2011, 157 pages, 24€ — 978-2-9533973-2-1

Si les monuments mégalithiques de la façade atlantique ont été, depuis les années 1960, l’objet de nombreux ouvrages de synthèse en anglais et en français, aucun livre de ce genre n’avait encore couvert l’espace méditerranéen. Voilà chose faite avec cet ouvrage dont l’objectif est de présenter en 150 pages l’ensemble des architectures monumentales de la Préhistoire récente méditerranéenne. Sa principale originalité est d’aborder la totalité de l’espace choisi (de l’Andalousie à la Palestine, du sud de la France à la Tunisie) et dans une large échelle de temps (du Néolithique moyen à l’Âge du Fer). Ce grand espace-temps archéologique est bien connu de l’auteur, Jean Guilaine, professeur au Collège de France, qui a également dirigé plusieurs séminaires consacrés au mégalithisme.

Méditerranée mégalithique est publié par une toute nouvelle maison d’édition dont la collection Archéologie Vivante propose des ouvrages de vulgarisation sur de grands thèmes de l’archéologie. La démarche adoptée ici est donc essentiellement descriptive : il s’agit avant tout d’exposer les formes et techniques architecturales, les mobiliers et restes funéraires associés ainsi que les contextes chrono-culturels qui caractérisent ces monuments, ceci afin de « mieux faire connaître et aimer ce patrimoine » (p. 4). Les questions les plus sensibles, comme les significations sociales et religieuses des tombeaux et « temples », ne sont que brièvement abordées, l’auteur se limitant à une présentation synthétique des principales interprétations actuelles.

L’ouvrage, illustré de très nombreuses photographies en couleurs, se compose de six chapitres thématiques. Le premier (Une histoire du mégalithisme, p. 7-32) constitue une introduction historique et méthodologique. Jean Guilaine retrace l’historique des recherches et rappelle, pour mieux le critiquer, le courant de pensée diffusionniste qui, du dix-neuvième au début du vingtième siècle, voyait le mégalithisme européen comme un phénomène homogène résultant d’un mouvement colonisateur issu de Mycènes ou du Proche ou Moyen Orient. À partir des années 1950, les méthodes de datation au radiocarbone ont bouleversé les débats en montrant, d’une part, la grande ancienneté des mégalithes de l’ouest méditerranéen (antérieurs aux monuments mycéniens) et, d’autre part, la complexité des chronologies régionales : de nombreuses traditions mégalithiques sont le résultat d’évolutions locales et non l’apport extérieur d’un courant de diffusion unique et homogène. Jean Guilaine présente ensuite un modèle d’évolution en trois étapes principales (proto-mégalithique, dolménique simple, dolménique élaborée) et précise les contextes sociaux et religieux qui ont favorisé l’émergence de ces constructions monumentales préhistoriques.

Le deuxième chapitre (Dolmens en Méditerranée, p. 33-82) dresse un panorama des tombeaux mégalithiques méditerranéens en suivant le schéma chronologique présenté au chapitre précédent. Sont décrits en premier lieu les ensembles « proto-mégalithiques » (première moitié du cinquième millénaire) représentés principalement par les tombes en coffre et tumulus circulaire de Catalogne (Camp del Ginèbre, Tavertet), de Sardaigne (Li Muri) et de Corse (Monte Revincu). Les premières chambres mégalithiques (ou « dolmens ») sont élaborées entre 4300 et 3500 avant notre ère dans le nord-ouest du bassin méditerranéen : Sardaigne (Laconi), Corse (Monte Revincu), Pyrénées orientales, Andalousie (Alberite). À partir du milieu du quatrième millénaire, les constructions de tombeaux mégalithiques se multiplient en même temps qu’augmente le nombre des morts qu’ils abritent. La taille des monuments s’accroît elle aussi, en particulier en Andalousie où apparaissent de très grandes tombes à couloir de plusieurs dizaines de mètres de développement : dolmens de Soto, Viera et Menga ; tholos de Romeral et de Los Millares. La monumentalité funéraire ne se limite pas à la moitié ouest du bassin méditerranéen : Jean Guilaine rappelle que, dans la seconde moitié du quatrième millénaire, d’autres foyers significatifs se sont développés au Levant, notamment en Jordanie (nécropole d’Ala Safat), ainsi qu’en Bulgarie. L’auteur précise cependant que les deux ensembles mégalithiques à l’ouest et à l’est de la Méditerranée, bien que contemporains, appartiennent à des phases historiques distinctes (respectivement Néolithique et Age du Bronze) et constituent « deux sphères culturelles indépendantes » (p. 81).

Les très célèbres « temples » mégalithiques de Malte font l’objet d’un chapitre à part (p. 83-98). Après un historique des recherches, Jean Guilaine décrit les formes architecturales de ces monuments exceptionnels datés au radiocarbone de 3700 à 2500 avant notre ère. Si le site de Mnaidra constitue un exemple d’architecture classique (plan typique « en trèfle »), les temples de Ggantija et Tarxien présentent plusieurs phases de construction et divers remaniements. La question de la finalité exacte de ces monuments demeure non résolue (lieux de culte, cérémoniel, social, politique?) comme celle de leur soudain abandon au milieu du troisième millénaire.

Les tombes hypogées, chambres funéraires creusées dans le substrat rocheux, sont traitées dans le quatrième chapitre de l’ouvrage (Terres d’hypogées, p. 99-118). Ces monuments, très nombreux et largement répartis dans l’espace méditerranéen, constituent la seconde grande famille de sépultures monumentales à côté des tombes mégalithiques. C’est en Méditerranée centrale que sont connus les plus anciens hypogées et que cette forme d’architecture funéraire a été le plus aboutie : Sardaigne (cultures de Bonu Ighinu et Ozieri, 4500 à 3500 avant notre ère), Pouilles (culture de Serra d’Alto, 4500 avant notre ère), Malte (hypogées de Hal Saflieni et cercle Brochtorff, Néolithique final), Sicile (nécropole de Castelluccio, Age du Bronze ancien). D’autres foyers sont cependant connus de l’Andalousie à la Palestine en passant par les Baléares et le sud de la France.

Le cinquième chapitre (Les mégalithismes méditerranéens tardifs, p. 119-144) s’intéresse aux monuments érigés de l’Age du Bronze jusqu’aux derniers siècles avant notre ère. Ces ultimes manifestations du mégalithisme ne sont pas les moins monumentales : les blocs utilisés pour les « tombes de géants » de Sardaigne ou les « navetas » et « taulas » des Baléares mesurent souvent plusieurs mètres de longueur. Le panorama s’achève sur la rive sud de la Méditerranée, avec les dolmens du Maghreb attribués au sixième siècle avant notre ère.

La question du décor des tombes mégalithiques ibériques, des hypogées sardes et des temples maltais est hélas survolée dans les deux pages qui constituent le dernier chapitre de l’ouvrage (L’art mégalithique, p. 145-146). En conclusion (p. 147-152), Jean Guilaine rappelle les différentes phases d’évolution du mégalithisme méditerranéen et insiste sur sa diversité dans l’espace et le temps. Ce mégalithisme n’est ni un phénomène homogène ni une fin en soi : il n’est qu’un moyen utilisé indépendamment par différentes sociétés préhistoriques afin de répondre à de mêmes exigences sociales, symboliques et religieuses.

Écrit dans une langue claire et accessible, cet ouvrage atteint son objectif et offre au lecteur une bonne présentation à la fois chronologique et spatiale des différentes architectures monumentales construites à la fin de la Préhistoire sur l’ensemble de la Méditerranée, Afrique du Nord et Proche-Orient compris. Une des principales qualité de l’ouvrage réside dans les très nombreuses photographies couleur (212 pour un livre de 150 pages), dont une vingtaine figurent en pleine page ou double page. Ces clichés donnent à voir les grands sites classiques mais également des monuments moins connus, comme les dolmens avec dalles à hublot de Ala Safat en Jordanie. Il faut également souligner le souci de Jean Guilaine d’introduire régulièrement la question du contexte social (et non seulement culturel) dans la définition et la présentation des monuments, suivant en cela l’approche d’Alain Gallay (2006).

Une des faiblesses de l’ouvrage tient dans son titre même qui englobe sous le vocable « mégalithique » l’ensemble des monuments traités. Contrairement à la synthèse de Laurent Jacques Costa (2008), qui couvre une partie moindre de la Méditerranée, le présent livre accorde une part importante à des monuments non mégalithiques : les hypogées (dans lesquels l’adjonction de grandes dalles est très rare) et les coffres funéraires « pré-mégalithiques ». De plus, tous les monuments mégalithiques ne sont pas abordés : sont exclus de l’inventaire les sites de pierres dressées (p. 5), mégalithes par excellence dont la Méditerranée compte de fameux exemples (ex : alignements de Cauria, Corse, ou de Pranu Muttedu, Sardaigne). Ces choix, par ailleurs tout à fait justifiés et pertinents, ne sont pas bien retranscrits dans l’intitulé de l’ouvrage. Autre problème terminologique, l’opposition établie par Jean Guilaine entre fonction « funéraire » ou « sépulcrale » d’une part et fonction « cultuelle » ou « cérémonielle » d’autre part (ex. p. 5, 73 et 83) n’est pas toujours pertinente car ces notions ne sont pas exclusives l’une de l’autre : on ne peut exclure la tenue de cérémonies religieuses au sein de l’espace funéraire d’un dolmen ou d’un hypogée (la présence d’art pariétal et mobilier, de banquettes et de dépôts réguliers indique plutôt le contraire).

Certaines caractéristiques essentielles à tout ouvrage de synthèse en archéologie font curieusement défaut à Méditerranée mégalithique. Premièrement, l’omniprésence de la photographie contraste avec une absence totale d’autres formes de documents graphiques : l’ouvrage ne compte aucune carte géographique (ce qui aurait été pourtant très utile pour illustrer la distribution dans l’espace et le temps des multiples traditions monumentales), aucun plan ou section de monument (ceux qui ne le connaissent pas devront imaginer le plan « en trèfle » des temples maltais), ni tableaux chronologiques. Deuxièmement, aucun renvoi bibliographique n’apparaît dans le corps de texte et le lecteur devra parcourir l’« orientation bibliographique » en fin d’ouvrage (p. 153-155) pour retrouver les références d’auteurs mentionnés dans le texte. Quelques-uns, dont les idées et travaux sont cités dans l’argumentation (ex : V.G. Childe, p. 7 ; E. Cartailhac, p. 9 ; M. Sohn, p. 23), ne figurent même pas dans la bibliographie. Seuls certains encadrés thématiques indiquent quelques références bibliographiques et font ainsi curieusement exception. Ces lacunes iconographiques et bibliographiques, inhabituelles dans les ouvrages de Jean Guilaine, sont-elles un choix éditorial imposé à l’auteur ?

Tombes mégalithiques et hypogées sont traités dans des chapitres distincts, certainement dans un souci pédagogique que l’on comprendra aisément. Cependant, l’ouvrage omet de préciser que ces deux traditions architecturales ont souvent cohabité sur de mêmes territoires, comme en Catalogne, en Sardaigne ou à Malte. La question des relations entre mégalithisme et hypogéisme méditerranéens, récemment abordée lors d’une rencontre scientifique (Cámara Serrano et al. 2010), aurait mérité un traitement particulier dans le cadre de cet ouvrage dont le « fondement » annoncé est justement le « binôme dolmens / hypogées » (p. 5). Enfin, de ce panorama exhaustif nous pouvons regretter l’absence du site de Göbekli Tepe (Turquie –  seulement évoqué brièvement p. 83), premier « temple » mégalithique de Méditerranée (9000 avant J.C.) et certainement l’un des monuments préhistoriques les plus remarquables du monde par son décor animalier sculpté.

Le sujet traité est vaste et l’exercice de la synthèse impose nécessairement des limites. On ne peut, en 150 pages, tout dire sur un matériau aussi riche et complexe et il faut faire des choix. L’organisation du propos, à la fois chronologique et spatiale, est efficace ; le contenu des chapitres thématiques est à la fois substantiel et accessible, tout en évitant le catalogage ennuyeux. On retiendra donc surtout les qualités pédagogiques de ce livre de vulgarisation qui en font une excellente introduction à la thématique, à recommander en particulier aux étudiants de premier cycle.

Références citées :

  • Cámara Serrano, J.A., Afonso Marrero, J.A., Spanedda, L. (eds) 2010. Links between megalithism and hypogeism in western Mediterranean Europe. Oxford : Archaeopress.
  • Costa, L.J. 2008. Mégalithismes insulaires en Méditerranée : dolmens et menhirs de Corse, Sardaigne, Baléares et Malte. Paris : Errance.
  • Gallay, A. 2006. Les sociétés mégalithiques. Pouvoir des hommes, mémoire des morts. Lausanne : Presses polytechniques et universitaires romandes.

 

Guillaume Robin — UMR 7269, LaMPEA — guillaume.robin@netcourrier.com

Shillourokambos. Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du secteur 1 — Jean Guilaine, François Briois & Jean-Denis Vigne (dir.)

Errance, Archéologie aujourd’hui, Paris, 2011, 1248 p. (21 x 28), coédition Ecole Française d’Athènes, 49,70€ — 978-2-87772-437-1

Plus que jamais, l’étude de la Néolithisation au Proche-Orient est en plein bouleversement. La compréhension de la césure majeure de l’histoire de l’humanité, c’est-à-dire le passage au Néolithique par la domestication d’espèces animales et végétales, dont le Proche-Orient est le plus ancien foyer mondial, est plus que jamais l’enjeu d’études complexes réalisées par des équipes internationales en provenance des plus grands centres de recherche scientifique. La multiplication des terrains, en dépit des aléas géopolitiques, ainsi que l’extraordinaire renouvellement méthodologique des vingt dernières années portent leurs fruits. Les données sont multipliées, de toutes natures, et il est bien difficile d’en tirer un bilan à jour tellement les publications se suivent à un rythme soutenu (Watkins 2010 ; Zeder 2011).

Il est nécessaire d’insister sur ce point. Depuis la publication de l’ouvrage de J. Cauvin en 1994, largement laissé de côté par les chercheurs anglo-saxons en dépit d’une traduction en langue anglaise en 2002, et même depuis la publication des actes du colloque de Nicosie en 2001 (Guilaine & Le Brun 2003), c’est un tout autre panorama qui s’offre à nous, enrichi, étoffé, orienté sur de nouveaux axes. Pour dresser un état des lieux à grands traits, l’étude de cette question cruciale de l’émergence du Néolithique doit désormais tenir compte de l’existence ancienne, c’est-à-dire paléolithique, de villages architecturés où le traitement des céréales sauvages apparaît intensif (Weiss et al. 2008 ; Maher et al. 2012). Elle doit aussi tenir compte de l’existence de complexes cérémoniels, où dominent les activités « politico-religieuses » (Godelier 2007) qui se manifestent donc par la réalisation de monuments mégalithiques par des sociétés de chasseurs-cueilleurs : le site de Göbekli Tepe dans le sud-est de la Turquie livre une dizaine de structures cérémonielles circulaires ou quadrangulaires, à ciel ouvert, où de nombreux piliers mégalithiques (jusqu’à 5,5 m de hauteur) portent une série de représentations codifiées (Schmidt 2010). L’iconographie des piliers de Göbekli Tepe n’est pas isolée et participe d’une communauté de représentations, d’un bestiaire qui s’étend au moyen Euphrate et semble inclure également les sites chypriotes (Helmer et al. 2004). Du côté de l’archéozoologie, la perception de la domestication des ongulés a été largement précisée grâce à l’analyse très fine d’une courte série de gisements dans la Haute vallée de l’Euphrate (Vigne et al. 2005 ; Zeder 2008 ; Vigne 2011). Enfin l’agriculture elle-même semble être issue d’un processus plus complexe et épars qu’on ne le supposait jusqu’ici (Fuller et al. 2011 ; Willcox & Stordeur 2012) remontant au tout début de l’Holocène, et plongeant ses racines dans la diversité des comportements de collecte attestés au Tardiglaciaire (Colledge & Connoly 2010).

Dans ce panorama considérablement complexifié, les données chypriotes participent pleinement de la compréhension du processus. En effet, jusqu’au début des années 2000, la colonisation néolithique de Chypre était perçue comme un phénomène consécutif aux innovations de la moyenne et haute vallée de l’Euphrate et on a pu évoquer, jusqu’en 2005, l’existence d’un « hiatus PPNA » (Guilaine & Briois 2005) dans les données chypriotes. Ce vide est désormais comblé, et pas seulement par Shillourokambos. Ces données nouvelles, en provenance parfois de sites très originaux témoignent de l’intégration de Chypre à la dynamique initiale de la néolithisation (Peltenburg 2004). C’est le cas pour la domestication des ongulés avec le site de Akrotiri Aetokremnos (Vigne et al. 2011), mais aussi pour les céréales avec le gisement de ‘Ais Yiorkis (Lucas et al. 2012).

Le premier tome de la monographie consacrée au gisement de Shillourokambos que nous commentons aujourd’hui paraît dans ce contexte extrêmement dynamique. Ses qualités lui confèrent d’ores et déjà le statut de publication de référence, et ceci pour plusieurs raisons évidentes. En premier lieu, parce que les monographies de gisements demeurent très rares[1]. Loin des travaux collectifs monographiques de grande ampleur, de nombreux gisements sont connus uniquement par des articles restreints, voire préliminaires. En second lieu, parce qu’il s’agit d’un gisement de plein air polyphasé et stratifié ; ce qui permet de détailler les évolutions chronologiques et les aménagements en dehors d’une occupation de type abri-sous-roche (et des problèmes sédimento-stratigraphiques associés à ce type de gisement en Méditerranée). En troisième lieu, parce que cet ouvrage détaille une fouille extensive (4000 m2 décapés), et que les données de terrain permettent d’aborder l’organisation interne d’un habitat du tout début du Néolithique, ce qui n’est pas si commun.

Il paraît difficile de détailler les 48 chapitres de cet ouvrage relié de grand format, imprimé en double colonnage et doté de 1248 pages ! La maquette est élégante, les illustrations très nombreuses – dont une bonne partie en couleur – et, malgré sa masse, l’ouvrage se consulte aisément. On soulignera par exemple la qualité des planches d’outillage lithique taillé et des photos de remontage. En revanche, on demeure plus réservé à propos des trames informatiques utilisées pour l’outillage lithique non taillé et pour la vaisselle de pierre. Bien sûr, un index thématique aurait été bienvenu, mais il est probable que les auteurs ont renoncé devant la complexité de la tâche. En revanche, il est dommage de ne pas disposer d’une liste générale des illustrations, d’autant que la numérotation n’est pas continue mais recommence à chaque chapitre.

Cinq parties composent l’ouvrage. Une partie introductive (contexte, géomorphologie et sitologie, historique des travaux, méthodologie de terrain) et une partie de comparaisons et de synthèses encadrent trois parties principales : 1/les données de terrain (p. 41-517), 2/la périodisation (p. 521-586), 3/les données de l’économie et de l’exploitation du milieu (p. 589-1157). Une impression de complexité en compulsant le livre provient du fait que l’on revient plusieurs fois sur les mêmes questions. Mais cette première impression de redondance est fausse. La séparation entre présentation des données et analyses est d’ailleurs la meilleure possible.

Une des originalités de l’ouvrage est de présenter de manière détaillée dans la première partie toutes les données de terrain. Dépôts stratifiés, poteaux, tranchées d’enclos, murs, foyers, fosses, silos et maison ainsi que les huit puits sont décrits, conjointement au mobilier archéologique qu’ils contiennent. Ainsi une bonne partie de l’analyse spatiale est présentée au début de l’ouvrage. Ceci permet de juger du potentiel du site et de suivre la constitution des corpus étudiés en fin d’ouvrage. Le chapitre 11 (p. 235-333) retient particulièrement l’attention. Consacré aux huit puits présents sur le site, ce chapitre décrit une bonne partie des stratigraphies observées sur le site et attire l’attention sur les contraintes hydriques qu’impose le climat méditerranéen aux populations qui ont fait le choix de l’agriculture et de l’élevage. On remarquera qu’il n’est pas fait mention de tests pour la recherche des pollens, des diatomées ou des parasites dans ces remplissages profonds et probablement hydromorphes[2]

La deuxième partie est consacrée à la périodisation des données de fouilles. Les données abondantes de la stratigraphie sont d’abord examinées et un schéma des relations stratigraphiques est proposé (p. 524). Ce sont ensuite les données de l’industrie lithique taillée, du macro-outillage lithique et de la faune qui sont examinées pour leur potentiel de diagnose chronologique. En ce qui concerne l’industrie lithique taillée, on remarquera que les données prises en compte par F. Briois relèvent de la nature pétrographique des matières premières utilisées pour l’approvisionnement et de quelques observations technologiques (p. 529-530). Les données typologiques ne sont pas mobilisées (p. 530). L’étude consacrée au macro-outillage est particulièrement originale. T. Perrin met à profit la richesse et la diversité du mobilier retrouvé pour tenter une approche ambitieuse. En effet, comme l’auteur le souligne lui-même (p. 531), une idée reçue et partagée considère ce type de mobilier comme particulièrement stable et peu enclin à saisir une évolution chrono-typologique ; la typologie de ce type d’artefact est en soi un problème puisque la forme évolue avec l’intensité de l’utilisation et la fréquence des réutilisations. Mais avec un corpus de plus de 2000 pièces, une lecture technologique couplée à un traitement statistique complexe (Analyse Factorielle des Correspondances) autorise des résultats originaux (p. 537-538). Les données de la faune sont examinées en terme d’évolution chronologique par J.-D. Vigne dans un chapitre long et complexe qu’il est difficile de résumer en quelques lignes, d’autant que des questions méthodologiques y sont traitées (p. 539-543). L’analyse est fondée sur une Analyse Factorielle des Correspondances réalisée en prenant en compte 45 assemblages fauniques totalisant 5535 restes déterminés (p. 548-549). C’est une dynamique complexe entre bovins, suinés, caprinés et cervidés (Dama mesopotamica) qui est ici mise en évidence et corrélée à la chronologie générale du site (p. 571-573). L’introduction des cervidés à la fin de la phase ancienne est un fait important tout autant que l’augmentation progressive des caprinés, ce qui constitue la seconde évolution majeure sur le site. D’une manière assez rare, « la forte structuration chronologique des spectres fauniques de Shillourokambos apparaît ainsi comme une caractéristique propre du site » (p. 573).

Le chapitre 21 est consacré aux datations radiocarbone réalisées sur le site. Et ce chapitre contraste fortement en regard du chapitre précédent étayé par un grand nombre de considérations méthodologiques. Il y a manifestement deux problèmes. Tout d’abord, les 37 datations sont présentées suivant leur origine topographique et stratigraphique mais aucune information n’est fournie sur l’échantillon daté (charbon, os, graine, etc.), ni sur les caractéristiques de la mesure (ratio C/N pour les mesures sur le collagène de l’os par exemple). La courbe de calibration utilisée n’est pas plus mentionnée ni les probabilités associées à chaque segment de calibration. Certaines dates font l’objet d’un jugement, voire d’une relégation. Deuxièmement, il est regrettable que ces nombreuses datations issues d’un gisement majeur et riche en données stratigraphiques n’aient pas fait l’objet d’une analyse chrono-stratigraphiques telles que le permettent aujourd’hui les logiciels de traitement bayésien des données chronométriques (voir par exemple l’étude sur le monument mégalithique de la Table des marchands, Cassen et al. 2009). Il y a là plus qu’une déception.

Le contenu de la troisième partie est moins homogène, puisque l’étude de l’exploitation du milieu et la culture matérielle y sont rassemblées. En dresser la synthèse est à la fois une gageure et un travail par trop réducteur. C’est d’abord le paysage immédiat qui est présenté par l’examen des données anthracologiques et carpologiques (notons l’amidonnier et l’orge attestés, l’engrain probable, p. 602). C’est ensuite l’architecture qui est présentée depuis le matériau de construction jusqu’à un essai de restitution des maisons et des enclos. Puis suivent huit chapitres consacrés à la culture matérielle réalisée en matériaux minéraux (p. 663-806). Une part importante est consacrée à l’obsidienne taillée. La provenance du matériau est confirmée : il s’agit du volcan du Göllü Dag, et plus particulièrement de l’atelier de Kaletepe (p. 722-723). Macro-outillage, vaisselles de pierres, éléments symboliques sont également traités. Onze chapitres sont consacrés aux données archéozoologiques (p. 807-1091 et 1119-1134), avec de multiples approches archéozoologiques. Notons que les données biométriques sont systématiquement publiées. Deux chapitres enfin sont consacrés aux pratiques funéraires.

Parmi les quatre chapitres de la cinquième et dernière partie, soulignons les remarques particulièrement intéressantes relatives à la faune. Les auteurs discutent de la mise en place de nouveaux peuplements animaux, tant sauvages que domestiques, qui bouleversent en profondeur le peuplement endémique de l’île et son écologie. Lorsque les néolithiques colonisent l’île, ils débarquent avec leurs troupeaux, leurs commensaux et leurs gibiers, bien que la présence du Daim ne soit pas attestée dans les phases les plus anciennes (p. 1165 et 1171). La mise en place et l’évolution du système zootechnique des habitants de Shillourokambos est analysée longuement (p. 1175-1190). Enfin, le dernier chapitre intègre les données du site dans le contexte archéologique à l’échelle de la Méditerranée orientale qui est celui de la Néolithisation. Ici encore, le propos est trop vaste pour être mal paraphrasé en quelques lignes. Notons toutefois qu’en l’état actuel d’une documentation à renouvellement rapide, Shillourokambos n’est pas le plus ancien site de l’île de Chypre (dont la première occupation fait débat mais semble remonter à l’extrême du Pleistocène, vers 10 000 av. n. è.) mais reste le plus ancien site agricole, avec le gisement de Kissonerga-Mylouthkia, vers 8400 av. n. è. Cette datation serait donc contemporaine du PPNB ancien du Proche-Orient. Mais cette date sera très probablement reculée avec la découverte de gisements comme Klimonas ou Throumbovounos, dont l’industrie lithique s’apparente au PPNA voire à « l’Épinatoufien » du Levant (p. 1223).

À travers ces quelques lignes, nous n’avons fait qu’effleurer la richesse que procure la lecture longue mais passionnante de cette volumineuse monographie qui s’achève sur des questions et des ouvertures, plus que sur une conclusion affirmée. Remarquons d’ailleurs que l’analyse des données du site n’est pas achevée, que de nouveaux gisements sont en cours d’étude et que de nombreuses zones de l’île de Chypre demeurent inaccessibles aux archéologues, particulièrement la zone nord. Cet ouvrage constituera, n’en doutons pas un jalon important de la recherche sur la Néolithisation, en particulier si nos collègues anglophones font l’effort d’apprivoiser cette somme d’informations dépourvue de tout résumé, version abrégée – et même de légende de figures – en langue anglaise, ce qui constitue pour le moins une énigme éditoriale dans un contexte de recherche aussi internationalisé.

 

Références citées :

Cassen et al. 2009, CASSEN S., LANOS P., DUFRESNE P., OBERLIN C., DELQUÉ-KOLIC E., LE GOFFIC M., Datations sur site (Table des Marchands, alignement du Grand Menhir, Er Grah) et modélisation chronologique du Néolithique morbihannais, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) – Université de Nantes, 2009, p. 737-768.

Cauvin 1994, CAUVIN J., Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 1994, 304 p. (Empreintes).

Colledge & Conolly 2010, COLLEDGE S., CONOLLY J., Reassessing the evidence for the cultivation of wild crops during the Younger Dryas at Tell Abu Hureyra, Syria, Environmental Archaeology, Oxford, 15, 2, 2010, p. 124-138.

Fuller et al. 2011, FULLER D.Q., WILLCOX G., ALLABY R.G., Cultivation and domestication had multiple origins: arguments against the core area hypothesis for the origins of agriculture in the Near East, World Archaeology, London, 43, 4, 2011, p. 628-652.

Godelier 2007, GODELIER M., Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, 292 p. (Bibliothèque Idées).

Guilaine & Le Brun 2003, GUILAINE J., LE BRUN A. Eds., Le Néolithique de Chypre : actes du colloque international organisé par le Département des antiquités de Chypre et l’Ecole française d’Athènes, Nicosie, 17-19 mai 2001, Athènes, Ecole française d’Athènes, 2003, xx + 431 p. (Bulletin de correspondance hellénique. Supplément ; 43).

Guilaine & Briois 2005, GUILAINE J., BRIOIS F., Shillourokambos et la néolithisation de Chypre : quelques réflexions, Mayurqa, Palma de Mallorca, 30, 2005, p. 13-32.

Harter et al. 2005, HARTER S., LE MORT F., VIGNE J.-D., GUILAINE J., LE BRUN A., BOUCHET F., Premières données parasitologiques sur les populations humaines précéramiques chypriotes (VIIIe et VIIe millénaires av. J.-C.), Paléorient, Paris, 31, 2, 2005, p. 43-54.

Helmer et al. 2004, HELMER D., GOURICHON L., STORDEUR D., A l’aube de la domestication animale : imaginaire et symbolisme animal dans les premières sociétés néolithiques du nord du Proche-Orient, in: Domestications animales : dimensions sociales et symboliques : hommage à Jacques Cauvin, Bonte P., Brisebarre A.-M., Helmer D. et al. (Dir.), Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, 2004, p. 143-163 (Anthropozoologica ; 39/1).

Lucas et al. 2012, LUCAS L., COLLEDGE S., SIMMONS A.H., FULLER D.Q., Crop introduction and accelerated island evolution: archaeobotanical evidence from ‘Ais Yiorkis and Pre-Pottery Neolithic Cyprus Vegetation History and Archaeobotany, Berlin / Heidelberg, 21, 2 « Special Issue: From collecting to cultivation:transitions to a production economy in the Near East », 2012, p. 117-129, http://www.springerlink.com/content/6662k5hj2wku46h7/.

Maher et al. 2012, MAHER L.A., RICHTER T., MACDONALD D., JONES M.D., MARTIN L., STOCK J.T., Twenty Thousand-Year-Old Huts at a Hunter-Gatherer Settlement in Eastern Jordan, PLoS ONE, San Francisco, 7, 2, 2012, p. e31447, http://dx.doi.org/10.1371%2Fjournal.pone.0031447.

Peltenburg 2004, PELTENBURG E., Cyprus : a regional component of the Levantine PPN, Neo-Lithics, Ober-Ramstadt, 1, 4, 2004, p. 3-7.

Schmidt 2010, SCHMIDT K., Göbekli Tepe – the Stone Age Sanctuaries. New results of ongoing excavations with a special focus on sculptures and high reliefs, Documenta praehistorica, Ljubljana, 37 « 17th Neolithic Studies », 2010, p. 239-256, http://dx.doi.org/10.4312/dp.37.21.

Vigne et al. 2005, VIGNE J.-D., PETERS J., HELMER D. Eds., The first steps of animal domestication : new archaeozoological approaches : Proceedings of the 9th Conference of the International Council for Archaeozoology, Durham 2002, Oxford, Oxbow, 2005, viii +  176 p.

Vigne 2011, VIGNE J.-D., The origins of animal domestication and husbandry: A major change in the history of humanity and the biosphere, Comptes Rendus Biologies, Paris, 334, 3, 2011, p. 171-181, http://www.sciencedirect.com/science/article/B6X1F-5235B8C-1/2/6d48253346cf47ef1859ec841ee3e7b5.

Vigne et al. 2011, VIGNE J.-D., CARRÈRE I., BRIOIS F., GUILAINE J., The Early Process of Mammal Domestication in the Near East: New Evidence from the Pre-Neolithic and Pre-Pottery Neolithic in Cyprus, Current Anthropology, Chicago, 52, S4, 2011, p. S255-S271, http://www.jstor.org/stable/10.1086/659306.

Watkins 2010, WATKINS T., New light on Neolithic revolution in south-west Asia, Antiquity, Oxford, 84, 325, 2010, p. 621-634.

Weiss et al. 2008, WEISS E., KISLEV M.E., SIMCHONI O., NADEL D., TSCHAUNER H., Plant-food preparation area on an Upper Paleolithic brush hut floor at Ohalo II, Israel, Journal of Archaeological Science, London, 35, 8, 2008, p. 2400-2414, http://www.sciencedirect.com/science/article/B6WH8-4SH1GWS-1/1/a0374be4ca9b2e5bfa71a626577fdd48.

Willcox & Stordeur 2012, WILLCOX G., STORDEUR D., Large-scale cereal processing before domestication during the tenth millennium cal BC in northern Syria, Antiquity, Oxford, 85, 331, 2012, p. 99-114.

Zeder 2008, ZEDER M.A., Domestication and early agriculture in the Mediterranean Basin: Origins, diffusion, and impact, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Washington, 105, 33, 2008, p. 11597-11604, http://www.pnas.org/content/105/33/11597.abstract.

Zeder 2011, ZEDER M.A., The Origins of Agriculture in the Near East, Current Anthropology, Chicago, 52, S4, 2011, p. S221-S235, http://www.jstor.org/stable/10.1086/659307.

 

Dr Maxence Bailly – Aix-Marseille Université, LAMPEA – UMR 7269 – maxence.bailly@univ-amu.fr

 


[1] Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, les gisements PPN ayant fait l’objet de monographies se comptent en fait sur les doigts des deux mains (Jéricho, Abu Hureyra, Cap Andreas Kastros, Tell Sabi Abyad II, El Kown II, Nemrik 9, …).

[2] Une étude paléoparasitologique réalisée sur des sépultures de Shillourokambos a été publiée en 2005 (Harter-Lailheugue et al. 2005).

Palaeolithic Origins of Human Burials — Paul Pettitt

Londres, Routledge, 2010, 320 p., 19,95 € — 978-0-415-35490-5

L’ambition de l’ouvrage est annoncée dès l’introduction : il ne s’agit pas d’un livre supplémentaire sur les sépultures paléolithiques, trop longtemps considérées comme l’apanage des seuls hommes modernes. Si la problématique explicite dans le titre n’est pas nouvelle, l’angle d’approche, lui, est original. L’auteur a entrepris de déceler dans les données archéologiques les activités mortuaires depuis les premiers hominidés. Plutôt que se focaliser et se restreindre à la dimension funéraire du traitement des morts, l’auteur objective sa recherche en intégrant toutes les activités liées à la mort d’un congénère afin de ne pas considérer par exemple que pratique funéraire et inhumation sont synonymes. Dans ce sens, l’auteur définit à la fin de l’introduction les termes et les concepts qu’il utilise pour caractériser les activités mortuaires. À regret, le propos repose plus sur la description de comportements que sur des données tangibles.

La démonstration est divisée en 6 parties. Le chapitre II constitue la deuxième originalité de l’approche. Le comportement des grands singes actuels face à un cadavre de congénère est rarement abordé. L’auteur propose une synthèse avec force détails des publications qui mentionnent ce type d’observations principalement chez les chimpanzés et les gorilles, en particulier l’effet individuel et collectif d’un individu décédé au sein du groupe et le traitement du dit cadavre. L’auteur égare le lecteur lorsque le comportement des grands singes est mis en parallèle avec celui des hommes. Si on ne peut qu’adhérer au fait que l’infanticide et le cannibalisme chez ces primates illustrent des tensions sociales, la proposition que la mort « naturelle » d’un individu du groupe induit une renégociation des liens sociaux n’est pas démontrée.

Les réflexions menées dans les cinq chapitres suivants reposent sur un recensement exhaustif des sites archéologiques et des restes osseux humains et pré-humains (dans le texte ou sous forme de tableaux selon la densité des données). Les gisements choisis pour illustrer les réflexions sont détaillés et l’auteur rappelle systématiquement toutes les interprétations qui en ont été faites avant les siennes.

L’intérêt du chapitre discutant les éventuels comportements mortuaires des Australopithèques aux Homo heidelbergensis repose sur le nouvel éclairage proposé par l’auteur. En effet, il refuse d’exclure, comme c’est trop souvent le cas, l’hypothèse d’un traitement volontaire et raisonné des cadavres. Toutefois, la démonstration n’est pas satisfaisante quelle que soit l’alternative. Il faut peut-être se résoudre à accepter que ces contextes très anciens, rares, principalement en grottes, dans des couches géologiques formées sur une longue durée ne sont pas interprétables pour l’instant dans la perspective proposée.

À partir du chapitre IV qui porte sur les premiers hommes modernes, les sites et les restes humains sont plus nombreux ce qui permet des analyses et des interprétations plus étayées. La démonstration sur la genèse des premières fosses à inhumation creusées à des fins strictement funéraires est convaincante. D’autre part, la force des discussions consacrées aux néandertaliens et aux hommes modernes vient du fait que l’auteur redonne sa vraie place à l’inhumation. Si certains groupes enterraient leurs morts, cette tradition ne constituait pas une norme chez tous les groupes contemporains. Au Paléolithique, l’inhumation est un phénomène plus anecdotique que ce qui est habituellement admis, la variété de la gestion du cadavre étant trop souvent sous-estimée.

La multiplication des sites ayant livré des vestiges humains au paléolithique supérieur incite l’auteur à proposer une lecture sociale de la variabilité des modes d’inhumation (la signification du mobilier accompagnant le défunt dans la tombe par exemple). On ne peut nier que les données sont bien plus nombreuses, toutefois, le sont-elles assez pour aborder une telle question ? De plus, une telle entreprise ne peut s’envisager sans s’appuyer sur les données de l’anthropologie sociale ce qui n’est pas proposé par l’auteur.

Dans le dernier chapitre, l’auteur propose en premier lieu une synthèse des activités mortuaires dans le temps démontrant que le schéma trop souvent proposé sous forme d’évolution linéaire n’est pas valable. L’étude des activités mortuaires nécessite plutôt une approche polythétique. Cette démonstration suffit à justifier l’existence de l’ouvrage. Dans la seconde partie, l’auteur discute la dimension symbolique de la sépulture et du traitement des défunts en général. Pour lui, certaines inhumations ne sont pas des tombes au sens où nous l’entendons mais font partie d’une panoplie plus large d’actes rituels depuis au moins le paléolithique supérieur. Il est regrettable que ces discussions n’aient pas pris corps au cours de la démonstration générale où elles auraient parfaitement trouvé leur place. De plus, la dimension symbolique [1] n’est-elle pas l’essence même d’une sépulture ? Ce traitement particulier du défunt n’est-il pas le témoignage d’un système de pensées et d’actions qui ont évidement recours en partie à des symboles.

Quoi qu’il en soit, si le lecteur n’est pas tenu d’adhérer à l’organisation de l’ouvrage et aux théories de l’auteur, il ne saura nier que l’approche est originale et novatrice et qu’elle ouvre de nombreuses pistes de réflexions sur la variabilité des activités mortuaires et post-funéraires non seulement pour les périodes traitées ici mais également pour celles qui succèdent.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France,
e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr


[1] L’imaginaire ne peut acquérir d’existence manifeste et d’efficacité sociale sans s’incarner dans des signes et des pratiques symboliques (Godelier « Au fondement des sociétés humaines »),

 

 

 

The Archaeology of Mediterranean prehistory — Emma Blake, A. Bernard Knapp (ed.)

2005, Oxford, Blackwell studies in global archaeology, Blackwell publishing, 333 p. 978-0631232681 / 0631232680

La préhistoire de la Méditerranée avec un télescope, tel pourrait être le sous-titre de cet ouvrage particulièrement décevant[1]. Il s’agit probablement d’un volume de synthèse destiné aux étudiants de premier cycle (under graduated) des universités anglo-saxonnes et aux lecteurs cultivés potentiellement intéressés par une synthèse nouvelle consacrée à une région de prédilection de la culture anglo-saxonne. Chichement illustré comme il se doit dans ce genre d’ouvrage (27 illustrations en tout ! dont certaines sont incompréhensibles, ex. p. 112), on cherchera en vain une carte générale de la Méditerranée, un atlas, un tableau chronologique général ; un unique index de 13 pages constitue la totalité de l’appareil éditorial[2]. On doit supposer que les étudiants anglo-saxons connaissent sur le bout des doigts la géographie de cette région du monde si complexe ! En revanche, les biographies des 14 contributeurs occupent 4 pages. À chacun ses priorités.

Composé de 12 chapitres, l’ouvrage est essentiellement thématique. Le premier chapitre est une introduction à la géographie du Bassin méditerranéen et une sorte de justification de la Méditerranée comme objet d’étude. Selon les auteurs, cette vue globalisante de la Méditerranée pourrait être perçue comme un archaïsme et une illusion, à l’instar du concept occidental d’orientalisme dont E. Said a montré la contingence historique et la vacuité conceptuelle (p. 2). Bien que F. Braudel soit invoqué/évoqué/convoqué (on confie au lecteur potentiel le choix du verbe idoine) d’une manière assez peu convaincante – deux auteurs citent son travail emblématique sur la Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (Braudel 1949) – peu de choses sont dites sur l’espace. Le climat, le cloisonnement des côtes, la navigabilité de la Méditerranée – ce dernier aspect est pourtant largement traité ailleurs par Seán McGrail (McGrail 2004) – l’ambiguïté du monde méditerranéen (Guilaine 1994) ne sont guère approfondis. Notons, pour bien illustrer les lacunes bibliographiques dont témoignent les chapitres de ce livre, que Jean Guilaine n’est cité qu’une fois par G. Barker pour un article mineur. La mer partagée livre qui demeure, quinze ans après sa publication, un bilan documentaire sans équivalent sur le sujet même dont traite l’ouvrage de Blake et Knapp n’est pas mentionné une seule fois…

D’emblée, soulignons ce que les auteurs entendent par archéologie préhistorique de la Méditerranée. Le Paléolithique du Bassin méditerranéen n’est pas abordé. Le Mésolithique n’est mentionné dans le texte que comme substrat du Néolithique (p. 36, 49 et 50). Jamais il n’est l’objet d’une étude spécifique, bien que l’extension méditerranéenne du Mésolithique final qu’on pourrait qualifier « d’horizon castelnovien » tient une place majeure dans les questions actuelles sur la diffusion du Néolithique. L’essentiel des contributions concernent le Néolithique/Chalcolithique, mais l’âge du Bronze et l’âge du Fer sont abordés ponctuellement. Le chapitre introductif des éditeurs n’explicite aucun de ces choix, ni aucune des limites chronologiques retenues. Des axes thématiques sont identifiés, que parcourent plus ou moins les 11 chapitres thématiques (p. 9). Il s’agit de :

– l’insularité et les interactions maritimes ;
– la tradition, le changement et la question des identités ;
– unité et diversité ;
– patrimoine culturel en Méditerranée.

Les thèmes abordés sont dans l’ordre : circulation et échanges ; l’agriculture et le pastoralisme ; les dynamiques des relations sociales à l’âge du Cuivre et à l’âge du Bronze ; la culture matérielle du culte, du rituel et des festins ; le genre et la mer ; la genèse du monumentalisme ; les technologies lithiques ; l’archéométallurgie ; le peuplement ; le commerce maritime à la fin de l’âge du Bronze ; les musées et le patrimoine culturel.

Tout choix peut-être contesté, mais devant l’immensité du thème retenu par l’ouvrage, l’organisation du volume offre une certaine originalité de propos voire un renouvellement thématique. Ce n’est donc pas sur le découpage thématique et l’organisation interne du volume que porte la critique mais sur le fond scientifique. C’est-à-dire les problématiques définies et les données examinées. Deux exemples montreront aisément les lacunes rédhibitoires dont souffre cet ouvrage. Nous nous attarderons sur les chapitres 7 et 9.

Chapitre 7 : M. J. Kolb « The genesis of monuments among the Mediterranean islands » (p. 156-179)
Ce chapitre consacré à la genèse du monumentalisme est doublement caractérisé par la confusion et la superficialité. A priori, comparer l’émergence des monuments à l’échelle du Bassin méditerranéen est une question intéressante, et l’auteur s’emploie à dresser des parallèles de la Crête aux Baléares, en passant par Malte et l’ensemble Corso-Sarde. Cependant, on ne peut qu’être frappé par les confusions renouvelées au gré des pages. Considérer que le monumentalisme funéraire et le monumentalisme palatial signifient la même chose relève d’une affirmation plus que douteuse et qui génère une confusion totale. On peut toujours comparer les nouraghes de Sardaigne au palais de Cnossos, mais comparer les temples de Malte aux nouraghes ainsi qu’aux taulas des îles Baléares n’a aucun sens. Quant aux données et à la chronologie des phénomènes, les lacunes documentaires de l’auteur sont patentes et achèvent de décrédibiliser le chapitre entier. Pour l’auteur, il ne semble pas y avoir de monuments en Sardaigne avant le développement des nouraghes (p. 166-168)… Lui a-t-on jamais parlé de Biriai, de Monte d’Accoddi ou de quelques autres ? Pas de monuments non plus en Corse avant l’âge du Bronze… La bibliographie mobilisée par l’auteur est sur ce point édifiante… G. Camps, A. D’Anna, J. Guilaine ne sont pas cités. L’essentiel des matériaux qu’il utilise provient d’un catalogue d’exposition publié en 1997. L’auteur sait-il que le mégalithisme corse, qui remonte au 5e millénaire av. n. è. pose de nombreuses questions ? Pour l’archipel des Baléares, les travaux de W. H. Waldren sont à peine cités… et les problèmes de datation que ces travaux soulèvent ne semblent pas susciter la moindre interrogation. L’auteur se présente comme un spécialiste de la Sicile (p. xiv) : n’y a-t-il rien en Sicile sur les sites du Bronze ancien qui relève de sa problématique ? Voire.

Chapitre 9 : V. Kassianidou et A. B. Knapp « Archaeometallurgy in the Mediterranean: the social context of mining, technology, and trade » (p. 215-251)
Après une introduction de quelques lignes (p. 215-216) et une sorte de prologue consacré à l’Anatolie (p. 216-218), les auteurs abordent la répartition très hétérogène des gisements de minerai autour de la Méditerranée (p. 219-230). Les rapports entre métal et sociétés sont traités dans les dernières pages (p. 230-239). La chronologie est vaste et surtout imprécise, du premier métal à l’âge du Fer ancien, comme s’il s’agissait d’un même phénomène. Rien ou presque n’est dit des méthodes d’analyse de composition du métal, cuivre en particulier, qui posent des problèmes majeurs d’interprétation… Sur ce thème classique, E. Pernicka est cité, mais E. Sangmeister n’est pas même évoqué, ni P. Ambert, ni B. Ottaway, ni S. Rovira, ni C. Strahm… Le travail de C. Domergue est ignoré ou presque, puisque son nom n’apparaît que pour une référence mineure.

Quant à l’origine de la métallurgie du cuivre et à sa diffusion, elle fait l’objet d’une analyse technologique superficielle (p. 232-233) voire erronée. Affirmer que l’activité métallurgique génère une forte quantité d’outils et de sous produits est simplement faux pour la métallurgie des premiers millénaires. Il faut attendre les développements industriels d’un âge du Bronze avancé pour rencontrer de tels cas archéologiques. Mais les auteurs connaissent-ils la nuance entre Chalcolithikum et Metallikum introduite par C. Strahm au début des années 1990 ? En ce qui concerne la diffusion du métal, sur lequel nous allons revenir, là encore, l’indigence est complète. Même la typologie et le schéma de diffusion proposé par A. Gallay à la fin des années 1970 sont ignorés.

Revenons sur la chronologie des foyers métallurgiques, et donc sur la diffusion de la métallurgie en Méditerranée. Constatons tout d’abord que la carte des gisements (p. 219) n’est pas à jour. Rien que sur la France et l’Italie, on cherchera en vain Al Claus, Saint-Véran, Libiola, ou même la zone de Terrina. D’après l’examen de la bibliographie, il semble que l’essentiel des références provient de Forbes 1972, de Tylecote 1987 ou de Craddock 1995. Mais les lacunes des auteurs ne font pas honneur à ces pionniers brillants. Les questions sur l’hypothèse controversée d’une très ancienne métallurgie du cuivre en Péninsule ibérique ne sont pas évoquées bien qu’une revue britannique bien connue ait publié un article à ce sujet… Alors que les auteurs évoquent l’impact de la métallurgie sur le paysage, pas un mot sur les travaux menés en Andalousie ou dans les Pyrénées. Enfin, alors que le contexte social de la métallurgie est longuement sollicité, pas un mot sur l’homme du glacier du Similaun et de son extraordinaire hache en cuivre de la fin du 4e millénaire av. notre ère.

On épargnera donc au lecteur le reste des chapitres. Remarquons toutefois celui obsolète de Robb et Farr sur les « substances in motion » en leur reconnaissant tout de même un sens certain du titre. Le mélange de lectures anthropologiques et archéologiques est ici bien peu convainquant. Evoquer le/la Kula décrite par Malinowski (1989) dans le contexte de la préhistoire récente de la Méditerranée relève de la superstition ou de la poudre aux yeux. Qui s’attaquera à une véritable analyse anthropologique des systèmes de circulations de matières et d’objets au Néolithique ? La réponse n’est pas dans les lignes de ce livre. En tout cas, les exemples retenus par les auteurs (silex de la Defensola et obsidienne de Méditerranée) sont particulièrement mal choisis. Les dimensions de la minière de la Defensola soulignent à quel point nous connaissons mal le tout début du Néolithique, celui des céramiques imprimées. Quant à l’obsidienne, l’explosion des données en Méditerranée occidentale depuis les travaux majeurs de R. Tykot et de quelques autres ne nous permet plus d’accepter des généralités, surtout lorsqu’elles sont éronnées. Non, l’obsidienne n’est pas une matière comme les autres, elle n’est nullement « paradigmatique » des techniques néolithiques (p. 35). L’obsidienne est une matière insolite au statut bien particulier qui accompagne le Néolithique dans la totalité du bassin méditerranéen pour un dessein que nous ignorons.

Quant au chapitre pour le moins surprenant de Talalay « the gendered sea », on s’interroge sur le but fixé par l’auteur, la méthode utilisée et les données mobilisées.

La conclusion s’impose, voici un livre à déconseiller et à oublier au plus vite.

Références citées
Braudel F. 1949 : La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, A. Colin
Guilaine J. 1994 : La mer partagée. La Méditerranée avant l’écriture. Paris, Hachette.
Malinowski B. 1989 : Les argonautes du Pacifique occidental. Paris, Gallimard, (1e édition 1922).
McGrail S. 2004 : Boats of the World: From the Stone Age to Medieval Times. Oxford, Oxford University Press.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence


[1]Est-il utile de publier la recension de cet ouvrage publié en 2005 ? Oui, et ceci pour deux raisons. D’abord parce que le thème de cet ouvrage est identique à celui de notre revue. Ensuite parce que la volonté des auteurs et des éditeurs de mettre à disposition des lecteurs une sorte de manuel, concerne un lectorat vaste, alors que cet ouvrage n’a pas fait l’objet, à notre connaissance, d’une analyse critique fine.

[2] Seul G. Barker, dans le chapitre 3 qu’il a rédigé, offre au lecteur une carte complète de la Méditerranée pour localiser les sites qu’il mentionne (p. 48).

pdfCPréhméd1*-2010_Blake&Knapp

Artisanats et territoires des chasseurs moustériens de Champ Grand – Ludovic Slimak (dir.)

Aix-en-Provence, a&t Editions, 2008, 432 p. — 978-2-9529587-0-7 (Artisanats et territoires n° 1)

C’est très simple ! Si vous ne volez pas ce livre en librairie, faites-le vous offrir par une aïeule bien mûre… Autour d’un thème consacré à un site moustérien important, les auteurs ont tenté une gageure (prononcez « gajure ») : le rendre beau de surcroît et c’est vrai que cela fait partie de la science ! Était-il possible de métamorphoser des cailloux retouchés, aussi banals qu’un racloir en œuvres d’art ; et la réponse est oui ! J’ignore le nom de ce magicien, perdu parmi la foule des auteurs, mais il a toute mon estime : les réalisations photographiques sont à la fois techniquement irréprochables et scientifiquement (pour une fois !) d’une grande utilité. Après avoir passé près d’un siècle à refuser à mes étudiants d’utiliser la photographie pour représenter les silex, voilà un exemple qui brutalise tout à coup cet enseignement. Les retouches deviennent lisibles, les roches y sont translucides et illuminées, les jeux d’ombre complexes totalement maîtrisés, dans des prises de vue intelligentes et de toute beauté (voir le début du chapitre 2, par exemple, ou les photos tracéologiques au microscope). Ce défi, exceptionnellement surmonté, donne le ton à l’ensemble du livre car l’élégance s’y retrouve tout au long, de la mise en page où règne l’harmonie plastique, aux développements théoriques qui y sont développés. Tout porte à croire qu’il s’agit d’une première tentative, amorçant une série monographique du même goût : souhaitons leur longue vie et de nombreuses productions, voire de nombreuses copies « à la façon de » afin que les préhistoriens ne s’ennuient plus devant des pages grises : vides de sens et négligées dans la forme. Est-ce un rêve ? Nous verrons. Mais qui osera, après « Champ Grand », rendre des publications laides, négligées, abandonnées à la médiocrité d’un imprimeur de journaux ? Mais il n’y a pas que des images et des graphiques soignés dans ce volume, les idées y brillent aussi dans les textes, comme si elles s’étaient affranchies de certaines coutumes, réductrices et simplificatrices que les dogmes en cours ailleurs, imposent discrètement. Il y a donc deux livres dans cet ouvrage, portés chacun vers l’aventure novatrice où le beau s’accorde au vrai (saint Augustin) : rien n’est plus étranger de cette audace que les publications de cet ordre. Elles furent toujours « rentrées dans les rangs » par des subsides utilisés en prétextes et des obédiences terrifiées désignées comme la « science d’aujourd’hui ».

Dans le premier livre (édifié par l’imagination), vous apprendrez qu’il s’agit d’un abri naturel, à fortes fréquentations moustériennes, vers 55 000 à 45 000 ans. Et que les sociétés humaines y revinrent régulièrement, nourries de bovidés et d’équidés.

Dans le second livre (toujours sur le plan théorique), vous apprendrez que des préhistoriens aux yeux clairs tentent de comprendre l’homme moustérien ! Ce n’est pas rien, c’est encore moins banal. Les Moustériens des Champ Grand avaient, semble-t-il, oublié les règles d’or : ils pratiquaient simultanément diverses techniques, qui eussent opposés les ensembles en autant de traditions partout ailleurs.

Ici, le préhistorien orthodoxe et frileux va parler de « mélanges ». D’autres, oubliant ces litanies, s’étonneront des gammes méthodologiques disponibles simultanément. Ils verront même (et enfin) que des reprises inverses aux extrémités servent à leur réutilisation loin des gîtes, tout en commettant le sacrilège d’utiliser néanmoins ces enlèvements délicats, eux aussi, comme la tracéologie l’a montré. La notion de territoire est ici enfin abordée en d’autres termes que de distances parcourues, mais inversement, par les modes de ségrégation de groupes entre eux. Du Lévi-Strauss fut même lâché accessoirement, comme si les préhistoriens devaient aussi se mettre à lire des livres sérieux. Une question cruciale fut abordée : pourquoi tant de permanences dans les cheminements techniques ? Pourquoi toujours les mêmes processus de réduction, sur-employés au fil de l’éloignement des gîtes. On lève là un coin du voile sur le mystère moustérien : l’innovation n’était pas une valeur, à l’inverse de la stabilité. La répercussion, à long terme, de notre propre vue du progrès rend opaques de telles constances, pourtant si universelles dès que l’on quitte le continent européen. Les traditions moustériennes (les vraies, pas les chaînes opératoires) se marquaient sous d’autres crises, dans la longue durée et par opposition aux formes d’anxiété perpétuelle marquant les hommes modernes locaux, venus d’ailleurs. Un aménagement des blocs des sols en structure ovale rappelle que les enseignements, les rassemblements, les protections organisées, ne furent nullement le fait des « modernes » mais existent simplement en toute humanité dès que celle-ci en mérite le nom, soit depuis quelques millions d’années.

La longue diachronie de ces comportements semble troubler l’auteur principal. Cependant, outre qu’elle soit là et qu’on ne puisse rien y changer, sinon notre manière de voir, elle doit être considérée comme une succession d’exploits dont ce mode de vie équilibré était capable. La manière de considérer l’histoire de l’homme doit être simplement revue : les investissements se placent ailleurs que dans des procédés lithiques, totalement maîtrisés depuis environ 300 000 ans. Il peut s’agir des mythes, des règles sociales ou des œuvres d’art périssables (comme la plupart le sont en ethnographie). Elle peut se trouver dans des détails, souvent négligés, comme les lamelles, les pièces à dos, les réserves bifaciales de matériaux. En bref, l’étude du Moustérien doit subir un basculement radical : inféodée aux variations et aux constantes, plutôt que perpétuellement rattachée à une nébuleuse de concepts artificiels, récents et inopérants. Comme on traverse un miroir, la préhistoire ancienne doit être vue telle qu’elle est avec toute sa diversité et non telle que nous voudrions qu’elle soit : une longue monotonie obscure jusqu’à l’éclatement lumineux apporté par l’homme moderne.

Ce livre en est l’exacte prédétermination, il doit être lu et respecté à l’aune de ce regard : une fenêtre s’ouvre sur une humanité tout autre, mais terriblement efficace. Elle parcourt tout l’espace européen durant des centaines de millénaires, si elle est considérée aussi grossièrement que globalement, mais elle constitue de notre ethnicité le fond auquel les autres se sont superficiellement et graduellement greffés en quelques millénaires seulement. Notre conception même de la civilisation doit être brisée dès qu’on ne la réduit qu’à un vague passé antérieur à l’humanité actuelle. Le jeu des valeurs y est extrêmement subtil et variable, de telle sorte que seules des études telles que celles-ci en débrouilleront la trame d’une extrême complexité et d’une totale étrangeté. Là où l’auteur parle « d’altérité », méfiez-vous en des mots, car cette altérité n’est que relative à ce que l’on voudrait y voir et/ou à ce qu’on a pris l’habitude de nommer « différence ». Au fond, notre discipline est, à ce stade, fondée sur deux gigantesques malentendus : le premier est de la confondre avec l’ethnologie où toutes autres formes d’informations furent récoltées, le deuxième se cache dans l’obsession civilisatrice, lointain avatar de la Renaissance qui prit l’Antiquité comme modèle. Et de braves gens ont remonté cette histoire-là comme si c’était la même, comme si elle ne pouvait pas être autre chose, depuis les Celtes, les Danubiens jusqu’à Lascaux. Ces histoires sont fausses car fondées sur de toutes autres informations, l’approche chaotique du Moustérien le démontre, à mesure qu’on s’éloigne de Rome et de ses partisans au XVIe siècle. Les livres scolaires, les comédies, les BD ouvrent cette béance entre le rêve occidental de civilisations passées et méconnues et la réalité concrète de la nature humaine, dont l’infinie richesse s’oppose le plus souvent aux fausses notions de civilisations à l’Antique (sans parler de l’énorme gag de l’ADN fossile).

Le plus grand mérite de « Champ Grand » se situe dans l’humilité des auteurs devant l’immensité de la tâche. Pour moi, resté rebelle, c’est-à-dire libre, j’y admire son goût pour l’aventure. Ces auteurs ont compris qu’elle est là, à portée de doigts, mais qu’elle ne doit pas y être apportée, mais seulement découverte, dans une fascination respectueuse que ce livre possède tel un modèle, un phare aurait dit Diogène. Et on y sent encore, malgré l’audace timide, la réticence des auteurs pressentant le terrorisme des écoles « traditionnelles ». Pour moi, il s’agit d’un pas, encore timide, vers les mystères qui nous attendent et qui se dévoileront pudiquement à la seule condition qu’on ne les brusque pas par trop d’empressement, d’idées préconçues et qu’on laisse, comme ici, parler le site, plutôt que nos lointains instituteurs.

Marcel Otte, Professeur, Université de Liège, Belgique

pdfCPréhméd1*-2010_Slimak

Die Gletschermumie aus der Kupferzeit 2. La mummia dell’età del rame 2 — Angelika Fleckinger (dir.)

Neue Forschungsergebnisse zum Mann aus dem Eis – Nuove ricerche sull’Uomo venuto dal ghiaccio. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 3 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 3), 135 p. 26,50 € . ISBN : 3-85256-244-X / 88-86857-41-1 http://www.folioverlag.com

Le Musée Archéologique du Haut-Adige, à Bolzano, conserve et présente au public depuis 1998 la momie du glacier du Similaun –Ötzi ou Iceman– découverte et récupérée à plus de 3200 m d’altitude dans les Alpes de l’Ötztal en septembre 1991.

Presque vingt ans après sa découverte, cette momie est devenue non seulement une sorte d’icône pour la Préhistoire alpine, mais aussi un champ d’investigations scientifique complet (archéométrie, biologie humaine, biogéochimie isotopique, génétique des populations, etc.) sans équivalent dans le monde. Quatre volumes publiés par Springer verlag (le premier dès 1992), ainsi que des dizaines d’articles scientifiques font l’état d’une extraordinaire moisson de résultats. Outre la dispersion des données, il faut convenir que certaines méthodologies et certaines disciplines peuvent s’avérer opaques aux préhistoriens. Le Musée de Bolzano publie, dans le troisième volume de sa collection de monographies, le second volume d’études consacrées à la momie du glacier (1). L’ouvrage est élégant, d’une maquette agréable qui accueille une iconographie abondante en couleur. Douze articles rédigés en allemand, en anglais ainsi qu’un en italien, constituent la matière de ce volume de 135 pages. Notons que les articles sont dotés de deux résumés dans les langues différentes de celle du texte. Malheureusement, la rédaction des légendes des illustrations n’est pas multilingue. Nous ne détaillerons pas les articles un à un, mais on peut dresser un court inventaire thématique : archéométallurgie cristallographique de la hache de cuivre (Artioli et al.) ; archéologie expérimentale de la cape végétale (Barth) ; écologie et répartition géographique des mousses végétales en association avec la momie (Dickson) ; dispositif muséal de conservation de la momie (Egarter Vigl) ; interprétation archéologique du mobilier métallique de la momie (Gleirscher) ; analyse de la découverte de la flèche dans le corps de la momie (Gostner et Egarter Vigl) ; analyse archéologique des chaussures (Malhotra) ; indices de mobilité géographique et analyse isotopique (Müller, McCulloch, Fricke, Halliday) ; taphonomie récente de la momie dans le glacier (Oeggl) ; processus de momification décrit par l’ADN bactérien (Rollo) ; distribution corporelle des tatouages (Sjøvold) ; microbiologie des organismes saprophytes actifs sur le corps momifiée (Tiefenbrunner).

La plupart des contributions revêtent un intérêt qui concerne l’ensemble des néolithiciens, soit parce qu’elles délivrent des informations totalement nouvelles sur le Néolithique – le rapport à l’espace qu’entretient un individu du Néolithique au cours de son existence par exemple – soit parce qu’elle met en œuvre des méthodes rares ou nouvelles dont l’application à d’autres découverte est possible. Relevons quelques exemples qui ne couvrent pas l’ensemble des contributions rassemblées.

Les mousses végétales (bryophytes) sont des indicateurs écologiques précis que connaissent et exploitent les botanistes et les phytosociologues. Leur intérêt à déjà été utilisé en Préhistoire, par exemple pour cerner l’approvisionnement du matériau de calfatage des parois de maison sur le site de la station 3 de Chalain. L’étude présentée ici par J. H. Dickson, se fonde sur un relevé floristique actuel des mousses végétales du piémont alpin méridional. Ce relevé, comparé aux spécimens retrouvés sur la momie, permet de contribuer de manière originale à la reconnaissance des parcours effectués par Ötzi peu avant sa mort.

Un bilan de la découverte, abondamment évoquée, d’une armature de flèche au niveau de la ceinture scapulaire de la momie fait l’objet d’un article de huit pages (p. 57-64) illustré d’images tomographiques et photographiques. L’essentiel était déjà publié par les mêmes auteurs dans une revue à plus large diffusion (Gostner et Egarter Vigl 2002).

Les études isotopiques se multiplient depuis quelques années. L’étude présentée ici (Müller et al.) examine des sections fines réalisés sur les dents de la momie. Comparées à la géologie locale, ces analyses isotopiques (Plomb, Uranium, Strontium) autorisent une définition assez précise du territoire parcouru par cet individu. Mais loin de s’arrêter aux dernières années vécues par le sujet, la structure dentaire offre une approche biographique inédite – de l’enfance au décès – que l’on peut comparer aux résultats observés sur le squelette ou les intestins (p. 80-85).

Un court article (Oeggl, p. 91-100) établit un bilan intéressant de ce que l’on peut désigner comme les phénomènes post-dépositionnels qui se sont déroulés entre le décès d’Ötzi et sa prise dans la glace. Son séjour dans de l’eau liquide pendant plusieurs mois est à l’origine de phénomènes taphonomiques (momification) et archéologiques (démantèlement de l’équipement, déplacement des objets et de quelques éléments du corps) particuliers qui sont ici recensés et cartographiés.

Les tatouages d’Ötzi, qui ont fait l’objet de beaucoup de digressions, sont présentés d’une manière systématique avec une série de clichés infra-rouges. Il s’agit, à notre connaissance de la première présentation aussi exhaustive (Sjøvold).

Voici donc un rapide aperçu d’un volume élégant, utile – puisqu’il donne un aperçu de nombreuses recherches très spécialisées et d’accès difficile – pour un prix assez réduit.

Références citées :

  • Gostner P., Egarter Vigl E., – Report of radiological-forensic findings on the Iceman. Journal of Archaeological Science, 29, 3, p. 323-326.
  • Samadelli M. (ed.) 2006 : The Chalcolithic mummy. In search of immortality. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 4 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 4), 175 p.
  • Südtiroler Archäologiemuseum 1999 : Die Gletschermumie aus der Kupferzeit. Neue Forschungsberichte zum Mann aus dem Eis. Vienne/Bozen, Folio verlag/südtiroler archäologiemuseum, (Schriften des Südtitoler Archäologiemuseums, 1 / Collana del Museo Archeologico dell’alto Adige, 1), 125 p.

Notes :

(1) Nous ne présentons pas ici une recension des deux autres volumes publiés par le Musée de Bolzano. Le premier volume (Südtiroler Archäologiemuseum 1999) est constitué des actes d’un colloque qui s’est tenu au moment de l’inauguration du Musée. Il nous semble aujourd’hui obsolète. Le troisième volume (Samadelli 2006) est consacré principalement à la description du dispositif unique au monde de conservation de la momie. Il ne nous apparaît pas utile de le commenter ici.

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence

pdfCPréhméd1*-2010_Fleckinger(2)

L’Homme et la Mort. L’émergence du geste funéraire durant la Préhistoire — Anne Marie Tillier

Paris, CNRS Editions 2009, 185 p., 12 € (Coll. Le Passé recomposé ) — 978-2-271-06878-1

Situer dans le temps et dans l’espace la prise de conscience de la mort par les hommes de la Préhistoire constitue la question centrale de cet ouvrage.  La première partie pose les bases de la réflexion (typologie, principe de l’archéologie de la mort). La seconde commence par la description des premiers témoignages fiables de sépultures en les replaçant dans leur contexte archéologique et chronologique, les chapitres suivants sont consacrés aux regroupements de défunts dans la même tombe ou dans le même lieu, au mobilier associé aux morts, aux manipulations d’ossements.

Dès l’introduction, l’auteur rappelle, que les indices témoignant d’une  conscience de la mort ne sont accessibles que par la mise en évidence d’une attention particulière portée aux morts, témoignant de l’existence d’une idéologie funéraire. Il  est donc curieux que la définition de la sépulture (J.Leclerc et J.Tarrête,1988) apparaisse dans le chapitre 4, et qu’elle ne fasse l’objet d’aucun commentaire alors qu’elle a été discutée à plusieurs reprises. B. Boulestin et H. Duday (2005) ont montré que cette notion est loin d’être clairement définie lorsqu’il s’agit de vestiges archéologiques. Ce concept mérite une place première, en amont de la réflexion. On regrette également que le mobilier découvert dans les tombes paléolithiques soit présenté dans le chapitre 6, alors que ce paramètre fait partie intégrante des gestes funéraires ou commémoratifs et contribue à la mise en évidence d’une idéologie funéraire.

 

Dans le premier chapitre, l’auteur présente une typologie des gestes : traitement du cadavre (inhumation, crémation, anthropophagie), manipulations de restes osseux hors du temps funéraire (ossuaire) et phénomènes sociaux particuliers (mort d’accompagnement, sépulture secondaires souvent liés à un culte des ancêtres). Les gestes funéraires stricto-sensu et ceux intervenant bien après les funérailles, la restitution du geste et son interprétation sont présentés sur un même plan ; la distinction entre sphères descriptive et interprétative aurait nourri les bases de la réflexion. En effet, si la présentation des plus anciennes « inhumations volontaires » et la démonstration qu’il s’agit de sépultures est convaincante, le dernier volet de l’ouvrage, énumérant les vestiges osseux qui ne sont pas liés à des inhumations primaires l’est moins. Y sont abordés les témoignages de prélèvements d’ossements, de squelettes partiels, de décarnisation et de crémation ;  ils apportent peu à la démonstration puisque l’interprétation des gestes (n’intervenant pas, d’ailleurs, au même moment du temps funéraire) reste imprécise.

L’auteur présente avec justesse et clarté la genèse et le développement de l’archéothanatologie. L’étude des restes osseux sortis du cadre archéologique a longtemps été le mode de fonctionnement des anthropologues qu’ils travaillent sur des populations pléistocènes ou holocènes. Les restes humains sont considérés dans une perspective archéologique et font l’objet d’enregistrements détaillés dès la fouille depuis peu de temps. Auparavant, les restes osseux étaient écartés de l’analyse des tombes alors qu’ils en sont l’élément clé. Ils sont désormais au centre du discours de l’Archéologie de la Mort.

Le chapitre consacré au rassemblement des défunts traite également de l’apparition des sépultures multiples considérées comme une attitude nouvelle face au défunt. Pourtant, le témoignage le plus ancien de ce type de tombe est contemporain des premières sépultures individuelles, sur le site de Qafzeh au Proche Orient (environ 90 000 avant notre ère). Discuter du regroupement d’inhumations individuelles dans un espace collectif et des sépultures dans lesquelles plusieurs individus sont inhumés simultanément dans un même chapitre n’est pas habituel. Leur mise en place n’obéit pas aux mêmes types de contraintes et/ou de motivation. Dans le premier cas, les défunts sont liés dans la mort, leur dépouille repose dans un espace circonscrit et à vocation funéraire, dans l’autre, ils sont liés par la mort (cause du décès commune ou mort d’accompagnement). De plus, il est curieux (mais il s’agit probablement de contraintes éditoriales) que ne soit pas fait référence aux deux articles récents sur la question des tombes multiples parus dans les bulletins de la Société Préhistorique Française (Chambon et Leclerc 2007 ; Boulestin 2008). Même si ces deux travaux se basent sur des ensembles funéraires néolithiques, ils mettent la focale sur la façon dont l’interprétation des sépultures multiples doit être abordée.

Cet ouvrage appréhende l’émergence du geste funéraire dans le temps et l’espace, la variété des gestes décrits offre un potentiel de discussion sur l’homme préhistorique et ses morts qui a été effleuré. Pourtant, comme l’écrit l’auteur dès l’introduction, les gestes liés aux défunts renseignent sur l’organisation de la société des vivants. C’est, à mon sens, tout l’intérêt de l’archéologie de la mort, mais pour se faire, on ne peut se couper des références de l’anthropologie sociale. Avec justesse, l’auteur met en garde à plusieurs reprises sur l’utilisation de l’ethnologie pour interpréter le geste lié au cadavre et à la manipulation des restes osseux. Toutefois un recours raisonné à l’anthropologie sociale permet de cerner le champ du possible. Si on considère que la pensée qui induit le geste est inaccessible, nous ne pourrons dépasser l’étape descriptive ; dès lors la question est posée, « pourquoi entreprenons-nous des fouilles (Gallay, 2010)? »

  • Boulestin B., Duday H., 2005 — Ethnologie et archéologie de la mort : de l’illusion des références à l’emploi d’un vocabulaire, in Mordant C., Depierre G. (dir.) — Les pratiques funéraires de l’Age du Bronze en France, Paris, CTHS, p.17-35.
  • Boulestin B. 2008 — Pourquoi mourir ensemble ? A propos des tombes multiples dans le Néolithique français, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 105, p.103-130.
  • Chambon P., Leclerc J. 2007 — Les tombes multiples dans le Néolithique français : aléa statistique ou pratique institutionnalisée ?, Bulletins et Mémoires de la Société Préhistorique Française, 104, p. 289-306.
  • Gallay A., 2010 — Archéologie funéraire préhistorique et anthropologie sociale : une collaboration possible ? in Baray L., Boulestin B. (dir.) — Morts anormaux et sépultures bizarres, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, p. 5-11.
  • Leclerc J., Tarrête J., 1988 — Sépulture, in Leroi-Gourhan A. (dir.), Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses Universitaires de France, p. 963-964.

Aurore Schmitt – UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France, e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr

pdfCPréhméd1*-2010_Tillier

Breaking Ground: Pioneering Women Archaeologists – Getzel M. Cohen (dir.), Martha Sharp Joukowsky (dir.)

The University of Michigan Press, 2007, 616 pages, 0-472-03174-0/978-0472031740, 90$

Parmi les nombreux livres, plus ou moins polémiques, et souvent plus théoriques qu’historiographiques consacrés à la place des femmes en archéologie, ce copieux ouvrage de plus de 600 pages tient une place à part.

Le texte de cet ouvrage collectif est constitué de douze chapitres biographiques, précédés et suivis d’une introduction et d’une conclusion des auteurs. Ce sont donc douze femmes pionnières en archéologie, dont le parcours est retracé (J. Delafoy, E. B. Van Deman, M. A. Murray, G. L. Bell, H. Boyd Hawes, E. Howard Hall Dohan, H. Goldman, G. Caton-Thompson, D. A. E. Garrod, W. Lamb, T. B. Goell, K. Kenyon). L’intérêt principal de ce livre tient au contenu des chapitres qui mêle l’origine – souvent privilégiée voire aristocratique de ces personnes – et leur parcours personnel, aux pratiques de terrain et à l’évolution de la discipline. Il ne s’agit pas d’une histoire des concepts ou de l’évolution de la discipline, peu de chose en commun avec les travaux de B. Trigger, N. Richard, A. Schnapp ou N. Coye. Il ne s’agit pas non plus d’une histoire des femmes comme ont pu l’écrire M. Perrot ou d’autres. Il s’agit encore moins d’une évocation littéraire comme en écrit T. Chevalier, bien que les vies de certaines archéologues présentées recèlent un potentiel romanesque et narratif indéniable.

Cet entrelacement des parcours académiques et des successions des problématiques archéologiques entre 1860 et 1950 est particulièrement intéressant et novateur. Il situe carrières et publications dans des débats précis dont nous avons perdu la logique d’apparition, de cristallisation, et la saveur polémique parfois forte dans un discours qui s’apparente à une histoire sociale des sciences. Précisons que chaque chapitre est doté d’un appareil critique assez riche comprenant des notes et une bibliographie succincte des femmes évoquées. Un cahier central reproduit des photographies parfois étonnantes.

Ce qui est frappant dans l’évocation des carrières des douze femmes présentées est la place tenue par la Préhistoire et la Méditerranée. Le monde méditerranéen est un horizon culturel pour ces femmes issues des milieux privilégiées d’Europe occidentale. Culture classique et biblique, au cours de l’apogée de la Grande Bretagne victorienne ou de l’entre-deux guerres, la Méditerranée est pour elles une évidence, un non-dit, un terrain archéologique qui va de soi. Quant à la Préhistoire, discipline misogyne et androcentrique s’il en est, c’est un trait plus surprenant. Les chapitres consacrés à D. A. E. Garrod et K. Kenyon sont incontournables (deux ouvrages biographiques ont d’ailleurs été consacrés respectivement à la première professeure à « oxbridge » ainsi qu’à la directrice des fouilles de Jéricho). Mais on consultera aussi avec intérêt la biographie de M. A. Murray, élève et collaboratrice de W. M. Flinders Petrie, véritable fondateur des études sur la période prédynastique égyptienne ou encore H. Boyd Hawes et sa contribution à l’archéologie mycénienne.

Ajoutons, pour information, l’existence d’un site web prolongeant nos connaissances sur  les biographies d’autres femmes archéologues  http://www.brown.edu/Research/Breaking_Ground/

Arrêtons nous ici. Il s’agit à l’évidence d’un ouvrage riche et finalement assez inattendu.

pdfCPréhméd1*-2010_Cohen&Joukowsky

Maxence Bailly – Maître de Conférence, LAMPEA – UMR 6636 – Université de Provence, Aix-en-Provence