Palaeolithic Origins of Human Burials — Paul Pettitt

20 février 2012
Par

Londres, Routledge, 2010, 320 p., 19,95 € — 978-0-415-35490-5

L'ambition de l'ouvrage est annoncée dès l'introduction : il ne s’agit pas d’un livre supplémentaire sur les sépultures paléolithiques, trop longtemps considérées comme l’apanage des seuls hommes modernes. Si la problématique explicite dans le titre n’est pas nouvelle, l’angle d’approche, lui, est original. L’auteur a entrepris de déceler dans les données archéologiques les activités mortuaires depuis les premiers hominidés. Plutôt que se focaliser et se restreindre à la dimension funéraire du traitement des morts, l’auteur objective sa recherche en intégrant toutes les activités liées à la mort d’un congénère afin de ne pas considérer par exemple que pratique funéraire et inhumation sont synonymes. Dans ce sens, l’auteur définit à la fin de l’introduction les termes et les concepts qu’il utilise pour caractériser les activités mortuaires. À regret, le propos repose plus sur la description de comportements que sur des données tangibles.

La démonstration est divisée en 6 parties. Le chapitre II constitue la deuxième originalité de l'approche. Le comportement des grands singes actuels face à un cadavre de congénère est rarement abordé. L’auteur propose une synthèse avec force détails des publications qui mentionnent ce type d’observations principalement chez les chimpanzés et les gorilles, en particulier l’effet individuel et collectif d’un individu décédé au sein du groupe et le traitement du dit cadavre. L’auteur égare le lecteur lorsque le comportement des grands singes est mis en parallèle avec celui des hommes. Si on ne peut qu’adhérer au fait que l’infanticide et le cannibalisme chez ces primates illustrent des tensions sociales, la proposition que la mort « naturelle » d’un individu du groupe induit une renégociation des liens sociaux n’est pas démontrée.

Les réflexions menées dans les cinq chapitres suivants reposent sur un recensement exhaustif des sites archéologiques et des restes osseux humains et pré-humains (dans le texte ou sous forme de tableaux selon la densité des données). Les gisements choisis pour illustrer les réflexions sont détaillés et l’auteur rappelle systématiquement toutes les interprétations qui en ont été faites avant les siennes.

L’intérêt du chapitre discutant les éventuels comportements mortuaires des Australopithèques aux Homo heidelbergensis repose sur le nouvel éclairage proposé par l'auteur. En effet, il refuse d’exclure, comme c’est trop souvent le cas, l’hypothèse d’un traitement volontaire et raisonné des cadavres. Toutefois, la démonstration n’est pas satisfaisante quelle que soit l’alternative. Il faut peut-être se résoudre à accepter que ces contextes très anciens, rares, principalement en grottes, dans des couches géologiques formées sur une longue durée ne sont pas interprétables pour l’instant dans la perspective proposée.

À partir du chapitre IV qui porte sur les premiers hommes modernes, les sites et les restes humains sont plus nombreux ce qui permet des analyses et des interprétations plus étayées. La démonstration sur la genèse des premières fosses à inhumation creusées à des fins strictement funéraires est convaincante. D’autre part, la force des discussions consacrées aux néandertaliens et aux hommes modernes vient du fait que l’auteur redonne sa vraie place à l’inhumation. Si certains groupes enterraient leurs morts, cette tradition ne constituait pas une norme chez tous les groupes contemporains. Au Paléolithique, l’inhumation est un phénomène plus anecdotique que ce qui est habituellement admis, la variété de la gestion du cadavre étant trop souvent sous-estimée.

La multiplication des sites ayant livré des vestiges humains au paléolithique supérieur incite l’auteur à proposer une lecture sociale de la variabilité des modes d’inhumation (la signification du mobilier accompagnant le défunt dans la tombe par exemple). On ne peut nier que les données sont bien plus nombreuses, toutefois, le sont-elles assez pour aborder une telle question ? De plus, une telle entreprise ne peut s’envisager sans s’appuyer sur les données de l’anthropologie sociale ce qui n’est pas proposé par l’auteur.

Dans le dernier chapitre, l’auteur propose en premier lieu une synthèse des activités mortuaires dans le temps démontrant que le schéma trop souvent proposé sous forme d’évolution linéaire n’est pas valable. L'étude des activités mortuaires nécessite plutôt une approche polythétique. Cette démonstration suffit à justifier l’existence de l’ouvrage. Dans la seconde partie, l’auteur discute la dimension symbolique de la sépulture et du traitement des défunts en général. Pour lui, certaines inhumations ne sont pas des tombes au sens où nous l’entendons mais font partie d’une panoplie plus large d’actes rituels depuis au moins le paléolithique supérieur. Il est regrettable que ces discussions n’aient pas pris corps au cours de la démonstration générale où elles auraient parfaitement trouvé leur place. De plus, la dimension symbolique [1] n’est-elle pas l’essence même d’une sépulture ? Ce traitement particulier du défunt n’est-il pas le témoignage d’un système de pensées et d’actions qui ont évidement recours en partie à des symboles.

Quoi qu’il en soit, si le lecteur n’est pas tenu d’adhérer à l’organisation de l’ouvrage et aux théories de l’auteur, il ne saura nier que l’approche est originale et novatrice et qu’elle ouvre de nombreuses pistes de réflexions sur la variabilité des activités mortuaires et post-funéraires non seulement pour les périodes traitées ici mais également pour celles qui succèdent.

Aurore Schmitt - UMR 6578, Adaptabilité biologique et culturelle, Université de la Méditerranée, Faculté de Médecine, Secteur Nord, boulevard Pierre Dramard, 13344 Marseille CEDEX 15, France,
e-mail : aurore.schmitt@univmed.fr


[1] L’imaginaire ne peut acquérir d’existence manifeste et d’efficacité sociale sans s’incarner dans des signes et des pratiques symboliques (Godelier « Au fondement des sociétés humaines »),

 

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Lectures, Comptes rendus, Lectures

Laisser un commentaire

Liens