Shillourokambos. Un établissement néolithique pré-céramique à Chypre. Les fouilles du secteur 1 — Jean Guilaine, François Briois & Jean-Denis Vigne (dir.)

30 mai 2012
Par

Errance, Archéologie aujourd’hui, Paris, 2011, 1248 p. (21 x 28), coédition Ecole Française d’Athènes, 49,70€ — 978-2-87772-437-1

Plus que jamais, l’étude de la Néolithisation au Proche-Orient est en plein bouleversement. La compréhension de la césure majeure de l’histoire de l’humanité, c’est-à-dire le passage au Néolithique par la domestication d’espèces animales et végétales, dont le Proche-Orient est le plus ancien foyer mondial, est plus que jamais l’enjeu d’études complexes réalisées par des équipes internationales en provenance des plus grands centres de recherche scientifique. La multiplication des terrains, en dépit des aléas géopolitiques, ainsi que l’extraordinaire renouvellement méthodologique des vingt dernières années portent leurs fruits. Les données sont multipliées, de toutes natures, et il est bien difficile d’en tirer un bilan à jour tellement les publications se suivent à un rythme soutenu (Watkins 2010 ; Zeder 2011).

Il est nécessaire d’insister sur ce point. Depuis la publication de l’ouvrage de J. Cauvin en 1994, largement laissé de côté par les chercheurs anglo-saxons en dépit d’une traduction en langue anglaise en 2002, et même depuis la publication des actes du colloque de Nicosie en 2001 (Guilaine & Le Brun 2003), c’est un tout autre panorama qui s’offre à nous, enrichi, étoffé, orienté sur de nouveaux axes. Pour dresser un état des lieux à grands traits, l’étude de cette question cruciale de l’émergence du Néolithique doit désormais tenir compte de l’existence ancienne, c’est-à-dire paléolithique, de villages architecturés où le traitement des céréales sauvages apparaît intensif (Weiss et al. 2008 ; Maher et al. 2012). Elle doit aussi tenir compte de l’existence de complexes cérémoniels, où dominent les activités « politico-religieuses » (Godelier 2007) qui se manifestent donc par la réalisation de monuments mégalithiques par des sociétés de chasseurs-cueilleurs : le site de Göbekli Tepe dans le sud-est de la Turquie livre une dizaine de structures cérémonielles circulaires ou quadrangulaires, à ciel ouvert, où de nombreux piliers mégalithiques (jusqu’à 5,5 m de hauteur) portent une série de représentations codifiées (Schmidt 2010). L’iconographie des piliers de Göbekli Tepe n’est pas isolée et participe d’une communauté de représentations, d’un bestiaire qui s’étend au moyen Euphrate et semble inclure également les sites chypriotes (Helmer et al. 2004). Du côté de l’archéozoologie, la perception de la domestication des ongulés a été largement précisée grâce à l’analyse très fine d’une courte série de gisements dans la Haute vallée de l’Euphrate (Vigne et al. 2005 ; Zeder 2008 ; Vigne 2011). Enfin l’agriculture elle-même semble être issue d’un processus plus complexe et épars qu’on ne le supposait jusqu’ici (Fuller et al. 2011 ; Willcox & Stordeur 2012) remontant au tout début de l’Holocène, et plongeant ses racines dans la diversité des comportements de collecte attestés au Tardiglaciaire (Colledge & Connoly 2010).

Dans ce panorama considérablement complexifié, les données chypriotes participent pleinement de la compréhension du processus. En effet, jusqu’au début des années 2000, la colonisation néolithique de Chypre était perçue comme un phénomène consécutif aux innovations de la moyenne et haute vallée de l’Euphrate et on a pu évoquer, jusqu’en 2005, l’existence d’un « hiatus PPNA » (Guilaine & Briois 2005) dans les données chypriotes. Ce vide est désormais comblé, et pas seulement par Shillourokambos. Ces données nouvelles, en provenance parfois de sites très originaux témoignent de l’intégration de Chypre à la dynamique initiale de la néolithisation (Peltenburg 2004). C’est le cas pour la domestication des ongulés avec le site de Akrotiri Aetokremnos (Vigne et al. 2011), mais aussi pour les céréales avec le gisement de ‘Ais Yiorkis (Lucas et al. 2012).

Le premier tome de la monographie consacrée au gisement de Shillourokambos que nous commentons aujourd’hui paraît dans ce contexte extrêmement dynamique. Ses qualités lui confèrent d’ores et déjà le statut de publication de référence, et ceci pour plusieurs raisons évidentes. En premier lieu, parce que les monographies de gisements demeurent très rares[1]. Loin des travaux collectifs monographiques de grande ampleur, de nombreux gisements sont connus uniquement par des articles restreints, voire préliminaires. En second lieu, parce qu’il s’agit d’un gisement de plein air polyphasé et stratifié ; ce qui permet de détailler les évolutions chronologiques et les aménagements en dehors d’une occupation de type abri-sous-roche (et des problèmes sédimento-stratigraphiques associés à ce type de gisement en Méditerranée). En troisième lieu, parce que cet ouvrage détaille une fouille extensive (4000 m2 décapés), et que les données de terrain permettent d’aborder l’organisation interne d’un habitat du tout début du Néolithique, ce qui n’est pas si commun.

Il paraît difficile de détailler les 48 chapitres de cet ouvrage relié de grand format, imprimé en double colonnage et doté de 1248 pages ! La maquette est élégante, les illustrations très nombreuses – dont une bonne partie en couleur – et, malgré sa masse, l’ouvrage se consulte aisément. On soulignera par exemple la qualité des planches d’outillage lithique taillé et des photos de remontage. En revanche, on demeure plus réservé à propos des trames informatiques utilisées pour l’outillage lithique non taillé et pour la vaisselle de pierre. Bien sûr, un index thématique aurait été bienvenu, mais il est probable que les auteurs ont renoncé devant la complexité de la tâche. En revanche, il est dommage de ne pas disposer d’une liste générale des illustrations, d’autant que la numérotation n’est pas continue mais recommence à chaque chapitre.

Cinq parties composent l’ouvrage. Une partie introductive (contexte, géomorphologie et sitologie, historique des travaux, méthodologie de terrain) et une partie de comparaisons et de synthèses encadrent trois parties principales : 1/les données de terrain (p. 41-517), 2/la périodisation (p. 521-586), 3/les données de l’économie et de l’exploitation du milieu (p. 589-1157). Une impression de complexité en compulsant le livre provient du fait que l’on revient plusieurs fois sur les mêmes questions. Mais cette première impression de redondance est fausse. La séparation entre présentation des données et analyses est d’ailleurs la meilleure possible.

Une des originalités de l’ouvrage est de présenter de manière détaillée dans la première partie toutes les données de terrain. Dépôts stratifiés, poteaux, tranchées d’enclos, murs, foyers, fosses, silos et maison ainsi que les huit puits sont décrits, conjointement au mobilier archéologique qu’ils contiennent. Ainsi une bonne partie de l’analyse spatiale est présentée au début de l’ouvrage. Ceci permet de juger du potentiel du site et de suivre la constitution des corpus étudiés en fin d’ouvrage. Le chapitre 11 (p. 235-333) retient particulièrement l’attention. Consacré aux huit puits présents sur le site, ce chapitre décrit une bonne partie des stratigraphies observées sur le site et attire l’attention sur les contraintes hydriques qu’impose le climat méditerranéen aux populations qui ont fait le choix de l’agriculture et de l’élevage. On remarquera qu’il n’est pas fait mention de tests pour la recherche des pollens, des diatomées ou des parasites dans ces remplissages profonds et probablement hydromorphes[2]

La deuxième partie est consacrée à la périodisation des données de fouilles. Les données abondantes de la stratigraphie sont d’abord examinées et un schéma des relations stratigraphiques est proposé (p. 524). Ce sont ensuite les données de l’industrie lithique taillée, du macro-outillage lithique et de la faune qui sont examinées pour leur potentiel de diagnose chronologique. En ce qui concerne l’industrie lithique taillée, on remarquera que les données prises en compte par F. Briois relèvent de la nature pétrographique des matières premières utilisées pour l’approvisionnement et de quelques observations technologiques (p. 529-530). Les données typologiques ne sont pas mobilisées (p. 530). L’étude consacrée au macro-outillage est particulièrement originale. T. Perrin met à profit la richesse et la diversité du mobilier retrouvé pour tenter une approche ambitieuse. En effet, comme l’auteur le souligne lui-même (p. 531), une idée reçue et partagée considère ce type de mobilier comme particulièrement stable et peu enclin à saisir une évolution chrono-typologique ; la typologie de ce type d’artefact est en soi un problème puisque la forme évolue avec l’intensité de l’utilisation et la fréquence des réutilisations. Mais avec un corpus de plus de 2000 pièces, une lecture technologique couplée à un traitement statistique complexe (Analyse Factorielle des Correspondances) autorise des résultats originaux (p. 537-538). Les données de la faune sont examinées en terme d’évolution chronologique par J.-D. Vigne dans un chapitre long et complexe qu’il est difficile de résumer en quelques lignes, d’autant que des questions méthodologiques y sont traitées (p. 539-543). L’analyse est fondée sur une Analyse Factorielle des Correspondances réalisée en prenant en compte 45 assemblages fauniques totalisant 5535 restes déterminés (p. 548-549). C’est une dynamique complexe entre bovins, suinés, caprinés et cervidés (Dama mesopotamica) qui est ici mise en évidence et corrélée à la chronologie générale du site (p. 571-573). L’introduction des cervidés à la fin de la phase ancienne est un fait important tout autant que l’augmentation progressive des caprinés, ce qui constitue la seconde évolution majeure sur le site. D’une manière assez rare, « la forte structuration chronologique des spectres fauniques de Shillourokambos apparaît ainsi comme une caractéristique propre du site » (p. 573).

Le chapitre 21 est consacré aux datations radiocarbone réalisées sur le site. Et ce chapitre contraste fortement en regard du chapitre précédent étayé par un grand nombre de considérations méthodologiques. Il y a manifestement deux problèmes. Tout d’abord, les 37 datations sont présentées suivant leur origine topographique et stratigraphique mais aucune information n’est fournie sur l’échantillon daté (charbon, os, graine, etc.), ni sur les caractéristiques de la mesure (ratio C/N pour les mesures sur le collagène de l’os par exemple). La courbe de calibration utilisée n’est pas plus mentionnée ni les probabilités associées à chaque segment de calibration. Certaines dates font l’objet d’un jugement, voire d’une relégation. Deuxièmement, il est regrettable que ces nombreuses datations issues d’un gisement majeur et riche en données stratigraphiques n’aient pas fait l’objet d’une analyse chrono-stratigraphiques telles que le permettent aujourd’hui les logiciels de traitement bayésien des données chronométriques (voir par exemple l’étude sur le monument mégalithique de la Table des marchands, Cassen et al. 2009). Il y a là plus qu’une déception.

Le contenu de la troisième partie est moins homogène, puisque l’étude de l’exploitation du milieu et la culture matérielle y sont rassemblées. En dresser la synthèse est à la fois une gageure et un travail par trop réducteur. C’est d’abord le paysage immédiat qui est présenté par l’examen des données anthracologiques et carpologiques (notons l’amidonnier et l’orge attestés, l’engrain probable, p. 602). C’est ensuite l’architecture qui est présentée depuis le matériau de construction jusqu’à un essai de restitution des maisons et des enclos. Puis suivent huit chapitres consacrés à la culture matérielle réalisée en matériaux minéraux (p. 663-806). Une part importante est consacrée à l’obsidienne taillée. La provenance du matériau est confirmée : il s’agit du volcan du Göllü Dag, et plus particulièrement de l’atelier de Kaletepe (p. 722-723). Macro-outillage, vaisselles de pierres, éléments symboliques sont également traités. Onze chapitres sont consacrés aux données archéozoologiques (p. 807-1091 et 1119-1134), avec de multiples approches archéozoologiques. Notons que les données biométriques sont systématiquement publiées. Deux chapitres enfin sont consacrés aux pratiques funéraires.

Parmi les quatre chapitres de la cinquième et dernière partie, soulignons les remarques particulièrement intéressantes relatives à la faune. Les auteurs discutent de la mise en place de nouveaux peuplements animaux, tant sauvages que domestiques, qui bouleversent en profondeur le peuplement endémique de l’île et son écologie. Lorsque les néolithiques colonisent l’île, ils débarquent avec leurs troupeaux, leurs commensaux et leurs gibiers, bien que la présence du Daim ne soit pas attestée dans les phases les plus anciennes (p. 1165 et 1171). La mise en place et l’évolution du système zootechnique des habitants de Shillourokambos est analysée longuement (p. 1175-1190). Enfin, le dernier chapitre intègre les données du site dans le contexte archéologique à l’échelle de la Méditerranée orientale qui est celui de la Néolithisation. Ici encore, le propos est trop vaste pour être mal paraphrasé en quelques lignes. Notons toutefois qu’en l’état actuel d’une documentation à renouvellement rapide, Shillourokambos n’est pas le plus ancien site de l’île de Chypre (dont la première occupation fait débat mais semble remonter à l’extrême du Pleistocène, vers 10 000 av. n. è.) mais reste le plus ancien site agricole, avec le gisement de Kissonerga-Mylouthkia, vers 8400 av. n. è. Cette datation serait donc contemporaine du PPNB ancien du Proche-Orient. Mais cette date sera très probablement reculée avec la découverte de gisements comme Klimonas ou Throumbovounos, dont l’industrie lithique s’apparente au PPNA voire à « l’Épinatoufien » du Levant (p. 1223).

À travers ces quelques lignes, nous n’avons fait qu’effleurer la richesse que procure la lecture longue mais passionnante de cette volumineuse monographie qui s’achève sur des questions et des ouvertures, plus que sur une conclusion affirmée. Remarquons d’ailleurs que l’analyse des données du site n’est pas achevée, que de nouveaux gisements sont en cours d’étude et que de nombreuses zones de l’île de Chypre demeurent inaccessibles aux archéologues, particulièrement la zone nord. Cet ouvrage constituera, n’en doutons pas un jalon important de la recherche sur la Néolithisation, en particulier si nos collègues anglophones font l’effort d’apprivoiser cette somme d’informations dépourvue de tout résumé, version abrégée – et même de légende de figures – en langue anglaise, ce qui constitue pour le moins une énigme éditoriale dans un contexte de recherche aussi internationalisé.

 

Références citées :

Cassen et al. 2009, CASSEN S., LANOS P., DUFRESNE P., OBERLIN C., DELQUÉ-KOLIC E., LE GOFFIC M., Datations sur site (Table des Marchands, alignement du Grand Menhir, Er Grah) et modélisation chronologique du Néolithique morbihannais, in: Autour de la Table : Explorations archéologiques et discours savants sur des architectures néolithiques à Locmariaquer, Morbihan (Table des Marchands et Grand Menhir), Cassen S. (Dir.), Nantes, Laboratoire de Recherches archéologiques (LARA) – Université de Nantes, 2009, p. 737-768.

Cauvin 1994, CAUVIN J., Naissance des divinités, naissance de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, Paris, CNRS, 1994, 304 p. (Empreintes).

Colledge & Conolly 2010, COLLEDGE S., CONOLLY J., Reassessing the evidence for the cultivation of wild crops during the Younger Dryas at Tell Abu Hureyra, Syria, Environmental Archaeology, Oxford, 15, 2, 2010, p. 124-138.

Fuller et al. 2011, FULLER D.Q., WILLCOX G., ALLABY R.G., Cultivation and domestication had multiple origins: arguments against the core area hypothesis for the origins of agriculture in the Near East, World Archaeology, London, 43, 4, 2011, p. 628-652.

Godelier 2007, GODELIER M., Au fondement des sociétés humaines : ce que nous apprend l’anthropologie, Paris, Albin Michel, 2007, 292 p. (Bibliothèque Idées).

Guilaine & Le Brun 2003, GUILAINE J., LE BRUN A. Eds., Le Néolithique de Chypre : actes du colloque international organisé par le Département des antiquités de Chypre et l’Ecole française d’Athènes, Nicosie, 17-19 mai 2001, Athènes, Ecole française d’Athènes, 2003, xx + 431 p. (Bulletin de correspondance hellénique. Supplément ; 43).

Guilaine & Briois 2005, GUILAINE J., BRIOIS F., Shillourokambos et la néolithisation de Chypre : quelques réflexions, Mayurqa, Palma de Mallorca, 30, 2005, p. 13-32.

Harter et al. 2005, HARTER S., LE MORT F., VIGNE J.-D., GUILAINE J., LE BRUN A., BOUCHET F., Premières données parasitologiques sur les populations humaines précéramiques chypriotes (VIIIe et VIIe millénaires av. J.-C.), Paléorient, Paris, 31, 2, 2005, p. 43-54.

Helmer et al. 2004, HELMER D., GOURICHON L., STORDEUR D., A l’aube de la domestication animale : imaginaire et symbolisme animal dans les premières sociétés néolithiques du nord du Proche-Orient, in: Domestications animales : dimensions sociales et symboliques : hommage à Jacques Cauvin, Bonte P., Brisebarre A.-M., Helmer D. et al. (Dir.), Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, 2004, p. 143-163 (Anthropozoologica ; 39/1).

Lucas et al. 2012, LUCAS L., COLLEDGE S., SIMMONS A.H., FULLER D.Q., Crop introduction and accelerated island evolution: archaeobotanical evidence from ‘Ais Yiorkis and Pre-Pottery Neolithic Cyprus Vegetation History and Archaeobotany, Berlin / Heidelberg, 21, 2 “Special Issue: From collecting to cultivation:transitions to a production economy in the Near East”, 2012, p. 117-129, http://www.springerlink.com/content/6662k5hj2wku46h7/.

Maher et al. 2012, MAHER L.A., RICHTER T., MACDONALD D., JONES M.D., MARTIN L., STOCK J.T., Twenty Thousand-Year-Old Huts at a Hunter-Gatherer Settlement in Eastern Jordan, PLoS ONE, San Francisco, 7, 2, 2012, p. e31447, http://dx.doi.org/10.1371%2Fjournal.pone.0031447.

Peltenburg 2004, PELTENBURG E., Cyprus : a regional component of the Levantine PPN, Neo-Lithics, Ober-Ramstadt, 1, 4, 2004, p. 3-7.

Schmidt 2010, SCHMIDT K., Göbekli Tepe – the Stone Age Sanctuaries. New results of ongoing excavations with a special focus on sculptures and high reliefs, Documenta praehistorica, Ljubljana, 37 “17th Neolithic Studies”, 2010, p. 239-256, http://dx.doi.org/10.4312/dp.37.21.

Vigne et al. 2005, VIGNE J.-D., PETERS J., HELMER D. Eds., The first steps of animal domestication : new archaeozoological approaches : Proceedings of the 9th Conference of the International Council for Archaeozoology, Durham 2002, Oxford, Oxbow, 2005, viii +  176 p.

Vigne 2011, VIGNE J.-D., The origins of animal domestication and husbandry: A major change in the history of humanity and the biosphere, Comptes Rendus Biologies, Paris, 334, 3, 2011, p. 171-181, http://www.sciencedirect.com/science/article/B6X1F-5235B8C-1/2/6d48253346cf47ef1859ec841ee3e7b5.

Vigne et al. 2011, VIGNE J.-D., CARRÈRE I., BRIOIS F., GUILAINE J., The Early Process of Mammal Domestication in the Near East: New Evidence from the Pre-Neolithic and Pre-Pottery Neolithic in Cyprus, Current Anthropology, Chicago, 52, S4, 2011, p. S255-S271, http://www.jstor.org/stable/10.1086/659306.

Watkins 2010, WATKINS T., New light on Neolithic revolution in south-west Asia, Antiquity, Oxford, 84, 325, 2010, p. 621-634.

Weiss et al. 2008, WEISS E., KISLEV M.E., SIMCHONI O., NADEL D., TSCHAUNER H., Plant-food preparation area on an Upper Paleolithic brush hut floor at Ohalo II, Israel, Journal of Archaeological Science, London, 35, 8, 2008, p. 2400-2414, http://www.sciencedirect.com/science/article/B6WH8-4SH1GWS-1/1/a0374be4ca9b2e5bfa71a626577fdd48.

Willcox & Stordeur 2012, WILLCOX G., STORDEUR D., Large-scale cereal processing before domestication during the tenth millennium cal BC in northern Syria, Antiquity, Oxford, 85, 331, 2012, p. 99-114.

Zeder 2008, ZEDER M.A., Domestication and early agriculture in the Mediterranean Basin: Origins, diffusion, and impact, Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, Washington, 105, 33, 2008, p. 11597-11604, http://www.pnas.org/content/105/33/11597.abstract.

Zeder 2011, ZEDER M.A., The Origins of Agriculture in the Near East, Current Anthropology, Chicago, 52, S4, 2011, p. S221-S235, http://www.jstor.org/stable/10.1086/659307.

 

Dr Maxence Bailly – Aix-Marseille Université, LAMPEA - UMR 7269 – maxence.bailly@univ-amu.fr

 


[1] Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, les gisements PPN ayant fait l’objet de monographies se comptent en fait sur les doigts des deux mains (Jéricho, Abu Hureyra, Cap Andreas Kastros, Tell Sabi Abyad II, El Kown II, Nemrik 9, …).

[2] Une étude paléoparasitologique réalisée sur des sépultures de Shillourokambos a été publiée en 2005 (Harter-Lailheugue et al. 2005).


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Lectures, Comptes rendus, Lectures

Laisser un commentaire

Liens


Carnets de recherche