La longue durée de l’Art rupestre au Sahara, questions et enjeux : l’exemple d’Azrou Klane (Sud Maroc, région de Guelmin) — Gwenola Graff, Romain Simenel & Maxence Bailly

Description du site

Au sud-ouest du Maroc, entre Guelmim et la vallée du Drâa (fig. 1), la dalle d’Azrou Klane est située au fond d’un oued asséché, du nom de Elmatboaa. Dans un relief structural, cet oued orthoclinal entaille un plissement probablement anticlinal et déroule son cours entre deux écailles de grès silicifié qui affleurent à cet endroit. Contituant l’extrados d’une de ces écailles, la dalle de grès brun mesure 140 m. de long sur 20 m. de large (fig. 2). Elle est couverte de plusieurs milliers de gravures de la préhistoire récente à nos jours (fig. 3). Et c’est là ce qui lui vaut son nom de « pierre tatouée » (Azrou Klane). La dalle étudiée est la principale concentration au sein d’une continuité de sites qui s’étend sur presque un kilomètre.

figure-1_final_Web

figure-2_Web

2. Vue générale de la dalle gravée dans le paysage

figure-3_Web

3. Détail de la dalle gravée

 

 

 

 

 

 

 

On y trouvera des gravures de style dit bovidien[1] (jamais observées sur le site avant nos campagnes de travaux), de style amazighe ou libyco-berbère, de la période moderne et contemporaine. Le site témoigne d’une longévité exceptionnelle de la pratique de gravure qui suscite l’ambition scientifique d’en appréhender toute la profondeur chronologique, sans négliger jusqu’aux expressions les plus récentes.

Azrou Klane est situé au sein d’une aire pastorale entre la tribu arabophone des Aït Oussa et celle berbérophone des Aït Brahim. Durant l’été, la dalle est toujours un lieu de campement et de réunion annuelle des fractions de la tribu sahraouie des Aït Oussa.

Historique des recherches

Le site est connu depuis longtemps. Il est possible qu’il soit l’un des premiers sites rupestres signalés au Maroc (RODRIGUE 2007: 93). Il a été mentionné pour la première fois par le Rabbin Mardochée en 1875. C’est lui qui donne ce nom d’Azrou Klane au site (DUVEYRIER 1875). Quelques publications en font mention (MONTEIL 1940; MAUNY 1954). Toutefois, en dépit de sa richesse et de sa diversité, il n’avait encore jamais fait l’objet d’une étude exhaustive. Seules les gravures médiévales, surtout celle représentant probablement un voilier (MARTINET 1996) et les figures anthropomorphes (RODRIGUE 2007) ont attiré l’attention. Il semble en particulier que les gravures les plus anciennes, de style dit bovidien, difficiles à distinguer du fait de leur complète patine et de la surimposition des motifs, soient passées totalement inaperçues jusqu’à maintenant.

Méthodologie

Trois campagnes de relevé ont déjà eu lieu, en avril 2013, mars 2014 et novembre 2015[2]. Le relevé exhaustif de la dalle est en voie d’achèvement. Une dernière campagne est prévue pour novembre 2016. Les travaux comprennent un relevé topographique complet en trois dimensions de la dalle avec un maillage fin effectué grâce à un GPS différentiel. Ce relevé a permis de constituer un Modèle Numérique de Terrain de la dalle. Le MNT doit ensuite être drapé par une couverture photographique numérique à haute résolution. Outre le fait de constituer une archive complète pérenne, il sert de base à un relevé par dessin vectoriel, permettant de visualiser le décor de la dalle, soit dans son intégralité, soit par phases stylistiques (bovidien, libyco-amazighe, contemporain..), soit par type de décor (emplacement des cavaliers, des bovins, des armes…). Ceci aboutira au final aussi bien à une vision exhaustive qu’à une appréhension de la propagation des gravures sur la roche (fig. 4). L’ensemble de ces procédures permet d’apprécier le travail qui conduit de l’enregistrement à l’interprétation.

figure-4_carré050_Web

4 . Exemple de relevé numérique : le carré 050

Pour effectuer ce relevé, un carroyage complet de la dalle en unités de relevé est nécessaire. Chaque point ainsi délimité est numéroté. Une couverture photographique de chaque unité a été faite, tandis que des croquis d’ensemble et de détail étaient dessinés carré par carré. Environ 4 000 clichés de la dalle ont ainsi été pris. Ils servent, dans une phase post-terrain de plusieurs mois, à la réalisation de dessins numériques, réalisés carré par carré, et ensuite réassemblés sur la nappe de points du Modèle Numérique issu du relevé topographique.

Les visites virtuelles 360°, les photographies gigapixel et les montages numériques street view effectués sur ce site ont été présentés lors de colloques internationaux. Une valorisation en ligne, une monographie et des projets muséographiques sont envisagés.

La chronologie du rupestre sur le site d’Azrou Klane

Quatre phases stylistiques au moins peuvent être identifiées sur la dalle. Elles donnent lieu à de très nombreuses superpositions de gravures qui permettent d’établir une chronologie relative. Le problème majeur de l’art rupestre saharien reste la difficulté à le dater. Seules des circonstances et des configurations très particulières permettent exceptionnellement de pouvoir obtenir des datations radiométriques. Ces configurations ne se sont pas encore rencontrées dans l’art rupestre marocain dont la chronologie reste totalement flottante.

Le style le plus ancien présent sur la dalle est celui qualifié de Bovidien en référence à ce style très connu au Sahara Central. On estime qu’il remonterait à la fin de la Préhistoire, entre 3 000 et 1 000 av. J.-C.

Une phase moyenne correspond à l’étage dit amazighe ou libyco-berbère. Il correspondrait approximativement à la période médiévale, entre 500 et 1 500 ap. J.-C.

Leur succèdent une phase moderne puis contemporaine. Des gravures ont été ajoutées entre les différentes campagnes de relevé de la dalle, montrant son caractère toujours évolutif.

Gravures contemporaines

Les gravures contemporaines et sub-contemporaines sont très variées et il est difficile d’en dresser une classification. On peut tout du moins déjà distinguer quatre grands types de gravures récentes : les signes (croix, fer à cheval, étoile…), les objets ou parties du corps (sandale, serrure, clef, empreinte de pied ou de main, voiture…), les scènes dessinées (comme celle d’un mariage), et les écritures (principalement en arabe). Parmi les signes, on relève la présence de dessins représentant les marques au fer rouge faites au cou ou à la cuisse des dromadaires par chacune des tribus nomades de la région. Une lettre arabe ou une croix, avec ou sans point, en haut ou en bas, une patte d’oiseau, toutes ces marques de bétail ont valeur de signifiant pour chaque tribu. Concernant les inscriptions récentes en arabe, mais aussi berbère ou français, certaines se résument à un simple prénom daté, d’autres à une citation du coran mais toujours non signé, et une partie qui reste incompréhensible.

Analyse des superpositions

De prime abord, on pourrait imaginer que tout cet amoncèlement de gravures accumulé de manière plus ou moins continue depuis des siècles et des siècles n’a aucun sens, ni logique. En sélectionnant certains carrés de la dalle particulièrement riches en superpositions, il fut possible de révéler les efforts de continuités graphiques. Ici, le dos d’un quadrupède bovidien sert de ligne de sol à un cavalier libyco-berbère (carré 843), là des chevaux libyco-berbères se voient ajouter une queue par une main contemporaine (carré 881). Parfois, un ensemble de gravures témoigne d’une recomposition graphique sur presque l’ensemble des périodes jusqu’à nos jours. Par exemple, le bas du corps d’une autruche du bovidien a servi dans une période sub-contemporaine à dessiner une empreinte de pied, à côté de laquelle une autruche a été ajoutée récemment avec une inscription arabe « Au nom de Dieu le Miséricordieux » (carré 050).

Perspectives théoriques

A – D’un point de vue archéologique, ce site présente plusieurs niveaux d’intérêt; tout d’abord il a permis d’élaborer et de mettre au point des méthodologies nouvelles d’enregistrement exhaustif et sans contact d’un ensemble d’art rupestre très isolé et difficile d’atteinte, tout en envisageant sa valorisation virtuelle, c’est-à-dire sans impact touristique sur place. Il présente également l’originalité de faire un inventaire complet du site, sans hiérarchisation entre les périodes et les styles. Grâce au relevé complet, les dynamiques de diffusion des gravures sur le site pourront être étudiées, style par style ou de manière générale. Un des intérêts majeurs de ce site est de voir comment les graveurs s’approprient l’espace en fonction des gravures déjà présentes, les intègrent dans leurs compositions et/ou les réinterprètent. L’enjeu sémiologique est aussi de taille. Les signes et les thèmes gravés montrent une transformation notable au cours du temps. La caractérisation des grandes phases successives de l’expression rupestre, repérées par la présence de marqueurs graphiques pertinents (thèmes, styles), est un exercice incontournable.

B – D’un point de vue anthropologique, l’enjeu scientifique réside dans l’analyse des fondements cognitifs et culturels de la continuité graphique et de la recomposition artistique sur le temps long à partir de la production rupestre saharienne. L’intérêt des sites où la production rupestre a perduré sur de longues périodes, parfois jusqu’à aujourd’hui, est qu’ils permettent de mettre en évidence les processus de continuité, rupture, transformation de l’expression rupestre. Sur toute cette profondeur historique, il s’agit toujours de choix délibérés des hommes, femmes ou enfants de recouper, d’éviter, d’effacer et de réinterpréter les gravures antérieures. Chaque nouvelle phase d’expression rupestre s’inscrit de manière spécifique (continuité, rupture, transformation) par rapport aux phases qui l’ont précédé. Les relations entre les périodes stylistiques successives sont essentielles à caractériser. Les accumulations de gravures qui concentrent et superposent dans un même site plusieurs strates d’images gravées à différentes époques, constituent un objet privilégié dans ce cadre. Ils permettent de documenter l’évolution des pratiques artistiques sur le temps long, mais aussi les relations entre les différentes périodes d’expression rupestre. Ils facilitent surtout la compréhension des logiques de composition et de superposition dans la diachronie : pourquoi un enfant d’une tribu sahraouie décide-t-il de prendre la gravure d’un poignard de l’âge du bronze comme support pour graver un hélicoptère ? Son choix relève-t-il d’une influence culturelle et technique, d’une motivation classificatoire, d’une inspiration figurative, d’une contagion des idées, d’un mélange conceptuel, ou encore d’une quelconque intentionnalité à l’égard de l’auteur du dessin qu’il s’apprête à compléter ? Ce sont là des questions qui se reposent à l’anthropologie, et qui pourraient permettre de mieux comprendre les processus cognitifs et motivations culturelles qui sont sollicités dans l’association de représentations graphiques sur un même support rocheux à des intervalles de temps variables. Entre la structure du geste et de la pensée, la théorie de l’esprit ou l’esprit de l’art, l’hélicoptère de l’enfant graveur interroge les fondements de la continuité de la production iconographique humaine.

C – D’un point de vue patrimonial, l’exemple d’Azrou Klane nous montre que la patrimonialisation de l’art rupestre saharien ne semble pouvoir être assurée qu’en prenant en compte l’engagement culturel dont témoignent les populations locales envers ces sites, paramètre souvent négligé pour interroger leur permanence : les représentations sociales liées à l’art rupestre, les rituels s’y déroulant, les traditions orales les interprétant, les pratiques agropastorales et le rapport au territoire (fig. 5). L’enjeu majeur est de comprendre et traduire les perceptions locales des compositions graphiques. Pour ce faire, il s’agit de croiser l’étude des signes graphiques avec une analyse des discours et inférences des populations locales à leur propos. Les gravures sont une des formes d’expression qui a permis aux groupes et aux générations de se signifier leurs différences, et ce jusqu’à aujourd’hui comme en témoigne la présence sur la dalle d’Azrou Klane des marques de troupeaux propres à chaque tribu. Ainsi, l’accumulation des gravures est une accumulation de schémas cognitifs de représentation de soi et de l’autre, de rapports à l’environnement et de schèmes culturels d’interprétation qui n’ont cessé de s’influencer et d’évoluer en concomitance.

figure-5_Web

5. Azrou Klane : un enjeu patrimonial

L’analyse des politiques et processus de patrimonialisation de l’art rupestre actuellement mis en œuvre et des jeux d’acteurs qu’ils suscitent révèle le fossé qui existe au niveau des représentations et des perceptions autour des images et des paysages rupestres, entre les experts et décideurs d’un côté, et les populations locales de l’autre. La prise en compte de la continuité graphique dans l’art rupestre marocain est un argument majeur pour alimenter le débat sur la place réservée aux populations locales dans la patrimonialisation et la valorisation touristique du territoire, les modalités de gouvernance des sites rupestres.

Références bibliographiques

Duveyrier 1875 : DUVEYRIER H., De Mogador au Djebel Tabayoudt, par le Rabbin Mardochée Abi Serour, résumé du journal de voyage. Bulletin de la Société de Géographie, 6ème série, X, juillet-décembre 1875, p. 561-573.
Le Quellec 2013 : LE QUELLEC J.-L., Périodisation et chronologie des images rupestres du Sahara central. Préhistoires Méditerranéennes, 4, 2013 (consulté en ligne le 10 juillet 2016).
Martinet 1996 : MARTINET G., Le voilier du site d’Azrou Klane (« La pierre tatouée) (Sud marocain). Bulletin de la société d’études et de recherches préhistoriques, les Eyzies, 45 : p. 83-97.
Mauny 1954 : MAUNY R., Gravures, peintures et inscriptions rupestres de l’Ouest africain. Dakar, Institut français d’Afrique Noire, 91 p. (Initiations Africaines).
Monteil 1940 : MONTEIL V. Les pierres tatouées du Sud-Ouest marocain. Revues d’Etudes Islamiques, Cahier I: p. 1-26.
Rodrigue 2007 : RODRIGUE A., Les représentations anthropomorphes d’Azrou Klan (Maroc). Bulletin de la société d’études et de recherches préhistoriques, les Eyzies, 56 : p. 93-99

[1] Pour une présentation synthétique du débat chronologique, on se reportera à Le Quellec 2013.

[2] Les travaux archéologiques ont lieu sous l’égide de la Direction du Patrimoine Culturel du Maroc, relayé localement par le Centre National du Patrimoine Rupestre. La mission est dirigée par G. Graff (Inst. de Rech. pour le Développement), avec M. Bailly (Aix-Marseille Université) comme directeur adjoint. Les deux premières missions ont été financées conjointement par l’IRD et AMU (UMR 7269 LAMPEA) ; pour la troisième mission, une contribution a été octroyée par le projet Géopark, géré le Museum National d’Histoire Naturelle, qui complétait les budgets IRD et AMU. Le volet anthropologique est mené par R. Simenel, sur financement IRD.
–––––––––––––––––––––––––––––

Gwenola Graff – UMR 208 Patrimoines LOCaux, Muséum National d’Histoire Naturelle – Institut de Recherche pour le Développement, 43, rue Buffon, 75005 PARIS – gwenola.graff@ird.fr
Romain Simenel – UMR 208 Patrimoines LOCaux, Muséum National d’Histoire Naturelle – Institut de Recherche pour le Développement, 43, rue Buffon, 75005 PARIS – romain.simenel@ird.fr
Maxence Bailly – LaMPEA UMR 7269 – Aix-Marseille Université-CNRS-MCC, Maison Méditerranénne des Sciences de l’Homme – B.P. 647, 5, rue du Château de l’Horloge, 13094 AIX-EN-PROVENCE CEDEX 2 – maxence.bailly@univ-amu.fr


Une réflexion au sujet de « La longue durée de l’Art rupestre au Sahara, questions et enjeux : l’exemple d’Azrou Klane (Sud Maroc, région de Guelmin) — Gwenola Graff, Romain Simenel & Maxence Bailly »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *