Autour du Pic Saint Loup à l’âge du Cuivre, un monde villageois il y a 5000 ans — Jacques Coularou, Jean Gascó, Philippe Galant

13 mars 2012
Par

 

Préface de Jean Guilaine, Photographies d’Alain Aigoin, Archives d’écologie préhistorique, Toulouse, 2011, 178 p., 20 € — 9782358420068

Les premières pages fixent le propos de l’ouvrage, il s’adresse à un lectorat large ; son format modeste en fait un ouvrage pratique pouvant accompagner le lecteur à la découverte des témoins de la fin du Néolithique autour du Pic Saint Loup. Le texte est accompagné d’une sélection d’illustrations au trait et de clichés photographiques de qualité. Il concerne un cadre chronologique et un espace géographique larges, la fin du Néolithique dans les garrigues languedociennes, avec pour point central de l’exposé un épisode de l’Histoire méditerranéenne : le Fontbouisse.

L’évocation du parcours des quatre auteurs annonce la consistance du contenu et la préface de Jean Guilaine résume sa trame : à la fin du Néolithique, le Fontbouisse est une entité originale du Midi méditerranéen. Le plan détaillé et précis amène progressivement le lecteur des cadres généraux aux exemples particuliers avant de lui laisser le loisir d’approfondir ses connaissances par la lecture des notices et des références bibliographiques qui viennent clore l’ouvrage.

Dès l’introduction, par un historique des recherches et la mention des sites accessibles, l’ouvrage ouvre l’érudition à un lectorat étendu. La première partie concerne le contexte général. L’évocation du cadre historique permet aux auteurs de rappeler que le Fontbouisse existe en premier lieu en tant que terminologie de la recherche. Aujourd’hui, le Fontbouisse est souvent illustré par une mosaïque de styles céramiques dont la perception (inconsciente) est celle des premiers chercheurs : les « tribus » sont devenues des « faciès » mais le fond conceptuel est le même, seule la terminologie a changé. Les auteurs rappellent avec justesse qu’il y a confusion, trop répandue hélas, entre peuple et culture matérielle. Le Fontbouisse n’est pas qu’un type céramique. La spécificité de cette entité concerne plusieurs autres domaines. Un contexte naturel, l’espace de prédilection est centré sur les petits plateaux calcaires de l’arrière-pays montpelliérain. Une identité architecturale à caractère monumental, les constructions domestiques obéissent à des standards (bâtiments à absides, structures rondes) et l’organisation de l’habitat suggère la référence à un modèle de structuration spatiale. Une exploitation aboutie des ressources naturelles (vivrières, matières premières, cavités), ce rapport au contexte témoigne de l’insertion dans ce paysage si particulier. À la fin du Néolithique, le Fontbouisse est l’osmose d’un substrat naturel et d’un groupe humain, c’est le cœur de cet ouvrage.

Pour les auteurs, du calcaire des garrigues à celui des causses, le Fontbouisse est l’assemblage d’entités sociales inégales, diversifiées et hétérogènes en interaction avec les groupes contemporains dont il se singularise notamment par un style céramique normalisé et une architecture de pierre sèche. Cette dynamique est probablement comparable à celle des peuples contemporains du pourtour méditerranéen.

À partir de la deuxième partie, les auteurs exposent les paramètres qui donnent corps à la Culture de Fontbouisse. Bien que contemporain d’une phase chalcolithique, le rôle du cuivre dans sa constitution et dans sa consolidation reste mal évalué. Au regard du contexte historique, il est paradoxal de constater que les « faciès » céramiques soient figés sur des espaces géographiques sans renouvellements, ni innovations au cours du temps. Mais heureusement cet ouvrage donne un autre contenu que celui élaboré sur ces constats fragiles.

Si le socle culturel est mal déterminé, le substrat naturel est une des spécificités du Fontbouisse. Le site de Boussargues permet de s’interroger quant à l’existence de centres spécialisés, ici, dans la récolte et la transformation des produits de la chênaie (glands principalement, arbouses). Les ressources naturelles font l’objet d’une exploitation raisonnée, est-ce pour pallier les difficultés d’une agriculture sur les sols légers et peu étendus des garrigues ? La présence de coquillages marins illustre la variété des approvisionnements ainsi que les liens qui unissent le littoral à l’arrière-pays des terres calcaires.

À cette économie de surface, les groupes du Néolithique final ont innové par l’utilisation des cavités souterraines comme citernes. Les auteurs offrent un autre exemple de la pratique de l’environnement calcaire. Les fontbuxiens exploitent le calcaire dans tous ses états.

Les unités domestiques du Fontbouisse sont les premières maisons relativement bien connues du Néolithique du Midi de la France. Dans leurs contextes naturel et historique, elles témoignent d’une organisation très aboutie de l’espace naturel. Pour les auteurs, les habitats ceinturés flanqués de structures rondes obéissent à un modèle architectural suggérant la cohésion du groupe et la solide ossature de la culture de Fontbouisse. Cette société maîtrise un territoire et ses potentiels. Cette unité est d’autant plus notable que le modèle de l’espace habité est transposé en plaine où, si le calcaire est absent, il sera transporté pour réaliser certaines constructions. La région fontbuxienne est organisée par un réseau de sites ouverts et fermés, parfois perchés.

La riche gamme formelle de la poterie et son ornementation complexe sont un des fondamentaux de cette culture. Dans le domaine lithique, l’originalité fontbuxienne s’exprime par la fabrication de lames et la spécialisation de certains sites dans la conception de type d’outils particuliers. Pour la fabrication des lames ouvragées, les mines et ateliers de silex en plaquette fournissent un matériau de choix, objet d’une forte prédilection. De la surface aux grottes-citernes, le creusement et l’extraction constituent une nouvelle évidence de la maîtrise fontbuxienne du contexte calcaire.

À partir du contexte culturel puis naturel, du potentiel de l’environnement puis de l’implication humaine dans le territoire les auteurs nous amènent progressivement dans l’espace de l’habitat. Les fontbuxiens sont des constructeurs, les premiers à mettre en œuvre avec récurrence des techniques, acquises et maîtrisées en contexte funéraire antérieurement pour structurer leur espace de vie. Rectangle allongé aux extrémités en absides de surface variable, pour les auteurs, le modèle du bâtiment fontbuxien est une nouvelle illustration de la cohésion de cette culture. Les toits à double pente à couverture végétale peuvent ponctuellement recevoir un épandage de terre argileuse ou l’adjonction de plaquettes calcaire. Ces pierres légères ne sont jamais issues du site de construction, elles font l’objet d’un prélèvement et d’un transport à partir d’un gîte distant des habitats. Argiles et plaquettes témoignent une fois de plus d’une mise à profit des ressources de l’environnement calcaire. L’espace domestique fontbuxien est organisé en unités complémentaires associant lieux de vie et zones de stockage et de traitement.

La dernière partie de l’ouvrage expose la variabilité funéraire au cours du Néolithique final. C’est une nouvelle fois le calcaire qui conditionne pour partie l’architecture funéraire (en cavité naturelle, construite ou creusée). Une partie des chambres funéraires construites (dolmens de l’Hortus) donnent consistance à l’image de groupes humains puissants. Certains défunts portent des parures dont la matière première est variée et parfois rare : indice d’une différenciation du statut social pour les auteurs. Dans ce chapitre, on regrettera l’absence d’une caractérisation des pratiques funéraires du Fontbouisse. C’est une recherche qui reste à mener pour compléter la perception et préciser la définition de cette culture.

Cet ouvrage fait état des connaissances assimilées durant plus d’un demi-siècle. Il fait un point sur l’avancement actuel des acquis. Cette synthèse destinée à un large public atteint son objectif. Elle a également un autre grand mérite, elle réunit l’ensemble des éléments qui permet de donner corps non plus à un concept mais à une culture, véritable Âge du calcaire en Languedoc oriental. Le Fontbouisse a une place majeure dans l’histoire du Néolithique, cette contribution collective permet, pour la première fois, d’en prendre la réelle mesure.

Frédéric Jallet - e-mail : frederic.jallet@inrap.fr


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Actualités, Soutenances de thèse

Laisser un commentaire

Liens


Carnets de recherche